Santé / Économie

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Temps de lecture : 2 min

Arrêtez ça.

Viser la lune avec Elon Musk | Mario Tama / Getty Images North America / AFP
Viser la lune avec Elon Musk | Mario Tama / Getty Images North America / AFP

Il n’est pas rare de surprendre, au détour d’une conversation sur le boulot, deux fâcheux en train de disputer à qui mieux mieux sur leur nombre incroyable d’heures passées à travailler. Comme si l’endurance laborieuse, l’acharnement zélé et la peine infinie étaient de ces vertus qui caractérisent les gens de bonne –et surtout de meilleure– qualité.

Remballez l’argumentaire: si la seule chose dont vous pouvez aisément vous vanter est votre quantité de travail, ça ne laisse rien présager de bon sur la qualité de celui-ci.

Gloire du surmenage

Phénomène curieux de la modernité, le surmenage est devenu une fierté, et mentionner les heures passées au bureau –et hors de son lit, car le manque de sommeil ajoute au prestige– semble imposer le respect. Significativement, c’est un discours que l’on retrouve chez les grands chefs d’entreprise:

«Lorsque vous entendez les histoires soi-disant apocryphes selon lesquelles Tim Cook viendrait travailler tard dans la nuit, ce ne sont pas seulement des chargés de relations publiques qui vous racontent des bobards pour vous faire penser que les cadres d’Apple travaillent vraiment dur. Ils le font vraiment», racontait Don Melton, le père de Safari (Apple), en 2014. Récemment encore, le sulfureux Elon Musk, PDG de Tesla, se targuait de travailler jusqu’à 120 heures par semaines, affirmant qu’il faudrait compter de 80 à 100 heures de travail hebdomadaire pour changer le monde: selon lui, «personne n’a jamais changé le monde en y passant 40 heures par semaines».

Heureusement, c’est faux. Concernant le volume horaire, on ne compte plus les études ayant démontré que la productivité au travail diminuait considérablement à mesure que les heures se prolongeaient. Quant à changer le monde, Quartz souligne avec ironie qu’en dépit de son volume horaire colossal… «Musk n’a pas encore changé le monde». Du moins, «pas dans un sens significatif qui restera dans les mémoires pour les générations à venir, comme par exemple Charles Darwin, qui travaillait quatre heures par jour».

Une morale de PDG

Ce qui est digne d’être cité, plus qu’un volume horaire, demeure pourtant le résultat atteint: le reste est affaire d’enrobage. Si on ne parvient pas à remplir un objectif, le nombre d’heures passées sera avancé comme justification: avec un tel dévouement, c’est simplement que la chose était impossible. Au contraire, si les résultats sont bons, ils seront rapportés à la charge de travail comme une valeur éthique. Ces justifications sont idéologiques. Il faudrait se souvenir des mots de Nietzsche, qui faisait de «la hâte sans répit au travail le vice proprement dit du Nouveau Monde».

Comme le rappelle Quartz, «quand Musk dit que vous ne pouvez changer le monde que si vous travaillez 80 heures par semaines, il ne présente pas un argument sérieux, mais il présente une morale selon laquelle travailler plus est fondamentalement bon.»

Que l’on se rassure, la valeur des humains et de leur travail n’est pas à chercher dans un dévouement servile.

Slate.fr

Newsletters

Noël, ses cadeaux, ses repas de famille, ses crises cardiaques

Noël, ses cadeaux, ses repas de famille, ses crises cardiaques

Selon une étude, les attaques cardiaques connaissent un pic pendant les fêtes de fin d'année.

Doit-on empêcher les gens de se suicider?

Doit-on empêcher les gens de se suicider?

Après tout, on pourrait se dire que si quelqu’un veut mourir, c’est son droit.

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

L’annonce chinoise fracassante de la création de bébés «résistants au sida» démontre l’inanité des interdits éthiques et législatifs pour lutter contre le transhumanisme. Que va-t-il désormais se passer?

Newsletters