Égalités / Société

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Temps de lecture : 2 min

Les femmes aussi, mais pas autant.

Une manifestation #MeToo en Californie le 10 novembre | Sarah Morris / AFP
Une manifestation #MeToo en Californie le 10 novembre | Sarah Morris / AFP

En 2017, à la suite des révélations sur les viols et agressions sexuelles commises par le producteur Harvey Weinstein, le mouvement #MeToo a encouragé les femmes à témoigner des violences qu'elles ont subies et subissent afin de montrer à quel point le phénomène est global, massif et systématique. L’objectif est de montrer aux autres victimes qu’elles ne sont pas seules et de lutter contre la minimisation des violences.

Une nouvelle étude montre que malgré ces efforts, les hommes sous-estiment encore largement le harcèlement sexuel. Une étude Ipsos appelé «Les périls de la perception» vise à mettre en avant les différences entre les statistiques relatives à un sujet et les estimations que les gens s’en font. L’un de ces sujets était donc le harcèlement sexuel, et les résultats sont probants.

Ipsos a sélectionné des sondages (sujets à caution, donc) qui indiquent l'ampleur du harcèlement sexuel dans douze pays différents. L'institut a ensuite demandé à des habitants et habitantes: «Sur cent femmes de votre pays, selon vous, combien d’entre elles ont été la cible d’une forme de harcèlement sexuel depuis l’âge de 15 ans?». Les hommes sont souvent bien loin de la vérité.

Les hommes plus loin de la vérité que les femmes

En France par exemple, Ipsos se base sur un sondage de 2012 qui estime que 75% des femmes ont déjà subi une forme de harcèlement sexuel. Les hommes français estiment ce pourcentage à 41%, une différence de trente-quatre points avec la réalité.

Pareil aux États-Unis, où les hommes pensent en moyenne que 44% des femmes ont été victimes alors qu’un sondage effectué cette année suggère qu'elles sont 81% à avoir été touchées. L’étude a été réalisée peu de temps après le témoignage de Christine Blasey Ford contre Brett Kavanaugh, le dernier juge nommé à la Cour suprême des États-Unis. Le pays avec le plus grand écart est le Danemark, où quasiment cinquante points de pourcentage éloignent les estimations de la réalité.

Les femmes, quant à elles, ont aussi tendance à sous-estimer le harcèlement dont elles sont dans leur globalité victimes, mais pas autant que les hommes. En France par exemple, elles estiment que 47% d’entre elles ont été harcelées.

Slate.fr

Newsletters

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Pourquoi l'affaire de la Ligue du LOL ne sort que maintenant

Pourquoi l'affaire de la Ligue du LOL ne sort que maintenant

Il faut connaître à la fois le fonctionnement interne des rédactions et le mécanisme du harcèlement pour disposer du tableau en entier.

Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre

Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre

Nous n’avons ni groupe organisé, ni procédure prédéfinie. Alors que cela nous serait bien utile.

Newsletters