Sciences / Tech & internet

L’aquarium de Monterey n'aime pas du tout l'émoji calamar d'Apple

Temps de lecture : 2 min

Un problème de siphon dans le dessin.

Via Emoji Island.
Via Emoji Island.

Les personnes qui dessinent les émoji doivent marcher sur une corde raide. Leurs créations sont utilisées chaque jour par des millions de personnes de le monde. À tel point qu’ils font désormais partie intégrante de la manière dont on communique. Vys Evans, un professeur de linguistique, expliquait il y a peu que «les émoji sont la forme de langage qui croît le plus rapidement».

Des signes, compréhensibles par tous quelle que soit sa langue, endossent forcément une importance culturelle non-négligeable. Et donc peuvent entraîner tout un tas de polémiques. Leur manque d’inclusivité a notamment été mise en cause, ce qui a conduit Apple à rajouter différentes couleurs de peau ainsi qu’un émoji de femme portant un hidjab, par exemple. La question de savoir si il était opportun d’y faire figurer une arme à feu s’était aussi posée.

Calmar à l’envers

Plus léger, la discussion porte sur l'émoji calamar d'Apple. L’aquarium de la baie de Monterey, en Californie reproche à Cupertino de l'avoir mal orienté. Pour rendre leur calamar anthropomorphique, les designers ont choisis de mettre son siphon sur le haut de sa tête, afin qu’il ressemble à un nez.

Je blague pas, le siphon devrait être derrière la tête. Là on dirait juste un nez bizarre.

Mais comme l'explique le tweet ci-dessus, le siphon devrait être disposé derrière la tête. Cet organe est un muscle qui sert au calmar à avancer en propulsant de l’eau, à respirer, à cracher de l’encre et à expulser ses excréments. Rien à voir avec un nez, donc.

Ce n’est pas la première fois que Apple se fait critiquer pour le manque de rigueur dans le design de ses émojis. Parmis ceux de 2018, le homard ne comptait que six pattes au lieu de huit et les hélices de l’ADN tournaient dans le mauvais sens. Des erreurs rapidement corrigées.

Newsletters

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Les États-Unis ambitionnent de revenir sur la Lune en 2024, mais des questions techniques et budgétaires pourraient compromettre la suite des opérations.

Avec le confinement, la Terre tremble moins

Avec le confinement, la Terre tremble moins

L'arrêt des activités a considérablement réduit le bruit sismique dans les villes.

On sait pourquoi les bulles font du bruit quand elles éclatent

On sait pourquoi les bulles font du bruit quand elles éclatent

Tout est une question de pression.

Newsletters