Égalités / Économie

Les femmes préfèrent travailler avec d’autres femmes qu'avec des hommes

Temps de lecture : 2 min

Et elles ont de bonnes raisons.

Well, actually... | Rawpixel via Unsplash CC License by
Well, actually... | Rawpixel via Unsplash CC License by

Deux sociologues nord-américaines, Wen Fan et Yue Qian, ont étudié le bien-être au travail en fonction du genre des travailleurs et des travailleuses et de celui de leurs collègues. L’une de leurs découvertes est que les femmes sont bien plus heureuses lorsqu’elles travaillent avec d’autres femmes.

Dans un article pour Quartz, Yue Qian précise les phénomènes qui causent le mal-être des femmes dans des environnements de travail masculins. Selon elle, pendant toute l’histoire des États-Unis, les hommes ont défendu la «ségrégation genrée» des tâches en les méprisant et en les ridiculisant.

Lorsque des femmes sont présentes dans des sphères professionnelles principalement dominées par des hommes, leurs collègues analysent leur présence comme une menace à leur masculinité. Cela entraîne des comportements dégradants qui servent à défendre leur domination, tout particulièrement du harcèlement sexuel. Une étude de 2012 suggère en effet que le harcèlement sexuel est avant tout une arme destinée à conserver le pouvoir. Les femmes en position de direction en entreprise en sont spécifiquement victimes.

Qian cite aussi une étude de 2013 qui estime que pour éviter que la présence de femmes dans leur secteur ne remette en cause la «masculinité» qui serait inhérente à leur travail, les hommes ont tendance à traiter leurs collègues de lesbiennes –niant du même coup la féminité de ces dernières.

Intruses

En plus d’être rabaissées, les femmes sont traitées comme des intruses par leurs collègues masculins. Elles sont marginalisées et peu intégrées à la culture d’entreprise. Leurs compétences sont aussi sans cesse remises en question.

Tous ces comportements ont donc des conséquences sur leur bien-être. Après avoir étudié 4.486 cas, les chercheuses ont conclu que lorsque des femmes travaillent dans un environnement où 90% de leurs collègues sont des hommes, elles ressentent un mal-être au travail qui est 52% plus fort que lorsqu’elles ne côtoient que 10% d’hommes.

L’inverse n’est pas vrai pour les hommes qui exercent un métier dit «féminins». Pour une étude de 1995 intitulée «Still a man’s world» (Toujours un monde d’hommes), Christine L. Williams avait interviewé des hommes qui travaillent dans des crèches, des écoles élémentaires, dans le social et d'autres secteurs qui emploient majoritairement des femmes. À l'inverse des femmes victime du «plafond de verre», ils profitaient d’un «ascenseur de verre» et étaient démesurément représentés dans les positions hiérarchiques supérieures.

Slate.fr

Newsletters

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Pourquoi l'affaire de la Ligue du LOL ne sort que maintenant

Pourquoi l'affaire de la Ligue du LOL ne sort que maintenant

Il faut connaître à la fois le fonctionnement interne des rédactions et le mécanisme du harcèlement pour disposer du tableau en entier.

Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre

Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre

Nous n’avons ni groupe organisé, ni procédure prédéfinie. Alors que cela nous serait bien utile.

Newsletters