Sciences

Mais comment font les abeilles pour réussir des virages parfaits sans partir dans le décor?

Temps de lecture : 2 min

À l'instar des mouches, des chevaux et des chauves-souris, ces hyménoptères adaptent leur vitesse pour ne ne pas être déstabilisées par la force centrifuge.

 Chaud devant !  | Dawn Huczek via Flickr CC License by
Chaud devant ! | Dawn Huczek via Flickr CC License by

La force centrifuge est une petite sournoise. C'est elle qui, par exemple, nous fait risquer la sortie de route si nous abordons trop rapidement un virage en voiture ou qui nous fait perdre l'équilibre dans le bus si le chauffeur tourne comme un sauvage. C'est physique: tourner tout en avançant crée une force qui éloigne l'objet en mouvement de l'axe de rotation (l'inverse, c'est la force centripète). Plus l'objet en mouvement est rapide et plus le virage est serré, plus les probabilités de perte totale de contrôle sont élevées.

Raison pour laquelle nous avons tendance, comme d'autres animaux, à ralentir lorsque nous abordons un virage. Si le phénomène est bien documenté chez plusieurs espèces, personne n'avait encore analysé mathématiquement les liens entre vitesse, courbure et force centrifuge. C'est désormais chose faite grâce à l'équipe de Mandyam Srinivasan du Queensland Brain Institute (Australie).

Dans une étude menée par Srinivasan et l'un de ses doctorants, Mandiyam Mahadeeswara, les chercheurs ont filmé des abeilles volant autour de leur ruche dont l'accès était temporairement bloqué. Malgré un embouteillage d'abeilles, aucune collision ne fut à déplorer.

Une fois les images traitées par analyse vectorielle, les scientifiques allaient découvrir que les abeilles décéléraient en abordant un virage et accéléraient lorsqu'elles en sortaient. Une confirmation mathématique d'observations déjà effectuées chez les chevaux, les chauves-souris ou les mouches.

«Quand une abeille tourne, elle réduit intelligemment sa vitesse de manière à ce que la force centrifuge qu'elle subit soit toujours constante», explique Mahadeeswara.

En outre, les hyménoptères ne manifestent aucune préférence pour les virages à gauche ou à droite, alors que cela peut constituer un facteur important dans la prévention des collisions chez les animaux. De même, que ce soit lors d'un virage libre ou pour éviter un autre insecte, les abeilles adaptent leur vitesse de la même manière, ce qui indique que leur dynamique de rotation est indépendante du contexte.

Des données qui pourraient être utilisées dans l'ingénierie des drones aériens ou des voitures autonomes.

Slate.fr

Newsletters

Le poisson-lion, l'espèce qui menace la biodiversité en Méditerranée

Le poisson-lion, l'espèce qui menace la biodiversité en Méditerranée

Originaire du Pacifique Sud et de l'océan Indien, ce prédateur redoutable dévaste les écosystèmes marins.

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

Boire du thé vert ne réduit pas les risques de cancer

On prête au thé, et notamment au thé vert, d'innombrables vertus. Pourtant, aucun effet n'a jamais été mis en évidence chez l'être humain.

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

En dégradant la nature, nous nous exposons à en devenir les victimes.

Newsletters