Monde

La langue qui meurt le plus vite aux États-Unis est l’italien

Temps de lecture : 2 min

339.000 locuteurs et locutrices de moins en six ans.

Get outta here ! | Mauricio Artieda via Unsplash CC License by
Get outta here ! | Mauricio Artieda via Unsplash CC License by

Les États-Unis sont un pays multiculturel. En 2015, un rapport estimait qu’au moins 350 langues différentes étaient parlées dans les foyers américains. Un New Yorkais sur trois parle une autre langue que l'américain à la maison. La ville est même célèbre pour ses quartiers communautaires, comme Chinatown ou Little Italy. Pourtant, les habitants et habitantes de ce dernier lieu ont du souci à se faire.

L’italien est la langue dont le nombre de locuteurs et locutrices se réduit le plus rapidement de tout le pays. Selon un recensement du gouvernement, entre 2001 et 2017, le nombre de personnes parlant italien dans son foyer est passé de 900.000 à 550.000, soit une chute vertigineuse de 38%.

En terme de pourcentage d’amenuisement, l’italien est talonné par le hongrois, lui aussi à 38% de baisse en valeur relative mais en valeur absolue, le nombre de locuteurs et locutrices de cette langue est passé de 104.000 à 64.000.

Baisse de l'immigration

40% de cette réduction de l'usage de l'italien peuvent être expliqués par les bons résultats économiques de l’Italie pendant la seconde moitié du XXe siècle, en conséquence de quoi l’immigration s’est considérablement réduite. La population installée sur le sol américain née en Italie est passée de 530.000 en 2001 à 400.000 en 2017. La possibilité d’immigrer facilement au sein de l’Union européenne a aussi pesé à la baisse sur l’immigration vers les États-Unis.

Les 60% restants sont à imputer à l’assimilation des immigrés italiens à la culture américaine. Entre les années 1930 et les années 1970, il y avait plus d’Américains nés en Italie que venant de n’importe quel autre pays. C’est parce qu’ils sont partis d’aussi haut que la chute du nombre de locuteurs est si brutale. Au fur et à mesure que ces immigrants meurent, leurs descendants fondent des familles dont les membres parlent majoritairement américain.

Slate.fr

Newsletters

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Sans la peine de mort, Jésus n'aurait pas pu mourir pour racheter nos péchés.

Pour lutter contre le Sida, une députée de Tanzanie demande à ses collègues de se faire circoncire

Pour lutter contre le Sida, une députée de Tanzanie demande à ses collègues de se faire circoncire

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, cette opération chirurgicale réduirait les risques d'infection des hommes par le VIH lors de relations hétérosexuelles. Sans pour autant les empêcher.

Newsletters