Monde

L’Iran est à deux doigts d’obtenir l’arme nucléaire (et c’est une surprise)

Temps de lecture : 6 min

Les services secrets n'avaient aucune idée de l'avancement du programme nucléaire iranien jusqu’à récemment.

Hassan Rohani (au centre) lors d’une réunion ministérielle à Téhéran, le 5 novembre 2018. | HO / Iranian Presidency / AFP
Hassan Rohani (au centre) lors d’une réunion ministérielle à Téhéran, le 5 novembre 2018. | HO / Iranian Presidency / AFP

Des archives secrètes iraniennes récupérées plus tôt cette année par des agents du renseignement israélien indiquent que le programme nucléaire iranien est plus avancé que ne le pensaient les services de renseignement occidentaux et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), selon un éminent expert du nucléaire qui a étudié les documents.

Si l’on en croit David Albright, physicien qui dirige l’Institute for Science and International Security (Institut pour la science et la sécurité internationale, ISIS), organisation à but non lucratif basée à Washington), cette conclusion laisse penser que si l’Iran se retire de l’accord multilatéral sur le nucléaire de 2015 qu’a déjà abandonné Donald Trump, le pays aura les compétences nécessaires pour fabriquer une bombe assez rapidement, peut-être en quelques mois.

De nouvelles informations

Il resterait encore à l’Iran à produire de l’uranium de qualité militaire. Si le pays redémarrait ses centrifugeuses, il pourrait en avoir suffisamment en sept à douze mois, affirme Albright, qui est en train de préparer un rapport sur ces documents.

Avant la signature de l’accord multilatéral sur le nucléaire de 2015, principalement porté par le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif, la production d’uranium n’aurait nécessité que deux mois, mais l’accord stipulait que l’Iran devait expédier environ 97% de son combustible nucléaire hors du pays et démonter la majorité de ses centrifugeuses.

Selon les experts, la révélation selon laquelle l’Iran aurait les moyens de fabriquer lui-même des armes nucléaires avancées (plutôt que du combustible de qualité militaire, principal centre d’intérêt de l’accord sur le nucléaire iranien) est un détail des plus surprenants et troublants.

Le gouvernement français émettait des estimations nettement plus vraisemblables que les Américains

«Ces documents sont remplis de nouvelles informations concernant le programme d’armement nucléaire iranien, explique David Albright à Foreign Policy. C’est incroyable tout ce qu’on peut y apprendre.» Après étude des documents, l’une de ses principales conclusions est que les Iraniens «sont beaucoup plus avancés que les agences de renseignements ne l’imaginaient».

Ces archives, qui comptent plus de 100.000 pages, couvrent la période allant de 1999 à 2003, dix ans avant que les négociations de l’accord sur le nucléaire ne débutent. Mais cette manne de documents prouve que Washington et l’AIEA ont constamment sous-estimé à quel point Téhéran était près d’obtenir la bombe.

«À l’époque, les États-Unis déclaraient qu’il faudrait à l’Iran au minimum un an, peut-être deux, pour obtenir une arme livrable. Les informations révélées dans les archives prouvent qu’elle aurait pu être développée dans un laps de temps beaucoup plus court», expose David Albright. L’expert ajoute que le gouvernement français, qui affirmait alors que l’Iran pouvait acquérir l’arme nucléaire en trois mois, émettait des estimations nettement plus vraisemblables.

«Un programme complet d’armement nucléaire»

Selon David Albright, qui est également connu pour surveiller le programme nucléaire nord-coréen et pour enquêter sur les programmes d’armement de destruction massive irakiens des années 1990, les analystes étaient encore en train de passer les archives au crible. «Je ne pense pas que même les Israéliens aient terminé d’analyser les archives, a-t-il dit. À chaque fois qu’ils replongent dedans, ils découvrent un élément nouveau.»

Les agents du Mossad ont récupéré ces documents dans un entrepôt de Téhéran, durant un raid audacieux, en pleine nuit, mené à la fin du mois de janvier. Fin avril, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a révélé une partie de leur contenu lors d’un discours présenté comme une tentative mélodramatique d’inciter Trump à abandonner le plan d’action global commun (PAGC), nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien. «Ces fichiers prouvent de manière concluante que le gouvernement iranien ment effrontément quand il affirme qu’il n’a jamais eu de programme d’armement nucléaire», a lancé Netanyahou.

Pour Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères, la présentation de Benyamin Netanyahou était un «spectacle bien préparé, dans le but de faire changer la décision de Trump, à moins qu’il ne s’agisse d’un plan orchestré par Trump et lui-même, afin de porter un coup fatal au plan d’action global commun».

Quelques jours plus tard, Trump annonçait que les États-Unis se retiraient de l’accord.

Durant la période couverte par les archives, le président iranien actuel, Hassan Rohani (qui a signé le PAGC) était le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale. Selon une ébauche du premier rapport rédigé par l’ISIS, que s’est procuré Foreign Policy:

«Hassan Rohani jouait un rôle primordial dans le programme d’armement nucléaire à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Il est difficile de trouver des éléments prouvant qu’il ait arrêté de soutenir le développement des armes atomiques.»

Si la présentation de Benyamin Netanyahou mettait en lumière les tromperies de l’Iran, l’analyse de l’institut s’intéresse à la manière dont le pays est parvenu à «mettre sur pied, dès la fin 2003, l’infrastructure nécessaire à un programme complet d’armement nucléaire» destiné à produire, à l’origine, cinq têtes nucléaires d’une capacité explosive de dix kilotonnes chacune, si l’on en croit l’ébauche.

L'Iran coopérait quand Trump est parti

L’analyse a été effectuée par David Albright, Olli Heinonen, ancien directeur général adjoint du département des garanties à l’AIEA, et Andrea Stricker, analyste politique de l’ISIS. Tous trois ont conclu que l’Iran avait développé, dès la fin 1990, «tout un arsenal de compétences et d’aptitudes techniques, et non quelques-unes uniquement, comme le déclarait l’AIEA fin 2015».

Les auteurs ont également souligné qu’on ignore encore beaucoup de choses sur ce qui subsiste du programme d’armement nucléaire. «Une partie du programme, et probablement certaines activités, restent d’actualité jusqu’à aujourd’hui. Le plus urgent est de découvrir où sont désormais entreposés tout l’équipement et le matériel.»

David Albright, qui s’est rendu à Tel Aviv plusieurs fois (son plus récent séjour était il y a quelques semaines) pour éplucher les archives, prétend être certain que ces informations, vérifiées par le gouvernement américain, sont authentiques. Elles correspondent aux «informations générales qu’a collectées l’AIEA», indique-t-il, mais sont plus détaillées.

«Comme dans tout accord, des questions surgissent et doivent être traitées par les voies officielles»

Toutefois, les archives ne permettent pas de savoir si l’Iran observe l’accord de 2015, et la plupart des experts s’accordent à dire que Téhéran coopérait à l’heure où Trump s’est retiré.

Alexandra Bell, ancienne responsable de l’administration Obama qui a travaillé sur les rapports de conformité du PAGC, explique que, même si les renseignements provenant des archives sont exacts et que Téhéran a menti par le passé, on ne devrait juger du comportement du pays que par son respect de l’accord actuel. «Une surveillance ne devrait pas pouvoir être effectuée par le biais des rapports des médias, insiste-t-elle. Comme dans tout accord, des questions surgissent et doivent être traitées par les voies officielles. Elles doivent être étudiées par les parties du PAGC

Elle rappelle, en outre, qu’avant son retrait, l’administration Trump a déclaré par deux fois que l’Iran respectait l’accord, et que l’AIEA a fait de même à quinze reprises. «Le PAGC fonctionne», conclue-t-elle.

«Une capacité trop avancée»

Malgré tout, l’existence des archives sous l’autorité d’une mystérieuse organisation iranienne a soulevé des inquiétudes au sein de certains gouvernements et de l’AIEA, qui aimeraient savoir si l’Iran va conserver sa capacité à produire l’arme nucléaire à l’avenir. En vertu du PAGC, l’Iran doit principalement renoncer à sa capacité à enrichir et à retraiter le combustible de qualité militaire, soumis à une surveillance rigoureuse de l’AIEA.

Ancien responsable de l’administration Bush qui a travaillé sur le dossier iranien, Matthew Levitt, du Washington Institute for Near East Policy, affirme que la révélation selon laquelle l’Iran «n’a jamais tout dit sur le sujet, sur les véritables progrès du programme d’armement, à l’époque, est très importante. La question est de savoir où en était le pays au moment de la signature du PAGC. Cela explique pourquoi certaines personnes du monde du renseignement étaient pressées de signer un accord: l’Iran avait une capacité trop avancée.»

Quant à ce qui se passe aujourd’hui, alors que Téhéran continue d’observer symboliquement l’accord sur le nucléaire, «les probabilités que l’Iran agisse au grand jour sont très faibles, confie Matthew Levitt. La question est de savoir jusqu’où ils peuvent continuer à cacher les choses, puisqu’ils savent ce que nous savons».

Michael Hirsh

Newsletters

Prada retire des portes-clés après avoir été accusé de blackface

Prada retire des portes-clés après avoir été accusé de blackface

«Nous abhorrons le racisme», a déclaré la marque de mode.

Un camion Brinks largue des billets sur l'autoroute

Un camion Brinks largue des billets sur l'autoroute

Des automobilistes du New Jersey sont sortis de leur voiture plus riches qu'en y entrant.

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

La justice australienne a interdit à la presse de publier le verdict du procès afin de ne pas influencer un autre procès en cours.

Newsletters