Sciences

Les chiens savent quand ils ne savent pas

Temps de lecture : 2 min

Comme les primates, ils semblent capables de «métacognition».

 «Je sais que je ne sais rien», disait Socrate, «Wouf» répondait Toutou  | Xtina L via Flickr CC License by

Des chercheurs de l'Institut Max Planck viennent de démontrer que les chiens semblent dotés de certaines facultés métacognitives –en l'espèce, qu'ils savent lorsqu'ils n'en savent pas assez pour résoudre un problème et vont activement chercher un supplément d'informations pour y parvenir. Jusqu'à présent, seuls les grands singes (dont nous faisons partie) les rats, les dauphins et les corvidés étaient considérés comme capables de manifester une telle connaissance de leur connaissance.

Pour arriver à ce résultat, les scientifiques du laboratoire DogStudies dirigés par Juliane Bräuer ont conçu une expérience dans laquelle des chiens devaient chercher une récompense –un jouet ou une friandise– cachée derrière une barrière leur permettant de «vérifier» si l'objet était là ou non. Quand les animaux n'avaient pas vu où la récompense était cachée, ils se mettaient à chercher des informations complémentaires significativement plus souvent.

Pour certains spécialistes, ce phénomène n'est pas lié à un processus métacognitif, mais à un comportement instinctif systématique. Pour en avoir le cœur net, Bräuer ont cherché à savoir si les chiens manifestaient le fameux «effet passeport», un phénomène bien connu en sciences cognitives et qui montre que les animaux capables de métacognition dédoublent d'énergie lorsqu'ils traquent quelque chose d'important –comme un passeport perdu, chez les humains. Le test allait se révéler positif chez les chiens de DogStudies: ils ne s'activaient pas de la même manière selon la valeur de la récompense à chercher (jouet versus friandise ou friandise plus ou moins savoureuse).

Pour autant, Bräuer et ses collègues ne veulent pas conclure de manière définitive à l'existence de facultés métacognitives chez les chiens, même si les premières preuves accumulées vont dans ce sens. «Pour les humains, la vue est très importante dans la recherche d'information. Dans notre expérience, la “vérification” se fondait sur la vue, alors que nous savons que l'odorat est un sens très important pour les chiens». À l'avenir, les scientifiques voudraient réitérer l'expérience pour voir dans quelles circonstances les chiens font davantage appel à leur vue ou à leur odorat, histoire d'obtenir d'autres informations sur leurs facultés à en rechercher.

Newsletters

Laisser 50% de la Terre à l'état sauvage pour la sauver, bonne ou mauvaise idée?

Laisser 50% de la Terre à l'état sauvage pour la sauver, bonne ou mauvaise idée?

Edward O. Wilson, scientifique mondialement reconnu, propose une alternative radicale pour enrayer la sixième extinction de masse.

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Des scientifiques de l'Université du Michigan estiment que ce liquide ne favorise pas l'émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans les plantations.

Newsletters