Monde

Au Texas, une immigrée condamnée à huit ans de prison pour avoir voté

Temps de lecture : 2 min

Originaire du Mexique mais titulaire d'une carte verte, Maria Rosa Ortega croyait qu'elle avait le droit de voter.

Un bureau de vote à El Paso, au Texas, le 6 novembre 2018. | Chip Somodevilla / AFP
Un bureau de vote à El Paso, au Texas, le 6 novembre 2018. | Chip Somodevilla / AFP

Quand Maria Rosa Ortega a voté aux élections locales au Texas en 2012 et 2014, personne ne lui a fait remarqué qu'en tant que résidente permanente, elle n'avait pas le droit de vote. Seuls les citoyennes et citoyens américains ont ce droit, mais Ortega, une immigrée originaire du Mexique, avait coché la case «citoyenne» car elle pensait que sa carte verte le lui permettait. En 2015, après un déménagement, l'administration lui a signalé qu'elle n'avait pas le droit de vote, mais croyant à une erreur, Ortega a tenté de se réinscrire et c'est alors qu'une enquête a été ouverte.

En 2017, cette mère de quatre enfants a été condamnée à huit ans de prison pour fraude électorale. Elle a fait un mois de prison et a été relâchée sous caution. Son appel vient d'être rejeté par une cour d'appel du Texas.

Le procureur général de l'État, Ken Paxton, pour lequel Ortega avait par ailleurs voté, s'est félicité de cette condamnation: «Nous poursuivrons ceux qui prétendent avoir ce droit et subvertissent intentionnellement le processus électoral».

Selon ses avocats, Maria Rosa Ortega, qui a arrêté l'école au collège, a tout simplement fait une erreur. Même si sa peine de prison était réduite, en tant que non-citoyenne coupable de crime, elle risque d'être expulsée vers le Mexique (un pays qu'elle a quitté quand elle était bébé). Elle a encore la possibilité de faire un dernier appel, mais il n'est pas sûr qu'elle puisse rester libre en attendant.

Alors que les cas de fraude électorale sont extrêmement rares aux États-Unis, il s'agit d'un thème cher à Donald Trump et à de nombreux Républicains. En effet, le président américain a plusieurs fois répété que des «millions» d'immigrés non citoyens avaient voté illégalement en 2016, alors qu'en fait, le ministère de la justice n'avait trouvé que dix-neuf cas de ce genre.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les avocats d'Ortega pensent que la sévérité de sa condamnation est liée à ce contexte politique. Pendant son procès en 2017, le procureur avait dit au jury: «Si vous décidez qu'elle n'est pas coupable, vous imaginez le déferlement de vote illégal qui en découlerait dans ce pays?»

Newsletters

Au Texas, la course contre la montre des cliniques pratiquant l'IVG

Au Texas, la course contre la montre des cliniques pratiquant l'IVG

Dans cet État américain, la loi sur l'avortement est censée pousser les femmes à bien mûrir leur décision avant une interruption volontaire de grossesse. Mais c'est tout le contraire qui se produit.

À Las Vegas, un club de strip-tease auditionne des danseuses ukrainiennes

À Las Vegas, un club de strip-tease auditionne des danseuses ukrainiennes

Avec son offre d'emploi placardée sur un panneau d'affichage géant, l'établissement Little Darlings a provoqué l'indignation de certains internautes.

«Al-Ikhtiyar 3», la série égyptienne encadrée par l'État à sa propre gloire

«Al-Ikhtiyar 3», la série égyptienne encadrée par l'État à sa propre gloire

L'actuel président Al-Sissi est le héros incontesté d'une fiction aseptisée, dont le pouvoir égyptien tient les rênes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio