Politique

Adrien Quatennens juge «absolument intolérable la violence envers les journalistes»

Temps de lecture : 2 min

Le député La France insoumise du Nord a aussi défendu la légitimité de son parti dans le mouvement des «gilets jaunes».

Adrien Quatennens sur le plateau de l'Instant politique | Capture d'écran FTVi
Adrien Quatennens sur le plateau de l'Instant politique | Capture d'écran FTVi

Adrien Quatennens, député La France Insoumise du Nord, était l'invité de Gilles Bornstein dans L'Instant Politique sur France Info ce mercredi 28 novembre. Questionné sur les «gilets jaunes» et le lien éventuel avec son parti politique , l'élu a répondu: «Notre responsabilité de responsable politique, c'est de formuler des propositions précises pour sortir de la crise, et moi j'observe avec inquiétude qu'Emmanuel Macron n'est pas à la hauteur à ce sujet [...] Nous voulons accompagner cette colère, lui formuler une issue politique positive».

À la question de Slate portant sur le post Facebook de Sophia Chikirou dans lequel l'ex-directrice de campagne de Jean-Luc Mélenchon disait ne pas parvenir «à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes» agressés par des «gilets jaunes», Adrien Quatennens a rétorqué ne pas savoir «de quoi on parle» puisqu'il n'avait manifestement pas vu le post en question. Il a tout de même ajouté qu'il jugeait «absolument intolérable quelque forme de violences que ce soit envers les journalistes» ( sa réponse complète à 7'07).

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Newsletters

Europe-USA, le grand «je t'aime moi non plus»

Europe-USA, le grand «je t'aime moi non plus»

L'ouverture des frontières Schengen aux touristes de certains pays, annoncée ce mercredi 1er juillet ne concerne pas les États-Unis. De même les frontières américaines nous sont fermées depuis la mi-mars.  ...

Débrief

Débrief

Dans les grandes villes, l'écologie doit mieux comprendre les besoins des quartiers populaires

Dans les grandes villes, l'écologie doit mieux comprendre les besoins des quartiers populaires

Les habitant·es des zones urbaines défavorisées souffrent plus de la pollution et leur empreinte carbone est plus basse que celle des classes aisées, mais l'écologie politique les culpabilise encore trop.

Newsletters