Société

Nantes appartient à la Bretagne, que cela vous plaise ou non

Temps de lecture : 8 min

Malgré ce que l'on raconte, la ville de Nantes est bien située en Bretagne. Le 8 décembre à Rennes, plusieurs collectifs défileront pour que cette réalité historique devienne un fait administratif.

Manifestation en faveur de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne, le 24 septembre 2016 à Nantes | Jean-Sébastien Évrard / AFP
Manifestation en faveur de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne, le 24 septembre 2016 à Nantes | Jean-Sébastien Évrard / AFP

Le 29 septembre dernier, il ne pleut pas sur Nantes. Sous les traînées dessinées par une multitude d’avions sur le ciel bleu, du haut du château des ducs de Bretagne, on observe des grappes de manifestantes et manifestants descendre des tramways. D’autres viennent à pied, beaucoup portent des drapeaux bretons, mais aussi catalans, kanaks ou kurdes. Sur les panneaux colorés, on peut lire des slogans simples: «Décidons en Bretagne», «Organisons un référendum».

Plus d'un millier de personnes sont là pour réclamer la tenue d’un vote populaire, qui trancherait une bonne fois pour toute un débat séculaire qui animent encore les chaumières: Nantes est-elle en Bretagne?

En jean, paire d’Adidas et polo noir frappé d’un autocollant «Naoned e Breizh», on retrouve Brendan Guillouzic-Gouret. Nantais de naissance, il a rejoint le collectif 44=Breizh dès sa création, en 2008. «La plupart des Nantais grandissent en pensant que leur ville n’est pas bretonne, se désole-t-il. Il y a toujours des personnes qui partagent cette version, calquée bêtement sur un découpage administratif découlant d’un ordre technocratique parisien et imposé aux gens sans leur avis.»

De Nominoë à François Ier

Il faut pourtant bien avouer que Nantes n’a pas toujours été bretonne. «La Bretagne se forme au début du Moyen Âge avec l'arrivée de Bretons venant d'outre-Manche, narre Erwan Chartier, chercheur spécialisé dans l'histoire de Bretagne. Du Ve au IXe siècle, ils forment un pays distinct, mais non uni politiquement. Au début du IXe siècle, l'empereur Louis Le Pieux envahit la Bretagne. Pour garder le calme, il nomme un noble Breton, Nominoë, comme son représentant. Jusque là, les Bretons sont cantonnés derrière la Vilaine et la Rance

Finalement, Nominoë se rebelle contre les Francs, ce qui lui vaut depuis le XIXe siècle le surnom de «Tad ar Vro», le père de la patrie bretonne unifiée. «Il est considéré commeroi de Bretagne”, reprend l'historien, tout comme ses successeurs, Erispoë et Salomon. Ces premiers rois infligent de lourdes défaites aux Francs et poussent à l'est, en s'emparant des comtés de Rennes et Nantes.» Comme Rennes, Nantes ne devient donc bretonne qu’en 851.

En 936, Alain Barbetorte, descendant des rois de Bretagne, chasse les Vikings qui déstabilisent la région depuis des années. Il est alors considéré comme «dux», le premier duc de Bretagne. Rapidement, il fait de Nantes l'une de ses principales résidences. Le château des ducs de Bretagne est fondé trois siècles plus tard. Si les ducs résident également à Rennes et Vannes, Nantes est bien la capitale culturelle et économique de la Bretagne.

Au XIIIe siècle, la France a beau voir la Bretagne comme une partie de son royaume, les ducs continuent de mener leur propre politique et n’hésitent pas à se rebeller à plusieurs reprises. Ce n’est qu’en 1488, au terme d’une guerre violente, que la Bretagne perd son indépendance.

«Anne de Bretagne est contrainte d'épouser le roi Charles VIII, continue Erwan Chartier. À la mort de ce dernier, elle se marie avec le nouveau roi, Louis XII. Son contrat de mariage prévoit que le duché puisse redevenir une principauté indépendante après son décès.» Sauf que François Ier, qui accède au trône en 1515, n’a que faire de cette promesse.

Malgré une forte résistance, il promulgue un édit d’union entre la France et la Bretagne en 1532. Toutefois, l’historien précise: «La Bretagne a conservé les mêmes frontières depuis le IXe siècle. Grosso modo, avec le Portugal, c'est un exemple assez unique de stabilité dans le temps.»

Anne de Bretagne aperçue à une manifestation en faveur de la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne, le 24 septembre 2016 à Nantes | Jean-Sébastien Évrard / AFP

Victimes du jacobinisme

En 1790, la Révolution dissout la province bretonne, découpant son territoire en cinq départements: les Côtes-du-Nord, aujourd’hui Côtes d’Armor, le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, le Morbihan et la Loire-inférieure, actuelle Loire-Atlantique, le département numéro 44. Pourquoi? Parce que «l'idéologie révolutionnaire est jacobine, résume Erwan Chartier. Il faut détruire les identités régionales au profit de la nation française à construire».

L’État jacobin divise le peuple breton pour mieux le gouverner. Et d’une certaine manière, cela fonctionne. «Au XIXe siècle, Nantes devient un grand port international, explique-t-il. Pour alimenter les chantiers, on fait appel à de nombreux immigrés, dont beaucoup de bas bretons, une population pauvre et qui parle peu le français. Pour les élites nantaises, la dimension bretonne est associée à ce prolétariat bas breton

Lors de la Seconde Guerre mondiale, ce rejet de la figure du Breton pouilleux par les élites nantaises bien mises nourrit un détachement de la Bretagne. En 1940, Philippe Pétain annonce une réorganisation territoriale et la création de gouverneurs de provinces, qui comprendraient «cinq à six départements».

Le maire de Nantes réclame la création d’une grande région Ouest, dont Naoned serait évidemment la capitale, tandis que le maire de Rennes exige que sa ville soit le centre de la nouvelle province de Bretagne.

Finalement, le gouvernement tranche. «Dès avril 1941, ce dernier instaure la fonction de préfet de région, éclaire Erwan Chartier sur son blog. La haute fonction publique et le ministère de l’Intérieur, les bastions de la tradition centralisatrice et du jacobinisme, imposent un état de fait. Et, le 30 juin, un décret crée les préfectures de régions de Rennes… et d’Angers. Cette dernière englobe la Loire-Inférieure. À la grande fureur des élites nantaises qui, en ayant joué la carte de l’Ouest, se retrouvent coupées de la Bretagne et dans une région dont elles n’obtiennent même pas la capitale.»

En 1956, ce découpage est confirmé avec la création d’une région Pays de la Loire. De la Révolution au gouvernement de Guy Mollet en passant par Vichy, la logique de centralisation du pouvoir est la même. On bâtit des régions pour répondre à des problématiques économiques, industrielles et administratives, faisant fit de toute fidélité historique ou culturelle.

«Débretagnisation» et rivalités

Cet héritage intellectuel perdure, selon Erwan Chartier: «Les régions ne sont considérées que comme les relais du pouvoir central, qui peut y appliquer ses politiques d'aménagement, les mêmes partout.» Et avec ces politiques vient l’impérialisme culturel, qui vise à effacer avec le côté dur de la gomme ce que l’État jacobin voit comme un particularisme culturel.

Chez Bretagne Réunie, anciennement Bretagne 5, association créée en 1976, on appelle ça la «débretagnisation»: «On pourrait écrire un livre sur le sujet, tant il y a d’exemples, assène Herri Colliot, vice-président. À Nantes, quand on rénove un immeuble, on enlève les plaques qui commémorent des lieux liés à l’histoire bretonne. Et on ne les remet pas une fois les travaux finis. Du primaire à l’université, on vous apprend aussi que vous êtes un Ligérien et un Pays-de-loirien…»

Il accuse aussi «les grands médias», de France 3 à Ouest-France, de ne pas citer en entier des noms de communes telles Vigneux-de-Bretagne, Montoir-de-Bretagne ou Le Temple-de-Bretagne, qui deviennent Vigneux, Montoir et Le Temple –peut-être aussi par flemme et manque d’espace.

L’activiste y voit les signes d’une politique plus large, qu’il résume en citant les propos tenus par certains députés de la région: «Mais monsieur, la réunification, on ne la fera jamais. Dans vingt ans, la Bretagne n’existera plus en Loire-Atlantique.»

«En cas réunification, la Loire-Atlantique deviendrait le département le plus riche. S’y concentrent les universités, l’accès à la culture, l’attractivité touristique...»

Gaël Roblin, indépendantiste breton

Il n'y a pas qu'en Pays de la Loire que l'on s'oppose à l'idée de la réunification tant espérée par Herri Colliot. Dans l’autre grande métropole bretonne, Rennes, on s'inquiète de perdre en influence avec l'éventuelle réintégration de Nantes.

Entre les deux villes existent une rivalité tenace, tant au sein des élites politiques qu’entre clubs de football. Figure de l’indépendantisme de gauche breton, Gaël Roblin raconte également la crainte des campagnes de son pays. «Dans le sud-Finistère et le Morbihan, beaucoup diront que Nantes, c’est “à nous”, démarre-t-il. Ils te disent ça comme ça, en buvant un muscadet. Mais en cas réunification, la Loire-Atlantique deviendrait le département le plus riche. S’y concentrent les universités, l’accès à la culture, l’attractivité touristique et les moyens de transport modernes. Ils ont peur que ça accentue la désertification. Et c’est difficile de leur donner tort.»

Référendum par et pour le peuple breton

Tout de même partisan de la réunification, Gaël Roblin estime qu’une première bataille à été gagnée: celle du rejet de l’effacement de l’identité bretonne dans le 44. Pour étayer ses propos, il cite un sondage commandé par la région Bretagne à l’institut TMO, dévoilé en octobre dernier. «Ils ont sondé les cinq départements, s’amuse-t-il. Le désir d’avoir plus de langue bretonne en Loire-Atlantique est à peu près le même que dans les départements de la Bretagne officielle»: 54% des personnes sondées aimeraient que le breton y soit davantage présent dans les services publics de leur département. À vrai dire, 72% d’entre elles désirent plus de panneaux bilingues français-breton sur les bords de leurs routes, contre seulement 71% en Ille-et-Vilaine.

Comment gagner la deuxième bataille? En posant la question de la réunification, mais pas seulement. «Dans la campagne sur le droit à décider, on veut discuter des limites de notre territoire, mais aussi des compétences qu’il peut exercer, précise Gaël Roblin. Les collectivités locales actuelles sont dépourvues de moyens. Ce dont on a besoin, c’est d’une Assemblée de Bretagne et d’une collectivité territoriale unique aux compétences élargies. On ne peut pas répondre à ces problématiques en évoquant seulement l’histoire.»

Un discours partagé par Brendan Guillouzic-Gouret, qui prépare la «manif retour» de Rennes. Elle devrait susciter le même genre d’adhésion qu’à Nantes –pas vraiment l’unanimité, donc. Pourtant, c’est bien avec le peuple breton et seulement avec lui que 44=Breizh entend traiter.

Brendan Guillouzic-Gouret affirme ne pas vouloir d’un référendum organisé par l’État français. «Parce qu’on ne maîtriserait pas la question posée, le périmètre et d’autres éléments pouvant grandement influencer la réponse, conclut-il. On désire un référendum auto-organisé par la population avec l’aide des élues et élus. A priori, rien n’interdit l’organisation d’un tel référendum. Il faut juste oser le faire

Une première étape a d'ailleurs été franchie: le 26 novembre, Bretagne Réunie a annoncé avoir recueilli en Loire-Atlantique les 100.000 signatures nécessaires à l'exercice du droit du pétition, qui devrait forcer le département à inscrire à son ordre du jour un débat sur l’organisation d'un référendum.

Thomas Andrei Journaliste

Newsletters

Un homme bloqué deux jours dans la ventilation d’un restaurant chinois

Un homme bloqué deux jours dans la ventilation d’un restaurant chinois

Attention si vous êtes claustrophobe, n’allez pas plus loin, cet article est votre pire cauchemar.

Consultation

Consultation

Indice de confiance 2018 des sources d'information

Indice de confiance 2018 des sources d'information

Newsletters