Monde

Un pilote s’endort et dépasse son point d’atterrissage de 46 kilomètres

Temps de lecture : 2 min

Après l’incident, il a repris les commandes le jour même.

Le pilote était seul dans l'appareil | Leio McLaren via Unsplash CC License by
Le pilote était seul dans l'appareil | Leio McLaren via Unsplash CC License by

Un pilote australien est visé par une enquête car son avion, censé atterrir sur King Island, a dépassé son objectif de 46 kilomètres. Alors qu’il s’approchait de cette île du détroit de Bass, entre l’île principale de l’Australie et la Tasmanie, le pilote, dont on ne connait pas le nom, s’est endormi. Son avion, qui volait sur pilote automatique, a donc poursuivi sa route.

D’après un communiqué de Vortex Air, l’employeur du pilote, basé à Melbourne, «le problème est apparu lorsque le contrôle aérien s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas contacter le pilote et que l’appareil avait dépassé son objectif en auto-pilote». Plusieurs appels radio ont en effet été enregistrés, sans réponse du pilote.

L'homme était seul dans l’appareil au moment des faits. Il pilotait un Piper PA-31, un petit avion de fret et devait effectuer un trajet d’un peu plus de 200 kilomètres, entre Devonport, en Tasmanie et l’île King. Le vol décollait à 6h20 du matin et c’était le premier jour de travail du pilote après une période de vacances. Après s’être finalement posé sur l’île, il est retourné derrière les commandes pour effectuer d’autres vols le même jour.

Aucun sommeil la nuit précédente

La société Vortex Air assure qu’elle «prend la sécurité des passagers, des équipes de vol et des pilotes au sérieux» et qu'elle «respecte systématiquement toute les procédures de sécurité». D’après elle, le pilote est venu au travail alors qu'il avait très peu, voire pas du tout, dormi la nuit précédente à cause d’une «crise personnelle».

Le Bureau australien de la sûreté des transports, un enquêteur des risques et l’Autorité de sûreté de l’aviation civile ont tout de même déclaré enquêter sur les procédures en place chez Vortex Air, en plus d’auditionner le pilote.

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat en Afghanistan, incendies en Espagne et guerre au Yémen... La semaine du 17 août en images.

Poumons en feu

Poumons en feu

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

L'administration Trump veut construire de nouvelles installations pour détenir les enfants migrants isolés, qui se retrouvent enfermés dans des conditions lamentables.

Newsletters