Parents & enfants / Monde

Une fête pour annoncer le sexe d'un bébé a brûlé 20.000 hectares de forêt

Temps de lecture : 2 min

En Arizona, un agent frontalier avait déclenché un incendie en faisant exploser une poudre bleu pour annoncer un garçon.

La «gender reveal party» qui a déclenché le feu. | Capture d'écran via Twitter
La «gender reveal party» qui a déclenché le feu. | Capture d'écran via Twitter

En septembre, un agent frontalier américain a été condamné à payer 220.000 dollars de dommages et intérêt pour avoir accidentellement déclenché un incendie qui avait ravagé 20.000 hectares de forêt en Arizona en 2017. Dennis Dickey avait organisé une «gender reveal party», une fête de dévoilement du sexe de son futur enfant, pendant laquelle il avait tiré au fusil sur une cible qui avait explosé en diffusant une poudre bleu (pour annoncer un garçon).

Plusieurs mois après, le quotidien local Arizona Daily Star a obtenu des images de la fameuse fête, grâce à la loi pour la liberté de l’information (FOIA) qui permet au public américain d'obtenir divers documents et archives administratives. Dans une vidéo de cinquante secondes, on peut donc voir la balle atteindre sa cible –avec les mots «fille» et «garçon» écrits dessus– avant de libérer une poudre bleue qui s'est avérée hautement inflammable.

À la fin, on entend une voix dire: «On remballe tout, on remballe tout». Les personnes filmées avaient été préalablement dissimulées par un rectangle noir, conformément à une loi visant à protéger leur vie privée.

La substance bleue contenait de la tannerite, un explosif qui a déjà causé plusieurs autres feux de forêt dans l'ouest américain. Huit cent pompiers avaient été déployés pour éteindre cet incendie qui avait fini par coûter 8,2 millions de dollars.

Après son procès, Dennis Dickey avait dit: «Je me sens extrêmement mal. C'était probablement un des pires jours de ma vie».

Slate.fr

Newsletters

Faut-il s’inquiéter que votre enfant réclame toujours la même histoire?

Faut-il s’inquiéter que votre enfant réclame toujours la même histoire?

Peut-être en avez-vous marre de narrer tous les soirs son histoire favorite...

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

La multiplication des actes de violence contre les enseignants d’une part, et le vote du projet de loi interdisant la fessée d’autre part, repose la question de l’autorité éducative.

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Les réseaux conservateurs s'appuient sur des récits d'expériences douloureuses pour dénoncer la GPA. Seulement, cet argumentaire ne tient pas la route.

Newsletters