Santé / Sciences

«Mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Karen, une femme qui a vécu plusieurs histoires avec des hommes et a fini par en conclure qu'elle n'avait plus envie d'être en couple.

«J'ai rompu, et je me rends compte que cela ne me fait ni chaud ni froid.» | Eric Ward via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Depuis presque un an, je vis une situation inédite: je n'ai plus du tout envie d'être en couple. J'éprouve même du rejet et du dégoût pour ceux que je croise ou à la simple idée d'en former un.

Pourtant, j'ai tenté deux relations cette année. La première fois, j'ai confondu l'attachement avec l’amitié. La deuxième histoire a été plus longue et vient de se terminer.

Ça a commencé par un intérêt pour lui, puis je me suis dit qu'il pouvait être là seulement pour un soir et finalement, on s'est revus. Lui avait craqué, m'avouant un gros coup de cœur. Il voulait être omniprésent.

Au début, je me suis laissée faire. J'appréciais qu'il me bouscule un peu et s'impose. Je voulais faire des efforts pour aller au-delà de mes propres barrières –c'est-à-dire les baisser, pour une fois, et laisser à un homme la chance de les franchir avec moi.

Nous avions beaucoup de points communs, une bonne entente. Mais plusieurs de ses attitudes m'ont déplu, et l'attachement que j'avais s'est émoussé très rapidement. Je ne m'en suis pas rendue compte immédiatement: le doute s'est immiscé jour après jour. Je me trouvais intolérante.

Il y a quatre ans, j'ai vécu une histoire de deux ans avec un autre homme et mon amour pour lui m'avait fait accepter ses qualités, mais aussi ses défauts, en toute conscience. Mais là, impossible de passer outre ses défauts –pourtant pas aussi marqués que ceux de l'homme avec qui j'ai eu ma longue histoire.

Plus la relation avance et plus je suis mal à l'aise, jusqu'au moment ultime où parler ou voir la personne m'est insupportable. Cette sensation est toute nouvelle pour moi. J'ai l'impression d'être replongée dans mon adolescence où la situation m'échappait, alors que rompre n'a jamais été un problème pour moi.

J'ai donc rompu, et c'est avec effroi que je me rends compte que cela ne me fait ni chaud ni froid. Une indifférence totale.

J'ai l'impression que mon cœur s'est vidé de toute la substance d'amour disponible. Penser à faire de nouvelles rencontres, rejouer le jeu des questions m'horripile... Me sentir confrontée aux conventions où l'homme attend plus qu'une discussion après plusieurs rendez-vous me désoriente et m'effraie.

Je ne souhaite plus démarrer une quelconque relation, car je n'arrive plus à réveiller mon cœur aux sentiments. J'espère qu'il vibre à chaque fois, mais non, il est complètement fermé.

Ce qui en résulte, c'est que je fais souffrir mes partenaires à «jouer la comédie» de l'amour, puisqu'en réalité, je ne suis absolument pas sûre de mes sentiments.

On a beau me dire que ce n'était pas la bonne personne, je n'y crois pas non plus: je suis bien capable d'émotions avec mes proches et mes enfants, alors pourquoi pas avec cet homme?

Est-ce possible de ne plus aimer d'amour?

Karen.

Chère Karen,

Oui, je crois qu'il est possible de ne plus aimer d’amour. Je crois que l’amour n’est pas une obligation, ni un droit inaliénable, et que l'on nous en rebat aussi beaucoup les oreilles. Pour être accomplie dans la vie, il faut aimer. Aimer passionnément, avoir un couple qui jamais ne se fatigue. En tant que femme, il faut être une épouse accomplie, une mère dévouée et une putain enthousiaste.

La vérité est tout autre, évidemment. Mais ces injonctions nous emplissent du malheur de l’échec. Vous avez le droit de ne pas aimer, de ne pas avoir envie d’aimer. Vous avez le droit de préférer à la folle passion l’amour filial ou amical. Vous avez le droit de ne pas vouloir être deux.

Vous avez de la chance, Karen, parce qu’au fond, vous savez ce que vous voulez. Il n’est pas question ici d’attendre ou de rechercher activement la «bonne personne», il est question de votre envie de la trouver. Et la vérité, vous le dites vous-même, c’est que vous n’en avez pas envie.

Je ne suis pas une défenderesse du couple à tout prix. Vous ne me verrez jamais ici conseiller des concessions absurdes au profit d’une norme que je ne valide pas moi-même. Vous n’avez pas envie d’être en couple? Alors ne soyez pas en couple. Acceptez de vous libérer de ce poids qui ne vous sert à rien. Pourquoi vous acharner à chercher à vous conformer à un idéal qui ne vous satisfait pas?

On dit qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Je me méfie toujours des phrases toutes faites, mais vous pouvez vous faire confiance quand vous sentez au fond de vous que vous n’avez aucun désir à être accompagnée.

Profitez de ce qui vous apporte du bonheur et de la joie, vos enfants et vos proches –ou même un animal de compagnie, si c’est ce qui vous satisfait! Rien n’est bête, rien n’est étrange. Vous avez tout à fait le droit de vivre votre vie comme vous l’entendez.

Il faut du courage, c’est sûr, pour accepter de sortir de la norme. Mais je peux vous assurer que cette liberté que vous allez y gagner, cette sérénité que vous allez acquérir, valent tout l’or du monde. Ne jouez plus la comédie. Seul votre cœur sait ce qui est bon pour vous.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Il est difficile de prédire combien de temps après le début d’un traitement antibiotique l’amélioration se fait sentir. Mais si au bout de deux jours, vous allez plus mal, retournez consulter…

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Arrêtez ça.

Newsletters