Monde

Pourquoi l’association Peta tente de modifier le nom d’un village anglais

Temps de lecture : 2 min

L’association de défense des animaux veut apposer le mot «vegan» devant le nom du village de Wool, qui veut dire «laine» en anglais.

Le pont de Wool | Jonathan Cardy via Wikimedia Commons License by
Le pont de Wool | Jonathan Cardy via Wikimedia Commons License by

«Le nom Wool devrait rester tel quel, l'idée de renommer le village est tout à fait ridicule. C’est l’idée la plus idiote que j’ai vue depuis longtemps». Le ton est donné pour cette habitante du village de Wool sur la page Facebook du conseil paroissial. Si cette dernière tient à défendre le nom de ce village qui porte le nom de Wool, en français «Laine», depuis environ 1.000 ans, c’est parce que l’association de défense des animaux Peta souhaite le modifier, raconte The Independant.

Dans une lettre au conseil paroissial, l’association s’est émue d’un tel nom qui rappelle que les animaux comme les moutons sont exploités pour leur pelage. «Avec un simple changement de nom, votre village peut prendre position contre cette cruauté et rappeler à tout le monde qu’il est facile de rester au chaud et d’être chaleureux avec les moutons en choisissant de la laine végétalienne ou d’autres matières sans animaux», écrit Peta. Elle souhaite que le village change de nom et mette le mot vegan devant Wool, pour que sa signification devienne «Laine vegan».

L’association propose en échange de cette modification d’approvisionner chaque ménage du village favorable à l’idée une couverture en chanvre, en coton ou en écorce de banane (car oui, le tissu de l’écorce de banane existe. On peut même en faire des robes). Lors du dernier recensement, on en comptait plus de 2.000, soit environ 5.000 personnes.

Du côté des habitants, on pointe que le nom Wool dérive des mots well ou spring – «puits» ou «source» en français. Rien à voir avec le mouton et sa laine donc. Une autre résidente s’interroge: «Supposons simplement que ce mauvais projet soit mis en place. Peta financera-t-elle les coûts de modification de tout ce qui a trait au nom, car je doute qu'un village sans policier, avec un centre médical sous-financé, des routes et des trottoirs non-conformes aux normes soit en mesure de payer tout cela?».

Du côté de Peta, on assume que l’histoire est surtout pour attirer l’attention des médias, après que la campagne mettant en avant la cruauté envers les moutons dans l’industrie de la laine ait échoué. «Nous avons vu cette affaire comme une opportunité de diffuser le message, a déclaré Elisa Allen, une des directrices de l’association. Nous espérons que les gens vont consulter notre site pour regarder nos enquêtes sur l’industrie de la laine britannique, et se détourner du commerce». Le conseil paroissial de Wool, lui, discutera de l’idée en décembre.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters