Tech & internet

Pourquoi les mèmes ont tous des lettres majuscules blanches?

Temps de lecture : 2 min

Principalement par fainéantise. Et à cause de Microsoft.

Disaster girl | via makeameme.org
Disaster girl | via makeameme.org

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Pourquoi les majuscules blanches sont-elles tant utilisées dans les mèmes?»

La réponse d'Archie D’Cruz, rédacteur en chef, designer, auteur:

La grande majorité des mèmes que l’on trouve sur internet aujourd’hui sont créés à l’aide de générateurs de mèmes, des outils en ligne qui vous permettent de sélectionner une image, d’ajouter votre texte et de publier le résultat sur les réseaux sociaux. Le tout ne prend pas plus d’une minute et vous évite d’avoir à bidouiller dans Photoshop.

Le point commun entre à peu près tous les générateurs est le paramètre de police par défaut: des majuscules blanches avec un contour noir, qui rendent le texte lisible, que l’image sur lequel il est apposé soit claire ou foncée.

La plupart des générateurs de mèmes populaires ne permettent pas de modifier la police, la couleur ou la casse, mais même dans ceux qui offrent cette option, les utilisateurs et utilisatrices ont tendance à la négliger. C’est la raison pour laquelle les mèmes ressemblent presque tous à ça:

Mais pourquoi cette police s’est-elle imposée comme le paramètre par défaut? C’est là que Microsoft intervient.

Un style clair, fort, lisible

La police utilisée dans la plupart des mèmes est Impact, une police créée dans les années 1960 alors que le style typographique suisse (clair, fort, lisible) commençait à dominer le design graphique. Impact a été imaginée par Geoff Lee, qui l’a vendue à la fonderie typographique britannique Stephenson Blake, laquelle l’a à son tour cédée à Monotype après avoir cessé son activité dans le domaine de la typographie.

Alors qu’internet gagnait en popularité dans les années 1990, Microsoft a conduit un projet, Core fonts for the Web, destiné à créer un ensemble de polices de base pour le Web.

L’entreprise a alors distribué gratuitement onze polices, comme freeware, dont l’Impact de Monotype. Ces différentes polices étaient incluses dans le système d’exploitation Windows 98, qui dominait le marché à l’époque.

Il est donc peu surprenant que les premiers mèmes, qui ont été créés avec Paint ou Photoshop, aient été conçus avec Impact. Avec Arial Black, c’était de loin la police la plus forte des Core fonts et la plus lisible quand elle était placée sur une image. Mais à la différence d’Arial, elle était aussi très condensée, ce qui permettait de mettre plus de lettres dans un espace donné.

Quand les sites Web comprenant des générateurs de mèmes sont arrivés sur le devant de la scène, Impact est tout naturellement devenue la police de choix: elle était gratuite et lisible sur presque toutes les images.

Au fil des ans, des sites ont essayé de se démarquer –en proposant divers choix de polices, en fonçant l’image sous le texte, en plaçant le texte au-dessus et en dessous des images, en mettant le texte dans des cases– mais aujourd’hui, le fait d’utiliser Impact en majuscules blanches pour les mèmes est devenu une sorte de mème en soi.

Quora

Newsletters

Les États de l'Union européenne et les géants du web, main dans la main pour faciliter la censure

Les États de l'Union européenne et les géants du web, main dans la main pour faciliter la censure

Le texte européen le plus liberticide de cette décennie est en approche.

La course contre la montre pour sauver le contenu adulte de Tumblr

La course contre la montre pour sauver le contenu adulte de Tumblr

Une petite entreprise d'archivage a décidé de sauvegarder les documents en danger.

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

La justice australienne a interdit à la presse de publier le verdict du procès afin de ne pas influencer un autre procès en cours.

Newsletters