Égalités / Société

Il est absurde d'opposer «gilets jaunes» et #NousToutes

Temps de lecture : 4 min

Samedi 24 novembre, dans les rues de Paris, défileront à la fois les «gilets jaunes» et les féministes. Et je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est un grand gâchis.

Rassemblement organisé par le mouvement Nous Toutes place de la République à Paris, le 29 septembre 2018 | Zakaria Abdelkafi / AFP - Manifestations des «gilets jaunes» place de la Concorde à Paris, le 17 novembre 2018 | Lucas Barioulet / AFP
Rassemblement organisé par le mouvement Nous Toutes place de la République à Paris, le 29 septembre 2018 | Zakaria Abdelkafi / AFP - Manifestations des «gilets jaunes» place de la Concorde à Paris, le 17 novembre 2018 | Lucas Barioulet / AFP

Samedi 24 novembre, on verra Paris coupé en deux: la manif contre les violences faites aux femmes partira d’Opéra (et non plus de Madeleine) et celle des «gilets jaunes» aura lieu au Champs-de-Mars –ou n’importe où ailleurs dans Paris.

Conclusion? Être féministe = toujours tomber sur la boule noire à Motus, celle qui vous fait perdre votre tour.


On ne va pas se mentir: quand on pense que certaines préparent cette marche depuis des mois, que l'on rêvait d’une déferlante féministe, que l'on regardait avec envie les manifs en Espagne (elles étaient cinq millions à cesser le travail pour manifester, le 8 mars dernier), que l'on se disait qu’après MeToo, il y avait peut-être la place pour ça en France, que l'on nous écouterait enfin et que voilà, on va poliment passer à la trappe, c'est rageant.

Bien placées pour parler de fric

Dans un moment d’humeur, il serait tentant d'opposer les deux manifs, surtout si l'on imagine les «gilets jaunes» comme des mecs qui fument des gauloises et roulent au diesel en mangeant des steaks saignants. Sauf qu'outre que le mouvement est évidemment plus complexe que cette caricature, il y a beaucoup de femmes parmi les «gilets jaunes». Ça paraissait contre-intuitif au début, tellement on nous a vendu la caisse comme un attribut viril. Le vroum-vroum, c’était pour les hommes. Mais les problèmes de fric, c’est un sujet bien maîtrisé par les femmes.

Depuis toujours, elles ont joué des rôles d’émeutières actives, lançant les mouvements, incitant les hommes à prendre leur part –dans Histoire des femmes en Occident, Arlette Farge et Dominique Godineau, entre autres, ont analysé ces aspects. Si elles ont participé à tous les combats sociaux, elles sont encore plus nombreuses pour lancer les révoltes vivrières, celles qui sont en lien avec le niveau de vie, parce que quand on est chargée des tâches domestiques, dont la cuisine, on est bien placée pour dire que là, ça ne va plus être possible.

Les femmes tiennent les comptes, ouvrent les factures, règlent la cantine des enfants, voient arriver avec angoisse l’interminable liste au père Noël. Et comme en général elles gagnent moins d’argent, les hausses de prix, elles les sentent bien passer. Et notamment celle du carburant, parce qu’il se trouve que les femmes aussi font du vroum-vroum: pour aller travailler, pour faire les courses, pour emmener les enfants à leurs activités, pour aller voir les grands-parents. Vu le nombre de tâches familiales impliquant des trajets qu’elles prennent statistiquement plus en charge que les hommes, si ça se trouve, elles roulent même plus que les mecs.

Il y a plus étonnant dans le traitement de ce mouvement: non seulement les femmes sont présentes sur les blocages, mais elles ont la parole. Les médias les interrogent, elles expriment leur ras-le-bol, on les voit prendre le haut-parleur dans des rassemblements. Et là, je ne peux pas m’empêcher de me demander si par hasard, le fait de rabâcher que l'on invisibilise systématiquement les femmes ne commence pas à changer un peu les choses.

Donc non, les «gilets jaunes» et Nous Toutes, ce ne sont pas des gros beaufs versus des mal-baisées. Ce ne sont pas non plus les femmes qui veulent pouvoir offrir un cadeau de Noël à leur gamin versus les féministes riches –parce que cet argument-là, je le vois venir gros comme un ovaire.

Même système de domination

Le combat féministe porte aussi sur l’argent. Oui, la vie coûte cher. Mais elle coûte encore plus cher aux femmes, parce qu'elles occupent des postes moins qualifiés, qu'elles sont moins rémunérées, qu'elles se tournent vers des boulots consistant à s’occuper des autres –petite enfance, vieillesse, maladie, secteur social– dont la société a décidé qu’il était normal qu’ils soient dix fois moins payés qu’un paquet de jobs à la con, qu'elles sont largement majoritaires dans les familles monoparentales, qu'elles se tapent la taxe rose et qu'elles sont moins susceptibles d’obtenir un crédit bancaire.

Au début de la vie adulte, les femmes quittent le domicile familial plus tôt que les hommes et se prennent en charge financièrement plus vite; après leur vie active, elles ont des pensions de retraite bien inférieures à celles de leurs homologues masculins.

Et ces inégalités purement économiques participent évidemment du même système de domination que les violences sexuelles et physiques qu’elles peuvent subir. Simplement parce qu’être une femme en France en 2018, ce n’est toujours pas être à égalité avec un homme.

Repenser la place des femmes –et donc des hommes– dans la société implique forcément de repenser la société dans son ensemble: son mode de fonctionnement, ses injustices, son système d’exploitation, ses politiques.

Que tout cela puisse passer à la trappe pour écouter les «vraies» revendications du «vrai» peuple, ça me désespère. Comment faire pour que les porteuses de gilets jaunes viennent arborer un foulard violet? Il faut que l'on se pose sérieusement la question.

Dommage, mais ça ne nous arrêtera pas

Et même si je veux bien entendre tous les arguments des «gilets jaunes», on ne m’enlèvera pas de la tête que leur rassemblement aurait pu avoir lieu le dimanche, que cela aurait été une simple question de respect –et de responsabilité, dans la mesure où deux rassemblements le même jour créent une situation où les risques sont accrus.

Bien sûr, ce n’est pas le seul mouvement qui pâtit de la concentration médiatique sur les «gilets jaunes». Cette semaine, il y a également eu une grève des infirmières et infirmiers et une opération justice morte (saviez-vous que l'une des propositions de loi consiste à ce que la revalorisation des pensions alimentaires ne soient plus décidées par des juges, mais par les directions des CAF?).

Samedi, je serai présente à Opéra, avec ma putain de boule noire de féministe poissarde et une détermination inébranlable.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

Payée 70.000 dollars par an de moins que son collègue, une flutiste attaque son orchestre

Payée 70.000 dollars par an de moins que son collègue, une flutiste attaque son orchestre

Les différences de rémunération peuvent être importantes dans le milieu de la musique.

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

«Mon père», qui sort le 19 décembre en France, raconte l’histoire de Segundo, un garçon issu d’une communauté reculée des Andes et confronté à un secret de famille.

Encore une nouvelle inégalité filles-garçons à l'école

Encore une nouvelle inégalité filles-garçons à l'école

Une étude le démontre de manière flagrante.

Newsletters