Monde

Zuma s'excuse pour son 20e enfant

Temps de lecture : 2 min

The Guardian raconte comment le président polygame de l'Afrique du Sud, actuellement marié à trois femmes différentes, s'est excusé d'être le père d'une vingtième progéniture, conçue en dehors du mariage.

Dans un communiqué publié samedi dernier, il s'explique: «Je regrette sincèrement la douleur que j'ai causée à ma famille, à l'ANC, à l'Alliance et aux Sud Africains en général.»

La nouvelle a mis les responsables politiques et la population en émoi. Car la mère de l'enfant, Sonono Khoza, n'est autre que la fille du président du comité local d'organisation de la Coupe du Monde, également vice-président de la South African Football Association.

Dans un pays où près de 5,7 millions de personnes sont atteints du VIH, les associations regrettent que Jacob Zuma, en ayant une relation sexuelle non protégée hors-mariage, ne montre pas plus l'exemple.

Selon The Guardian, les responsables du parti du Président, l'ANC, sont également furieux que Jacob Zuma faille à l'une de ses promesses «de ne plus embarrasser le parti avec d'autres scandales sexuels». L'entourage du président a tout de même payé le "inhlawulo", le tribut traditionnel zulu payé à la famille de la mère pour chaque enfant illégitime.

[lire l'article complet sur The Guardian].

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @slate.fr

Image de une: Jacob Zuma, Wikimedia Commons, World Economic Forum.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Tweets menaçants, discours belliqueux, attaques de drones et de tankers notamment dans le Golfe Persique. À quoi bon, puisque ces deux puissances ne souhaitent pas déclencher de conflit?

De 45 à 40 heures de travail par semaine, le Chili à la croisée des chemins

De 45 à 40 heures de travail par semaine, le Chili à la croisée des chemins

Mercredi 23 octobre, les parlementaires se prononceront sur la baisse de quarante-cinq à quarante heures de travail hebdomadaire, au grand dam du président conservateur Sebastián Piñera.

«Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

«Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

René, 67 ans, a toujours collectionné des œuvres d'art ou des petits objets puis il s'est créé un petit musée personnel. Des petites oeuvres, des jouets, des babioles qui lui rappellent l’Algérie, ce qu'il aurait aimé pouvoir ramener dans sa...

Newsletters