Monde

Zuma s'excuse pour son 20e enfant

Temps de lecture : 2 min

The Guardian raconte comment le président polygame de l'Afrique du Sud, actuellement marié à trois femmes différentes, s'est excusé d'être le père d'une vingtième progéniture, conçue en dehors du mariage.

Dans un communiqué publié samedi dernier, il s'explique: «Je regrette sincèrement la douleur que j'ai causée à ma famille, à l'ANC, à l'Alliance et aux Sud Africains en général.»

La nouvelle a mis les responsables politiques et la population en émoi. Car la mère de l'enfant, Sonono Khoza, n'est autre que la fille du président du comité local d'organisation de la Coupe du Monde, également vice-président de la South African Football Association.

Dans un pays où près de 5,7 millions de personnes sont atteints du VIH, les associations regrettent que Jacob Zuma, en ayant une relation sexuelle non protégée hors-mariage, ne montre pas plus l'exemple.

Selon The Guardian, les responsables du parti du Président, l'ANC, sont également furieux que Jacob Zuma faille à l'une de ses promesses «de ne plus embarrasser le parti avec d'autres scandales sexuels». L'entourage du président a tout de même payé le "inhlawulo", le tribut traditionnel zulu payé à la famille de la mère pour chaque enfant illégitime.

[lire l'article complet sur The Guardian].

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @slate.fr

Image de une: Jacob Zuma, Wikimedia Commons, World Economic Forum.

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

Newsletters