Culture

L’histoire dingue de Threatin, le groupe qui a berné tout le monde (même ses musiciens)

Temps de lecture : 7 min

Faux label, faux achats de places de concerts, faux tourneur, fausse notoriété sur les réseaux sociaux… L’affaire Threatin a secoué le petit monde de la musique outre-Manche.

Threatin - Breaking the World (CD) | MagnifiedMedia via Wikimedia Commons License by
Threatin - Breaking the World (CD) | MagnifiedMedia via Wikimedia Commons License by

Mettez-vous à la place d’un organisateur ou promoteur de concerts: un groupe prometteur totalisant 38.000 likes sur Facebook, mené par un frontman sûr de lui, avec de nombreuses dates en prévision et une équipe solide derrière, vous propose de le programmer, garantissant un nombre de tickets vendus important. Si la musique vous séduit, a priori, c’est tentant. Normal.

Pourtant, il est possible que vous vous retrouviez avec trois personnes dans votre salle et un trou dans votre budget aussi grand que l’arnaque dont vous venez d’être victime. En Angleterre, le cas du groupe Threatin, qui a berné son petit monde, fait beaucoup de bruit.

291 places achetées… par le leader du groupe

Le leader du groupe, l’Américain Jered Threatin, jouit d’une audience en ligne notable porteuse de son projet musical, et prétend par ailleurs avoir cartonné lors d’une tournée aux États-Unis. Le problème, c’est que la plupart de ses likes/followers/abonnés ont été achetés et que les tickets supposément payés par le public en prévente n’ont en fait jamais trouvé preneur. Alors que le groupe devait se produire dans plusieurs salles en Angleterre, l’une d’elles, The Exchange à Bristol, a posté sur sa page Facebook le message suivant: «Qu’est-il arrivé aux 291 tickets dont votre agent disait qu’ils avaient été vendus à l’avance? TROIS PERSONNES sont venues!» Ne cherchez pas, c’est Jered Threatin lui-même qui a payé ces 291 places.

L’histoire a pris de l’ampleur lorsque les médias anglais s’en sont emparés en mode feu de paille. Mais durant quelques heures, Jered Threatin a bien cru réussir son pari. De nombreux messages, sur Facebook notamment, montraient que plusieurs personnes avaient réellement acheté des tickets pour les prochains lives du groupe, plutôt par curiosité envers l’escroquerie que par amour de leur musique. Il n’y a pas de mauvaise publicité, comme disait l’autre. Mais l’autre vit dans un monde de Bisounours, visiblement. Car très vite, la plupart des salles où Threatin était programmé ont tout simplement annulé la venue de la formation, sentant le four arriver. Comme à Belfast, où les deux groupes initialement chargés d’ouvrir pour la fausse tête d’affiche se produiront seuls.

Dans une fuite en avant à la François Fillon, Jered Threatin a tout tenté pour stopper cette vague d’annulations. Y compris acheter plus de places fictives pour rassurer les promoteurs. Stratégie payante? Non.

Un label et un tourneur bidon

C’est bien sûr le moment où tout le monde se pose la question qui fâche: comment un groupe comme Threatin a-t-il pu berner autant de monde? L’arme secrète, dévoilée par le site MetalSucks, c’est une fausse agence de promotion, StageRight Bookings. D’ailleurs, sur son site, elle prétend s’occuper de nombreux groupes, qui n’existent en fait pas, excepté Threatin. Gage de sérieux, vitrine alléchante, mais totalement bidon. Et quitte à pousser le vice encore plus loin, il en va de même pour le label du groupe, Superlative Music Recordings, qui assure exister depuis 1964. Un site web, un logo sur les affiches et autres supports du groupe, rien d’autre.

Le 13 novembre, seulement cinq jours après que le pot aux roses fut dévoilé, les musiciens accompagnant Jered Threatin dans son projet ont quitté le groupe, et ce alors que des dates supplémentaires avaient été calées pour une tournée européenne tout aussi fake que le reste. Le batteur américain Dane Davis, engagé pour cette tournée, s’est exprimé dans le magazine anglais Classic Rock: «Quand j’ai été contacté, je n’ai eu que peu de détails, si ce n’est qu’un groupe qui avait eu quelques hits outre-Atlantique voulait me faire passer une audition en vue d’une tournée. J’ai vu cela comme une belle opportunité».

Au vu l’audience avancée par Jered Threatin sur les réseaux sociaux, rien à signaler. Chaque musicien affirme avoir été recruté via Facebook par une dénommée Lisa Golding, créatrice de la société Aligned Artists Management. Une autre structure bidon. Pourtant, Jered Threatin a publié un teaser alléchant (malgré le décalage entre les foules en délire et vidéos de piètre qualité) pour cette tournée européenne.

Berner ses propres musiciens

Une audition à Los Angeles en juin dernier en présence de la femme du leader –faisant apparemment partie de l’équipe de management–, une impression d’avoir affaire à un musicien «terre-à-terre», le recrutement de deux musiciens supplémentaires (Joe Prunera à la guitare et Gavin Carney à la basse)… Tout avait l’air de rouler. Sauf lorsque les trois recrues ont appris que leur paie pour la tournée complète serait de 300 dollars seulement. 300 dollars qui, finalement, serviront à payer la nourriture et les frais de déplacement. Autant dire que dalle.

Les répétitions commencent donc à Los Angeles, à un rythme soutenu (tous les week-ends puis une semaine entière), et comme dans beaucoup de formations, les deals se finalisent avec une poignée de main, sans contrat d’engagement. Mais la tournée commence en Angleterre, avec un certain confort: mini-van Mercedes, Aparthotel avec un couchage pour tous… Lors du premier concert à l’Underworld de Londres, les musiciens ont un doute: «Il était prévu que 1.000 à 1.500 personnes viennent à ce concert, mais dès que nous sommes arrivés à l’Underworld, par la porte de derrière, il était clair que ce ne serait pas le cas, se souvient Prunera. Jered, lui, continuait de dire qu’il y aurait 1.000 à 1.500 personnes.»

Ce qui gêne aussi, c’est la présence constante de la femme de Jered Threatin, Kelsey. En plus d’être une source de dépense relativement inutile (un groupe de faible notoriété a-t-il réellement besoin de trimballer son manager partout?), les trois recrues commencent à se demander si le couple n’est pas, en même temps, en train de se payer des vacances, vu leur capacité à dépenser sans compter. Car oui, c’est Jered Threatin qui, en réalité, paye absolument tout: les places fictives, les billets d’avion, l’essence, les locations de véhicules et d’hébergements… Sauf la nourriture. D’où vient cet argent? Personne ne le sait.

Kelsey s’occupe de filmer le show, mais ne pointe la caméra quasiment que sur Jered. On peut la voir à l’œuvre sur cette vidéo récupérée par le site MetalSucks. Et bien sûr, aucun plan de la foule inexistante sur les films publiés par le groupe sur les réseaux.

La femme de Jered est aussi censée s’occuper du merchandising, mais puisque personne ne vient, le stand ne tiendra que pour les deux premiers concerts. Rien ne sert de l’installer si personne n’est là. Plus bizarre, Joe Prunera raconte que les trois nouveaux membres n’étaient pas totalement libres de leurs mouvements: «Ils voulaient que l’on reste près d’eux. Un matin, nous sommes descendus tous les trois pour prendre notre petit-déjeuner, et en avons profité pour aller faire quelques courses à côté. Quand on est revenus, on s’est fait hurler dessus parce qu’ils ne savaient pas où nous étions, et parce que nous nous étions éloignés du reste du groupe. Il fallait que l’on reste près pour qu’ils sachent où nous étions en permanence».

Le pot aux roses découvert

Joe Prunera raconte l’état d’esprit du groupe lors de l’explosion de l’affaire. Hébergés dans une maison louée près de la salle de concert de Belfast où ils devaient se produire, les recrues apprennent que le projet est totalement bidon via les informations: «Durant les heures qui ont suivi, tout s’est effondré, je veux dire, totalement. On arrêtait pas de lire les médias. Jered est descendu nous voir, on a parlé de toute cette affaire, et il a juste dit: “Je ne sais pas quoi faire”. On s’est dit: “On ne va pas jouer. On ne doit pas jouer”».

La confrontation est rude. Dans un premier temps, Jered clame son innocence, et rejette la faute sur les producteurs (qui, on le rappelle, n’existent pas). C’est la faute du label, de StageRight Bookings… Lui n’est qu’un musicien qui se pointe et joue, rien de plus. Joe Prunera insiste: «Je lui ai demandé s’il avait essayé de les appeler, il m’a répondu: “Eh bien, je leur ai envoyé un email...” Je lui ai dit: “Mec, y a urgence! Tu dois les appeler”». Le guitariste fait le forcing pour obtenir de Jered un numéro, mais n’aura qu’une adresse mail. Bidon.

La fin d’une fuite en avant

Alors que le scandale éclate, les musiciens voient les articles se multiplier, et creuser plus en profondeur. Sur la vie des recrues, leur parcours… Il faut qu’ils quittent le groupe et vite pour ne pas être pris pour cible et montrer leur innocence. À ce jour, il n’y a que Carney qui ne soit pas revenu aux États-Unis, car dans l’incapacité financière de payer un billet d’avion. Sans vraiment avouer sa culpabilité, Jered accepte les départs. Ce n’est pas le cas de Kesley, qui s’emporte, et prend très mal que son nom soit traîné dans la boue. Mais l’histoire de Threatin est bel et bien finie, qu’elle le veuille ou non.

On pourrait croire que cette histoire est symptomatique de notre époque, notamment concernant l’achat de likes et d’abonnés sur les réseaux sociaux. Mais le caractère unique de cette fausse tournée relève plutôt du cas isolé, tant la supercherie est énorme. Que des groupes gonflent leur notoriété, c’est un fait. Même le rap français a été, l’an dernier, le théâtre de plusieurs cas d’achats de fans virtuels.

Le phénomène ne se limite d’ailleurs pas à la musique, loin de là, comme le montre cet article du Monde, ou encore celui-ci, publié par Slate.com en 2012. Le New York Times a d’ailleurs révélé que cette pratique touchait aussi «les célébrités, les politiciens, les start-ups, les aspirants rock-stars, les candidats d’émission de télé-réalité qui souhaitent se faire remarquer… à vrai dire, quiconque veut profiter d’une plus grande empreinte sur les réseaux sociaux».

La fuite en avant de Jered Threatin, aujourd’hui terminée (le chanteur et sa femme ont disparu de la circulation, pour le moment) relèverait plutôt d’une ignorance totale du fonctionnement du milieu musical. Ça n’est pas parce qu’on crée une notoriété fictive que celle-ci fait appel d’air, qu’elle crée un engouement dans la vie réelle. Le statut d’une formation musicale se construit, et dans le cas du metal pratiqué par le groupe, sur une fanbase solide. Et réelle.

Newsletters

La conservation des œuvres contemporaines

La conservation des œuvres contemporaines

Ou quand le métier de conservateur et conservatrice de musée évolue.

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Les podcasts sur le travail pour bien appréhender la rentrée

Les podcasts sur le travail pour bien appréhender la rentrée

Une sélection pour gérer la reprise et y voir plus clair dans les débats autour de l'avenir de l'activité professionnelle.

Newsletters