Égalités / Monde

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Temps de lecture : 2 min

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Une manifestation contre l'avortement à Washington. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Une manifestation contre l'avortement à Washington. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

L'État du Queensland, où l'avortement n'est légal que depuis octobre 2018, est l'un des plus conservateurs d'Australie. Un de ses représentants au Parlement, le sénateur Barry O'Sullivan, vit assez mal la légalisation de l'IVG. Il a récemment proposé une loi qui interdirait aux militants pro-avortement d'organiser des manifestations lors de la Journée mondiale de l'enfant à naître, une journée instaurée par Jean-Paul II.

Entre sexisme et transphobie

Cette proposition n'a pas obtenu la majorité, mais pendant les débats, une sénatrice du parti des Verts a imploré O'Sullivan de «retirer ses rosaires d[es] ovaires» des femmes du Queensland, qui «ont le droit de prendre des décisions sur leurs corps sans avoir à se conformer aux opinions du sénateur O'Sullivan».

Le sénateur n'a pas apprécié et deux jours plus tard, il a fait un petit discours au parlement:

«Je vais déclarer mon genre aujourd'hui, comme j'ai le droit de le faire: je suis une femme et vous ne pourrez alors plus m'attaquer.»

Avec cette déclaration, O'Sullivan se moque donc des personnes transgenres, et suggère que les défenseurs du droit à l'avortement s'attaquent à lui principalement parce que c'est un homme. Dans son discours, il critique les IVG pratiquées après 24 semaines, sans préciser qu'elles ne représentent que 0,7 % des avortements en Australie.

Pour la sénatrice des Verts Mehreen Faruqui, la rhétorique d'O'Sullivan «stigmatise les femmes, se moque des personnes trans» et évoque «l'âge de pierre».

Certains Australiens ont pris cette déclaration d'identité de genre au sérieux:

«Si Barry O'Sullivan veut utiliser des pronoms féminins, rappelons-lui ce choix jusqu'à la fin de sa vie. Elle ne sera pas fâchée. C'est ce qu'elle veut.»

Slate.fr

Newsletters

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

«Sodoma», de quoi ébranler la foi

L'ouvrage de Frédéric Martel souligne les incohérences entre le discours de l’Église catholique sur l'homosexualité et la pratique de certains de ses dirigeants, notamment au Vatican.

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

Il est temps de parler du manque de diversité dans les médias

«À l’occasion d’un exercice d’incendie qui nous avait tous fait sortir du bâtiment, je me suis aperçue que j’étais… la seule personne noire de tout l’immeuble évacué», raconte une journaliste.

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

«Nicky Larson» n'est pas le nanar sexiste que l'on nous a promis

Les critiques pleuvent sur «Nicky Larson et le parfum de Cupidon», accusé d'être graveleux, misogyne et homophobe. Ce n'est pourtant pas la seule façon de cerner le film.

Newsletters