Sciences

L’appréciation des sens diffère selon les cultures

Temps de lecture : 2 min

La capacité à décrire une sensation varie d'une langue à l'autre.

Aucune culture n'est vraiment bonne pour décrire les odeurs | Me Shroud via Unsplash CC License by
Aucune culture n'est vraiment bonne pour décrire les odeurs | Me Shroud via Unsplash CC License by

La perception des couleurs est en partie déterminée par la langue que nous parlons. La couleur est un spectre, dont les limites sont fixées par des mots que nous choisissons. Or selon les pays, les cultures et les langages, les limites ne sont pas les mêmes. Les Russes par exemple n’ont pas de couleur bleue semblable à la nôtre. Ce qui pour nous représente deux nuances de bleu (clair et foncé) correspond à deux couleurs distinctes pour eux.

La culture d’un pays joue donc sur l’appellation d’une couleur et par conséquent sa perception. En Europe, la couleur orange n’existait pas avant l’arrivée du fruit. La teinte que nous appelons désormais «orange» était décrite comme «jaune-rouge», voire simplement «rouge».

Une équipe de recherche de l’université de New York a décidé d’étudier le phénomène sur chacun de nos sens. Vingt-cinq scientifiques menés par Asifa Majid, une professeure de psychologie, ont testés 323 personnes locutrices de vingt langues différentes: des langues courantes (anglais, farsi, cantonais…), en danger (yuracaré) ou même la langue des signes.

Différences culturelles

Chaque participant et participante devait écouter, manger, toucher et sentir des objets puis répondre à une question comme «Quelle est cette couleur?». Suivant les réponses, les scientifiques ont classé chaque stimulation sensorielle sur une échelle de «codabilité» –une haute codabilité signifiant que la stimulation est facile à décrire.

«Imaginons que l’on montre une nuance de vert à neuf personnes, explique Majid. Si sept personnes disent “vert”, une “bleu canard” et une “couleur mousse”, la couleur a une forte codabilité». Pour le dire autrement, elle fait consensus. Si au contraire les réponses sont disparates, alors la codabilité est faible.

L'équipe de recherche est arrivée à la conclusion que la codabilité des sens diverge grandement selon les cultures. Les locuteurs et locutrices anglaises font consensus pour définir des stimuli sonores ou visuels, tandis que les personnes parlant farsi ou tzetal décrivent facilement le goût. L’odorat se révèle difficile à décrire pour la majorité des cultures.

Slate.fr

Newsletters

Et si les algorithmes remplaçaient les tests sur les animaux?

Et si les algorithmes remplaçaient les tests sur les animaux?

Les essais de produits chimiques sur les animaux pourraient bientôt faire partie du passé grâce à un algorithme développé par une équipe de recherche américaine.

Les squelettes de dinosaures s'arrachent partout, sauf en France

Les squelettes de dinosaures s'arrachent partout, sauf en France

Devant l’engouement des particuliers pour ces fossiles préhistoriques, nombre de paléontologues s’inquiètent de perdre la trace de ces trésors scientifiques.

Des cerveaux de cochons morts ont été remis en marche

Des cerveaux de cochons morts ont été remis en marche

Grâce à un système artificiel, des scientifiques ont réussi à restaurer partiellement leur activité cérébrale.

Newsletters