Politique

Mouvement des gilets jaunes: Macron en pleine tempête

Temps de lecture : 2 min

L’exécutif a tenté de s'expliquer, mais cela ne semble pas suffisant.

Jusque récemment les Français et Françaises semblaient approuver globalement l’esprit de réforme du président. Mais quelque chose s'est brisé et le mouvement des «gilets jaunes» pourrait bien cristalliser ce tournant.

Pourquoi les autres réformes sont-elles passées sans encombre et pas celle du prix des carburants? Est-ce une colère ponctuelle ou y a-t-il une lame de fond? D'où vient fondamentalement cet affaiblissement d'Emmanuel Macron?

«Pourquoi ça a marché pour la réforme de la SNCF? Pour la réforme du code du travail? Parce qu'elles n'étaient pas concernantes pour tout le monde. Là, le carburant ça touche tout le monde, explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Nous avons diffusé une question toute simple dans un sondage Ifop hier: “Êtes-vous dépendant de votre voiture dans votre vie quotidienne?”. 69% des Français répondent par l'affirmative; 88% dans les zones rurales.»

Frédéric Dabi, politologue et directeur général adjoint de l’Ifop, Alexandre Malafaye, président du think tank Synopia et Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, en débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24, en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Newsletters

La farce tranquille

La farce tranquille

Commission d'enquête du Sénat: autoportraits de Bolloré et Arnault en bienfaiteurs ingénus

Commission d'enquête du Sénat: autoportraits de Bolloré et Arnault en bienfaiteurs ingénus

Auditionnés comme d'autres patrons de presse, les deux milliardaires ont principalement esquivé les questions essentielles, se présentant comme des anges gardiens connaissant mal le milieu des médias.

Avec l'intervention d'Anna Mouglalis, la Primaire populaire finit de discréditer la gauche

Avec l'intervention d'Anna Mouglalis, la Primaire populaire finit de discréditer la gauche

[Chronique #36] Primaire pour l'union ou prime à la division?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio