Partager cet article

Comment une Anglaise de 14 ans est devenue star au Japon

Le nouveau phénomène Internet au Japon vient de Grande-Bretagne. Rebecca Flint, 14 ans, est aussi le symbole d'une culture qui se mondialise en se mordant la queue. «Comme beaucoup de jeunes filles de son âge, Rebecca Flint adore s'habiller et danser. Comme beaucoup de jeunes filles de son âge, elle s'enregistre et poste ses performances sur Youtube», écrit The Guardian. Comme beaucoup de jeunes filles occidentales, Rebecca s'intéresse de très près à la culture otaku.

C'est avec une de ses vidéos, dans laquelle elle imite un anime sous le nom de Beckii Cruel, que la jeune fille attire l'attention des fans endurcis d'anime et de manga. Et cartonne: environ huit millions de vidéos vues pour cette séquence.

Devant le succès, un producteur japonais a décidé de «signer» Beckii, et de lui adjoindre deux autres jeunes filles dont une jeune lyonnaise de 18 ans, «Sara Cruel» et une autre jeune Anglaise de 16 ans, «Gemma Cruel». L'album que le groupe doit sortir le 10 février devrait cartonner, explique le Guardian. Un aperçu de la production est disponible sous le titre: 'Tsubasa o Kudasai' (que l'on peut traduire «S'il vous plaît, donnez-moi des ailes».

Ce n'est pas le premier hit de la jeune fille, repérée via le site Niko Niko Douga, explique The Guardian. Qui rappelle que ses grands débuts, Rebecca les a faits sur DVD en novembre, sur une pub pour un chewing-gum à la télévision japonaise, et qu'elle s'est déjà produite en direct lors d'un festival.

Pourquoi un tel carton? Selon le quotidien britannique, la jeune fille est l'image même de la culture serait une idole «moe», un terme qui décrit ce qui est précieux et parfois, le symbole de la féminité, jeune et innocente.

En juillet dans Slate, Mathias Cena avait raconté comment le Japon, qui a tardivement pris la mesure du succès de sa pop culture à l'étranger, tentait de l'ériger en arme diplomatique. Et multipliait les initiatives: création d'un prix international du manga en 2007, nomination d'ambassadrices du kawaii («mignon» en Japonais) pour promouvoir la mode nipponne dans le monde... Le succès de Beckii Cruel vient couronner une stratégie qui n'a besoin de pas grand chose pour avancer.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte