Tech & internet / Culture

«Le Livre Fantôme» réconcilie Instagram et la littérature

Temps de lecture : 4 min

Proposer chaque jour (ou presque) sur Instagram des pans d'un manuscrit à trous: c'est l'un des principes de la singulière aventure interneto-littéraire proposée par l'auteur Olivier Jacquemond.

Images extraites du fil Instagram livrefantome | Avec l'autorisation de l'auteur
Images extraites du fil Instagram livrefantome | Avec l'autorisation de l'auteur

Une nuit, alors que nous arpentions Paris après une soirée de fête, un ami a découvert dans un caniveau ce qui nous est vite apparu comme un incroyable trésor: un monticule de photographies déchirées en morceaux. C'était comme le puzzle le plus exaltant de la Terre. Nous nous voyions déjà reconstituer, grâce à ces clichés, des pans entiers de l'existence de leur propriétaire. Peut-être même que nous finirions par comprendre pourquoi les images avaient été abandonnées de la sorte, si théâtralement, au lieu d'être simplement mises à la poubelle.

Ce qui s'est produit est légèrement différent: le lendemain, cet ami m'apprenait que le puzzle était impossible à effectuer. Les morceaux trouvés dans le caniveau appartenaient visiblement à un grand nombre de photographies différentes, et nous ne disposions que d'une fraction assez ridicule de chacune, ce qui ne permettait absolument pas de recréer des images et d'en bâtir toute une histoire. Déception absolue. De telles histoires sont possibles (lisez donc Les Gens dans l'enveloppe d'Isabelle Monnin), mais elles n'arrivent visiblement qu'aux autres.

C'est sans doute par un sentiment voisin que je me suis intéressé au Livre Fantôme. Au fond, la seule différence entre le projet d'Olivier Jacquemond et l'épisode des photos déchirées, c'est que l'écrivain nous invite à venir faire ce travail de reconstitution, alors que la personne qui s'est séparée des photographies n'avait probablement pas envie que qui que ce soit tente de jouer les détectives.

Au commencement, la rage

Officiellement, tout cela a commencé il y a un an et quelques jours. Le 9 novembre 2018, le premier post Instagram est arrivé. Une phrase: «Au commencement, il y eut la rage». Puis d'autres mots, plus ou moins lisibles, plus ou moins barrés.

Il y eut depuis plus de 200 publications, égrénées au fil des semaines, sans indice ni mode d'emploi. Olivier Jacquemond ne nous mâche pas le travail. D'ailleurs, rien n'indique qu'il y ait réellement un travail à faire. Le Livre Fantôme est une expérience: comme au musée, on peut flâner et divaguer en regardant les images de loin, ou bien approcher les yeux aussi près que possible de la toile, lire les cartels du premier au dernier mot, s'enfermer dans l'expérience jusqu'à en avoir épuisé toutes les possibilités.

Histoire d'O

L'exploration n'est pas de tout repos: de pages tronquées en phrases illisibles, la frustration gagne parfois, mais l'envie d'avancer domine toujours. Philosophe, poète et auteur de trois romans au Mercure de France, Olivier Jacquemond décrit avec style et sensibilité les atermoiements d'un homme qui se débat avec l'existence et doit notamment faire face à la déception amoureuse. Le fait que le héros s'appelle O. ne laisse guère de doute sur son statut de double fictionnel de l'auteur. Mais fictionnel à quel point? C'est peut-être aussi par ce flou-là que Le Livre Fantôme fascine.

Le projet d'Olivier Jacquemond consiste en une opération de stalking autorisé. Car si l'auteur est parfaitement conscient de nous jeter ses écrits en pâture, le personnage ne l'est pas. Et c'est soudain comme si nous nous penchions sur le fil Instagram d'un inconnu pour essayer de savoir où en est sa vie sentimentale et ce qui le fait avancer dans l'existence. Le tout de façon beaucoup moins flippante que s'il s'agissait d'une véritable personne trouvée au hasard sur les réseaux sociaux, puisqu'ici, c'est parfaitement permis.

Il est assez étonnant qu'Instagram ne soit pas davantage un théâtre d'expérimentations narratives. Le fait que son algorithme empêche une consultation chronologique des images postées et l'insertion de liens cliquables dans les légendes des photos rendent sans doute la tâche plus ardue. On n'est pas vraiment dans le même registre que Le Livre Fantôme, mais sur Instagram, un concept «dont vous êtes le héros» comme l'incroyable Menu Cthulhu ne pourrait pas voir le jour, et c'est un peu triste.

Mais Le Livre Fantôme ne s'arrête pas à un projet Instagram: une première lecture publique a été réalisée en mai dernier, et une autre est en préparation. Elle se déroulera dans le cadre si feutré de la bibliothèque-salon de l'hôtel parisien Grand Amour, lieu très prisé et semblant coller de façon idéale à l'atmosphère qui traverse les écrits d'Olivier Jacquemond.

Cette lecture ne se fera pas en solo: l'auteur s'est adjoint les services du comédien Boris Begard, mais aussi de l'autrice Claire Berest, dont le dernier livre (Gabriële, cosigné avec sa sœur Anne) racontet le destin de son arrière-grand-mère, Gabriële Buffet-Picabia.

Et parce que Le Livre Fantôme ne va pas s'arrêter en si bon chemin, une campagne de financement participatif, qui touche à sa fin au moment où ces lignes sont écrites, a été lancée afin de pousser les murs d'Instagram et de donner de nouvelles facettes au projet. Il est encore possible (pour ne pas dire nécessaire, l'objectif n'étant pas encore tout à fait atteint) d'aider le concept d'Olivier Jacquemond à se développer encore, notamment grâce à la création d'une bande sonore et d'un site internet dédié.

«Faites sortir le manuscrit de la page»: tel est le slogan d'un projet réellement immersif qui, s'il parvient à se monter jusqu'au bout (ce qui devrait être le cas), résonnera de façon spectrale par-delà les supports et les frontières entre vie réelle et vie fantasmée. C'est déjà le cas sur Instagram, où Le Livre Fantôme se promène discrètement mais sûrement entre un post sponsorisé et un selfie dispensable.

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters

La course contre la montre pour sauver le contenu adulte de Tumblr

La course contre la montre pour sauver le contenu adulte de Tumblr

Une petite entreprise d'archivage a décidé de sauvegarder les documents en danger.

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

La justice australienne a interdit à la presse de publier le verdict du procès afin de ne pas influencer un autre procès en cours.

Comment réinventer l’innovation?

Comment réinventer l’innovation?

À force de répéter que l’innovation est indispensable pour survivre et se développer dans le monde actuel, le mot s’est banalisé au point de conduire aujourd’hui à s’interroger sur son sens. En effet, face à ce bouillonnement permanent d...

Newsletters