Monde

Un agent de sécurité noir tué par la police alors qu'il venait d'empêcher une fusillade

Temps de lecture : 2 min

Dans une banlieue de Chicago, un policier a tiré sur l'agent de sécurité afro-américain qui avait immobilisé l'auteur d'une fusillade dans un bar.

Intervention de la police à Chicago en septembre 2018. | Scott Olson / AFP
Intervention de la police à Chicago en septembre 2018. | Scott Olson / AFP

Après chaque fusillade de masse aux États-Unis, le lobby des armes et certains élus Républicains, dont le président Donald Trump lui-même, aiment répéter que la seule façon d'empêcher ces tragédies est de poster des agents de sécurité armés un peu partout, que ce soit dans les synagogues, les églises ou les lycées.

L'idée est que seules des personnes armées bien intentionnées –les fameux «good guys with a gun» peuvent lutter contre les personnes armées mal intentionnées (les «bad guys»). C'est au départ ce qui s'est passé aux premières heures du 11 novembre dans un bar de Robbins, une banlieue de Chicago.

Jemel Roberson, un agent de sécurité afro-américain de 26 ans, avait en effet réussi à immobiliser l'auteur d'une fusillade qui avait fait quatre blessés après une dispute dans le Manny's Blue Room Bar. Mais une fois que les forces de l'ordre sont arrivées sur les lieux, un policier a tué Roberson.

Tous les détails de l'incident ne sont pas encore connus. On ne sait pas si les policiers se sont identifiés, et à quel moment et pourquoi un agent a commencé à tirer sur Roberson.

Un des témoins présents a dit à la presse locale: «Tout le monde criait: “Sécurité! C'était un agent de sécurité”. Mais ils ont fait leur travail, ils ont vu un homme noir avec une arme et ils l'ont tué.»

Selon un autre témoin, les autres officiers de police connaissaient Roberson et avaient crié: «Il est des nôtres!».

La police a ouvert une enquête et la mère de Jemel Roberson, qui voulait lui-même devenir policier, a porté plainte contre la police.

Selon le Washington Post, cet incident souligne que «les hommes noirs, même quand ils portent légalement une arme ou ont un emploi qui leur permet de les utiliser, peuvent devenir des cibles des tirs de la police».

En 2016 dans le Minnesota, Philando Castile avait été tué par la police lors d'un contrôle routier, quelques secondes après avoir averti l'officier qu'il avait une arme légale.

Jemel Roberson jouait de l'orgue dans une église dont le pasteur, le Révérend Marvin Hunter, est le grand-oncle de Laquan McDonald, un jeune Noir tué en 2014 par un policier (qui a récemment été condamné pour meurtre).

Slate.fr

Newsletters

Des États américains veulent financer les retraites en vendant du cannabis

Des États américains veulent financer les retraites en vendant du cannabis

Légalement, il va sans dire.

18 mois après sa libération, Mossoul n’a pas changé

18 mois après sa libération, Mossoul n’a pas changé

«Quand ils ont publié le projet du budget irakien pour 2019, 1% était pour Mossoul», confie un habitant.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attaque terroriste à Strasbourg, violences au Congo à la veille des élections et combat de Theresa May face à l'Union Européenne... La semaine du 8 décembre en images.

Newsletters