Égalités

La prolifération des demoiselles d'honneur, reflet de notre époque

Temps de lecture : 2 min

On est bien loin de la Rome antique, où il semblait vital d'engager des personnes de confiance, habillées strictement comme le couple s'apprêtant à se marier.

The colorful bridesmaids | Ms. Phoenix via Flickr CC License by
The colorful bridesmaids | Ms. Phoenix via Flickr CC License by

Cinq. C'est actuellement le nombre moyen de demoiselles d'honneur par mariage s'étant déroulé aux Etats-Unis au cours de l'année écoulée. En 2007, le chiffre était de quatre par mariage, relate The Atlantic, dont la journaliste Caroline Kitchener précise qu'il n'est désormais plus si rare de rencontrer des mariées ayant choisi plus de dix demoiselles d'honneur.

Parce que la symétrie est plus photogénique, il y a dans les mariages hétérosexuels autant de garçons d'honneur que de demoiselles d'honneur. Mais, d'après les spécialistes de la bague au doigt, ce sont généralement les futures mariées qui décident du nombre de femmes qui les entoureront le jour J, tandis que leurs futurs époux ne font que s'aligner sur le nombre annoncé. Quitte à passer par un site permettant de trouver des garçons d'honneur.

Au passage, l'article souligne qu'il est de plus en plus fréquent que les deux membres du couple soient accompagnés par des groupes mixtes, les amies du marié restant de son côté tandis que les copains de la mariée se tiennent avec elle. Une mixité qui devient presque systématique dans le cas des mariages entre deux personnes de même genre.

Ce que révèlent les dernières études sur le sujet, c'est que le nombre croissant de demoiselles d'honneur voulues par les futures mariées n'a généralement aucun lien avec l'augmentation du nombre de tâches à effectuer. Contrairement à ce qui se produisait par le passé, les demoiselles d'honneur ne se voient plus forcément attribuer de rôles spécifiques. Tout est organisé, par le couple qui s'apprête à s'unir ou par d'hypothétiques wedding planers. Demoiselles et garçons d'honneurs n'ont qu'à arborer des costumes impeccablement similaires et à montrer la blancheur de leurs dents sur toutes les photos prises ce jour-là.

Chasser les mauvais esprits

La tradition remonte à la Rome antique, au cours de laquelle chaque couple invitait généralement cinq hommes et cinq femmes à l'entourer. Impératif numéro un à l'époque: que tous les hommes s'habillent exaxtement comme le marié, et toutes les femmes comme la mariée, le but étant de parvenir à distraire les esprits malins qui pourraient tenter de saboter l'union. En plaçant face à eux une ribambelle de sosies, on espérait créer la désorientation et empêcher les mauvais esprits de semer la zizanie. Il était donc important de désigner des personnes de confiance, conscientes du caractère primordial de leur rôle.

Le rôle actuel des demoiselles d'honneur est nettement plus symbolique, explique la journaliste. Il s'agit avant tout d'organiser un enterrement de vie de jeune fille suffisamment fun et de commander quelques accessoires rigolos qui rendront incontournables les Instagram du mariage. Car c'est bien de cela qu'il s'agit: en convoquant davantage de demoiselles d'honneur, les futures mariées tiennent à montrer à quel point elles sont bien entourées. Et puisque, sur les réseaux sociaux, la quantité prime souvent sur la qualité, élargir le champ des demoiselles d'honneur au-delà du cercle de ses amies les plus proches devenait une nécessité. Une nécessité futile, mais une nécessité quand même.

De nos jours, l'exposition des demoiselles d'honneur va bien au-delà des simples invitées et invités du mariage. Les photos de la cérémonie iront jusque Facebook et Instagram, où elles resteront pendant des années (voire pour l'éternité, qui sait). C'est donc une question de représentation: il faut non seulement montrer que l'on est bien entourée, mais aussi éviter tout impair consistant à exclure une personne dont l'absence dans le cercle risquerait de faire jaser sur les réseaux sociaux.

Le statut de demoiselle d'honneur, et par conséquent celui de garçon d'honneur, a donc clairement été vidé de tout son sens. Ce qui n'empêche pas la plupart des 500 personnes interrogées à l'occasion d'un grand sondage sur le sujet de se dire heureuses de leur expérience aux côtés du marié ou de la mariée. La fierté d'avoir été choisies et l'aspect festif de l'ensemble semblent finir par estomper les raisons, bonnes ou mauvaises, pour lesquelles elles ont été désignées.

Slate.fr

Newsletters

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Les amours contrariées du cinéma latino-américain et des transidentités

Les amours contrariées du cinéma latino-américain et des transidentités

En Amérique latine, le cinéma a récemment vu se multiplier les thématiques et les interprètes trans*. Mais cette avancée cache trop souvent une vision stéréotypée et misérabiliste.

Les gays doivent-ils encore être abstinents un an avant de donner leur sang?

Les gays doivent-ils encore être abstinents un an avant de donner leur sang?

Les résultats d’une étude officielle imposent à Agnès Buzyn d’actualiser un dossier compliqué que Marisol Touraine était parvenue, in fine, à gérer.

Newsletters