Monde

Aznar et les 2,3 millions d'euros pour une médaille

Temps de lecture : 2 min

La Cour des comptes espagnole s'intéresse à son ancien Premier ministre, José Maria Aznar.

L'affaire remonte à décembre 2003, trois mois avant les élections générales de mars 2004, remportées par José Luis Zapatero. Le conseil des ministres approuve un contrat de 2,3 millions d'euros passé avec un cabinet d'avocats américain, Piper Rudnick, qui travaille comme lobby à Washington pour améliorer l'image d'Aznar et obtenir les signatures nécessaires des parlementaires pour attribuer la médaille d'or du Congrès américain. Médaille que l'ancien Premier ministre n'a pas obtenu.

L'association «Primauté du Droit», qui a déposé plainte, considère que l'obtention d'une médaille est un objectif personnel, qui n'aurait pas dû être financée par des fonds publics.

En outre, selon les plaignants, l'ancien Premier ministre pourrait également être poursuivi pour malversation de fonds publics. En effet, le conseil des ministres avait approuvé un contrat de 2,3 millions d'euros, or, seulement 2 millions de dollars ont effectivement été facturés par le cabinet américain.

 

[Lire l'article complet sur elpais.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Wikimédia


Newsletters

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

Depuis le 1er janvier 2021, une loi permet au conjoint qui s'occupe des tâches ménagères et des enfants de demander une compensation financière lors du divorce.

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Les bactéries ont été envoyées dans la stratosphère terrestre, dans des conditions similaires à celles de la planète rouge.

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

En souhaitant effacer de l'histoire certaines personnalités, les Romains ont fait tout le contraire. Une leçon à méditer, surtout avec des ex-dirigeants comme Trump.

Newsletters