Monde

Aznar et les 2,3 millions d'euros pour une médaille

Temps de lecture : 2 min

La Cour des comptes espagnole s'intéresse à son ancien Premier ministre, José Maria Aznar.

L'affaire remonte à décembre 2003, trois mois avant les élections générales de mars 2004, remportées par José Luis Zapatero. Le conseil des ministres approuve un contrat de 2,3 millions d'euros passé avec un cabinet d'avocats américain, Piper Rudnick, qui travaille comme lobby à Washington pour améliorer l'image d'Aznar et obtenir les signatures nécessaires des parlementaires pour attribuer la médaille d'or du Congrès américain. Médaille que l'ancien Premier ministre n'a pas obtenu.

L'association «Primauté du Droit», qui a déposé plainte, considère que l'obtention d'une médaille est un objectif personnel, qui n'aurait pas dû être financée par des fonds publics.

En outre, selon les plaignants, l'ancien Premier ministre pourrait également être poursuivi pour malversation de fonds publics. En effet, le conseil des ministres avait approuvé un contrat de 2,3 millions d'euros, or, seulement 2 millions de dollars ont effectivement été facturés par le cabinet américain.

 

[Lire l'article complet sur elpais.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Wikimédia


Slate.fr

Newsletters

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Le réseau social n'a pas désactivé le post à temps et la jeune fille de moins de 18 ans a été vendue pour être mariée.

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Newsletters