Tech & internet / Culture

Un nouvel épisode dans la guerre Netflix contre Disney

Temps de lecture : 2 min

Depuis un an, le géant du streaming siphonne les talents de la firme aux grandes oreilles.

Parmi les équipes des six programmes d'animation, trois sont d'anciens employés de Disney | Charles Deluvio via Unsplash CC License by
Parmi les équipes des six programmes d'animation, trois sont d'anciens employés de Disney | Charles Deluvio via Unsplash CC License by

Jusqu’à il y a un an, Disney et Netflix vivaient une histoire d’amour. En 2012, les deux mastodontes du divertissement avaient annoncé que Netflix disposerait de l'exclusivité VOD sur les productions Disney à partir de 2016. Sauf qu'à l'époque, le marché des services de streaming vidéo n’était pas ce qu'il est devenu aujourd'hui. L'idylle fut donc de courte durée puisque peu après la mise en place du contrat, Disney a annoncé, en 2017, qu'il lancerait son propre service fin 2019 et retirerait par conséquent tous ses programmes de Netflix à cette date.

Depuis, la rupture est consommée. Car le futur «Disneyflix» a des arguments de vente en or massif pour concurrencer Netflix. Le catalogue de Disney comptera normalement, entre autres, tous les films Marvel passés et futurs, tous les Star Wars passés et futurs, tous les Pixar passés et futurs et tous les films Disney classiques. En plus de ça, grâce à la récente fusion avec la 21st Century Fox, dont Disney a annoncé vouloir racheter la majorité des possessions, le service disposera potentiellement de tous les films X-Men et de séries comme Les Simpsons et Modern Family. Sans compter les futures séries originales Star Wars et Marvel (avec des personnages tirés des films) qui seront exclusives au service.

Aspirateur à talents

Netflix a annoncé cette semaine six nouveaux programmes d’animation qui, dans ce contexte, sont perçus comme une contre-attaque directe face à la maison mère de Mickey. Go! Go! Cory Carson!, une série basée sur une ligne de jouets, est produite par Alex Woo et Stanley Moore, deux anciens de Pixar qui ont travaillé respectivement sur Ratatouille et Wall-E et sur Dory et Monstres Academy. Le film d’animation My Father’s Dragon sera quant à lui écrit par Meg LeFauve, scénariste du Pixar Vice-Versa et de Captain Marvel, le prochain blockbuster Marvel.

Ce n’est pas la première fois que Netflix siphonne des créatifs de chez Disney. L’an dernier, Shonda Rhimes, la créatrice star de Grey’s Anatomy, Scandal et How to Get Away With Murder a annoncé qu’elle quittait la chaine ABC (propriété de Disney) pour le géant du streaming en vue de chapeauter pas moins de sept projets. Kenya Barris (Black-ish) a aussi quitté ABC pour Netflix.

Netflix ne s’est pas limité aux forces créatives et s'est attaqué aux exécutifs. Le producteur Tendo Nagenda a quitté Disney pour Netflix, ainsi que l’ancienne directrice des produits dérivés Christie Fleischer.

En plus de débaucher des employés et employées de chez Disney, Netflix veut, avec ses séries animées, se positionner sur les terres de son concurrent en visant les enfants, cible principale de la firme aux grandes oreilles. Reste à savoir si ce sera suffisant puisque si Netflix a de l’avance en terme de streaming, Disney dispose des personnages et univers les plus iconiques, et surtout les plus profitables, de l’entertainment.

Slate.fr

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Slate publie les bonnes feuilles de «L'amour sous algorithme», de Judith Duportail.

Newsletters