Tech & internet

Pourquoi plusieurs aéroports aimeraient bien changer l'émoji atterrissage d'avion

Temps de lecture : 2 min

«Là, il s'écrase, il n'atterrit pas.»


Atterrissage d'avion. | 
Carlos Hernández via Unsplash CC License by
Atterrissage d'avion. | Carlos Hernández via Unsplash CC License by

Vous ne vous êtes probablement jamais dit que l'émoji «atterrissage d'avion» pouvait être un problème. Et pourtant, depuis quelques jours, plusieurs responsables de comptes Twitter d'aéroports américains ont exprimé ces derniers jours leur léger désamour pour l'émoji arrivé en 2015.

Sur le site d'Emojipedia, cet émoji est décrit comme un «avion approchant d'une piste d'atterrissage». Mais surtout, avec il est dessiné avec «l'avant de l'avion dirigé vers le sol dans une position qui peut causer un crash si un tel atterrissage était tenté dans le monde réel». Et c'est justement ça qui pose problème. Selon plusieurs comptes d'aéroports, il serait un peu trop «crashy», rapporte CBS, et ils suggèrent une légère modification.

Le responsable des réseaux sociaux de l'aéroport de Dallas-Fort Worth explique au site américain qu'en réalité les avions commerciaux atterrissent sur l'arrière de l'avion en premier, soit le contraire de ce que l'on voit sur l'émoji. «Là, il s'écrase, il n'atterrit pas», explique-t-il en assurant que son tweet était surtout humoristique.

Pas sûr cependant que cette remarque fasse ne bouger les choses. «Je suis sûr que l'aéroport de Dallas voulait juste s'amuser sur Twitter et sait que si l'émoji d'atterrissage ressemblait à celui du décollage, ce serait un peu inutile», explique Jeremy Burge, le fondateur d'Emojipedia, et vice-président du sous-comité Emoji d'Unicode, qui est chargé de faire des recommandations au comité technique du consortium d'Unicode.

En effet, comme l'ont fait remarquer de nombreuses personnes sur Twitter en réponse au premier tweet, avec le nouvel émoji proposé par l'aéroport de Dallas, il devient quasi-impossible de distinguer un avion au décollage d'un avion à l'atterrissage.

«Au bout du compte, la question est de savoir si vous préférez qu'un émoji priorise la réalité ou qu'il fasse passer un message. S'il peut faire les deux, c'est encore mieux!», conclut Jeremy Burge.

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

L'algorithme de Twitter amplifie plus les contenus de droite que ceux de gauche

L'algorithme de Twitter amplifie plus les contenus de droite que ceux de gauche

Ce sont les résultats d'une étude interne menée par le réseau social.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio