Tech & internet

Des sites de rencontre veulent empêcher le ghosting

Temps de lecture : 2 min

Sous couvert de bons sentiments, ces applications espèrent surtout vous faire rester chez elles.

Y'a pas moyen Djadja | Aitoff via Pixabay CC License by
Y'a pas moyen Djadja | Aitoff via Pixabay CC License by

Pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec le vocabulaire de la drague à l’heure de Tinder, se faire ghoster signifie que la personne avec qui vous échangiez des messages cesse brutalement de vous répondre. Parfois sans raison apparente, la conversation s’arrête d’un coup, impossible de savoir pourquoi. Si pouvoir mettre fin à une discussion sans qu'il n'y ait de conséquences peut sembler être l’un des avantages de ces services, deux applications de rencontre veulent faire la guerre à cette pratique de ghosting.

À l'occasion d'Halloween, Bumble a lancé une campagne et engagé une journaliste spécialiste des relations sociales. Les personnes qui ne répondent pas à un message reçoivent maintenant une notification du type: «Vous savez à quel point c’est angoissant de faire le premier pas. Et quelqu’un vient de vous dire bonjour. Ce serait gentil de répondre!».

C'est clair. Soyez gentils et honnêtes #stopaughosting

App insistante

Quand on sait que les utilisatrices peuvent recevoir des messages d'insulte ou outrageants, et conséquemment décider de ne plus répondre à l'émetteur, cette relance peut être très, très mal venue. Pourtant Bumble n’est pas la seule app à adopter ce genre de mesures. Sur Badoo, si un utilisateur ou une utilisatrice ne répond pas pendant trois jours à un message, une notification est envoyée pour proposer des réponses pré-écrites comme «Vraiment désolé pour la réponse tardive. Quand est-ce que tu es libre pour qu’on se voit?» ou «Hey, je pense que t’es super, mais je pense pas que ça va coller entre nous. Prends soin de toi!».

«En ce moment, il y a beaucoup de coeurs brisés et de personnes déboussolées», insiste Kate Leaver, l’experte en ghosting recrutée par Bumble. «Il y a eu des dommages psychologiques extrêmes pour les gens qui vivent sans aucune explication sur pourquoi ils ont été ghostés, car nous remplissons les silences avec nos propres insécurités.» D’expérience, si se faire ghoster blesse l’ego et est tout sauf agréable, ce n’est pas non plus quelque chose qui hante jusqu’à la fin de ses jours. Surtout quand ça arrive sur une app de rencontre.

Si Badoo et Bumble insistent sur leur volonté de privilégier l’«honnêteté» et la «gentillesse» sur leur plateforme, difficile de ne pas penser que ce sont surtout des moyens de pousser leur clientèle à continuer d’utiliser leurs services.

Gonfler les visites

Car la qualité supposée des interactions sociales est la nouvelle marotte des réseaux sociaux pour s'assurer que les audiences restent fidèles. Après nous avoir gavés de vidéos virales et de «untel a commenté un mauvais mème», Facebook a annoncé en début d’année que son algorithme changeait pour «aider à avoir des interactions sociales plus profondes» et même «augmenter le bonheur», rien que ça.

Cela se traduit donc aussi par des sollicitations constantes des applications qui vous parlent comme si elles étaient votre grand-mère. Que ce soit Instagram qui vous notifie que tel ami a posté une photo ou Facebook qui vous rappelle vous n’avez rien publié depuis longtemps et que vous devriez donner des nouvelles à vos amis, ces notifications permettent de faire gonfler les chiffres d’utilisateurs actifs, et donc les revenus publicitaires.

Newsletters

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassade parle d'une «attaque vicieuse» de pirates informatiques.

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

L'impression d'être observé·e et l'absence de frontières entre la sphère privée et le travail induisent un niveau d'anxiété plus important qu'à l'accoutumée.

Les tests de grossesse sont aussi puissants que le premier ordinateur d'IBM

Les tests de grossesse sont aussi puissants que le premier ordinateur d'IBM

Le petit appareillage permettant d'afficher le résultat positif ou négatif du test sur l'écran est semblable à celui qui faisait fonctionner le premier PC commercialisé dans les années 1980.

Newsletters