Politique / Économie

Jean-François Cesarini souhaitait une hausse de la CSG «plus juste socialement»

Temps de lecture : 2 min

Le député LREM du Vaucluse avait proposé de moduler l'augmentation pour les retraités en fonction de leurs revenus.

Jean-François Cesarini | Capture d'écran France info
Jean-François Cesarini | Capture d'écran France info

Jean-François Cesarini, député LREM du Vaucluse, était ce mardi l'invité de Gilles Bornstein dans l'Instant politique, sur France Info. L'élu avait déposé un amendement visant à moduler la hausse de la CSG pour les retraités en fonction de leurs revenus. Il a été rejeté à l'Assemblée nationale. Le but était «d'aller à la même destination que le gouvernement, mais différemment», explique-t-il. Ce chemin «me semblait être plus juste socialement, peut-être plus populaire», complète le député LREM.

À la question de Slate (à 5') portant sur la hausse des taxes sur les carburants –«est-ce une bonne manière d'inciter les gens à moins prendre leur voiture?»– Jean-François Cesarini a répondu qu'il fallait à la fois avoir «la carotte et le bâton», la première étant la prime à la conversion et le bonus écologique. «Il faut qu'on puisse mettre la pression pour que les gens aient plus envie de changer, et à la fois qu'on facilite ce changement».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Slate.fr

Newsletters

Matinale

Matinale

Débathon

Débathon

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Le texte de François Mitterrand a marqué durablement l’imaginaire politique français et théorisé l’adaptation de la gauche française aux vents dominants libéraux autant qu’à l’intégration européenne.

Newsletters