Monde

En Italie, «le sentiment anti-français a atteint les milieux cultivés»

Temps de lecture : 11 min

En critiquant la population italienne et son gouvernement populiste, les élus français ont encore plus creusé le fossé politique et économique qui sépare les deux pays.

Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini durant un talk show à la télévision italienne, le 20 juin 2018. | Andreas Solaro / AFP.
Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini durant un talk show à la télévision italienne, le 20 juin 2018. | Andreas Solaro / AFP.

Le vendredi 12 octobre, à Clavière sur la frontière franco-italienne, à trente minutes de marche de Montgenèvre, une camionnette de gendarmerie française est photographiée par des policiers italiens en train de débarquer deux migrants sur le territoire italien. La Farnesina, le ministère des Affaires étrangères italien, demande sur-le-champ des explications à l'ambassadeur de France, Christian Masset. Qui formule bien vite des regrets pour l'«erreur» commise par des gendarmes novices.

Peu importe le plaider coupable de la France. Quatre jours plus tard l'incident est exploité par Matteo Salvini, qui tweete: «Macron qui se dit bon et généreux décharge de nuit des migrants en Italie? Nous exigeons de Paris des réponses claires, rapides et sans équivoque.» L'ennemi est tout désigné. Ce qui déclenche un torrent de commentaires haineux à l'égard de Macron, de la France qui «décharge des migrants comme des marchandises», des appels à la fermeture des frontières, à l'arrêt de Shengen, etc. Du coup, Matteo Salvini en rajoute: «Si quelqu'un pense vraiment à nous utiliser comme camp de réfugiés en Europe, en violant les lois, les frontières et les accords, il a tort», dit-il. Une affaire de plus, qui nourrit une hostilité croissante à l'égard de la France.

La crise la plus profonde depuis les années 1950

«Une petite musique de fond anti-français se fait entendre de plus en plus fort», constate Jean-Pierre Darnis, de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, et conseiller scientifique à l’Instituto Affari Internazionali (IAI) de Rome. «La montée du sentiment anti-français est telle qu'elle donne lieu aujourd'hui à la plus grave crise politique entre la France et l'Italie depuis les années 1950», affirme même le professeur à Sciences Po de l'histoire politique italienne Marc Lazar.

C'est la crise la plus dure et la plus profonde que l'on ait connue, l'aboutissement d'un énervement croissant des Italiens et Italiennes à l'égard de ce qui est perçu comme étant un impérialisme français. À un moment où l'Italie doute d'elle-même: «Historiquement, ajoute Jean-Pierre Darnis, l'influence géopolitique de l'Italie n'a pas été à la hauteur de son poids économique et culturel. Elle en a nourri un complexe d'infériorité vis-à-vis de la France, et le sentiment de ne pas être écoutée en Europe.» «Nous sommes en présence d'une Italie à la démographie déclinante, continue Marc Lazar. Une Italie qui s'interroge beaucoup sur son futur en ne cessant de ruminer son déclin, et de se comparer à la France.»

Pourtant, si «le rapport à la France fait partie de l'histoire intime de l'Italie», les tensions entre Paris et Rome, «en phases alternées», n'ont pas manqué depuis sa formation, comme le raconte Jean-Pierre Darnis dans son article pour la revue Le grand continent, «France Italie, Europe, une relation fragile». Mais depuis la crise de 2008 et les conséquences du Printemps arabe, chaque initiative française est lue comme une volonté de domination.

«Arrogance industrielle française»

D'abord «les Italiens estiment que la France a profité de la crise de 2008 pour racheter les plus belles entreprises italiennes», explique le journaliste de Il Foglio Stefano Cingolani. Le rachat de Parmalat est vécu comme «une punition de Dante» par le journal Il Corriere, qui décrit l'acheteur, le Français Emmanuel Besnier, comme un actionnaire «réservé et cynique, qui s'est précipité vers la proie non gardée avec une froide détermination». Et suscite la colère de la Ligue du nord, Umberto Bossi, qui en 2011 hurle «Parmalat n'ira pas aux Français».

Des griefs anti-français qui se nourrissent du déséquilibre flagrant de la balance des investissements transalpins: entre 2006 et 2016 selon le cabinet d’audit et de conseil KPMG, les entreprises italiennes ont racheté pour 7,6 milliards d'entreprises françaises, quand ces dernières ont racheté pour 52,3 milliards d'entreprises italiennes. Dans ces conditions, quand Emmanuel Macron, tout juste élu, bloque la reprise de la participation du Coréen STX dans les Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri, et exige une renégociation, l'affaire passe très mal auprès des Italiens qui pointent «l'arrogance industrielle française».

Un message qui passe d'autant mieux que les attaques de Vincent Bolloré contre Mediaset en 2016, contre l'opérateur TIM en 2018, et aujourd'hui les incertitudes autour du capital de la banque Mediobanca sont vécues comme «des agressions caractérisées de la France vis-à-vis du capitalisme italien» selon Stefano Cingolani. Qui précise: «Dans un monde particulièrement instable, tout le monde craint que les Français ne finissent par s'entendre sur le dos des Italiens pour contrôler les plus belles entreprises.»

Interventionnisme en Libye

L'autre affaire qui a fortement ébranlé la confiance italienne dans la France s'appelle la Libye, cette ancienne colonie italienne sur laquelle Rome avait conservé un véritable leadership. «Sarkozy a lancé son attaque sur le régime de Kadhafi en mettant l'Italie devant le fait accompli, sans lui laisser la possibilité de s'y opposer», rappelle Marc Lazar. «Dans la vulgate populaire, analyse Jean-Pierre Darnis, la France est largement tenue pour responsable des débarquements périodiques en provenance des côtes africaines, débarquements qui ont installé la question migratoire au cœur des débats politiques italiens.»

«Sarkozy a lancé son attaque sur le régime de Kadhafi en mettant l'Italie devant le fait accompli, sans lui laisser la possibilité de s'y opposer»

Jean-Pierre Darnis, conseiller scientifique à l’Instituto Affari Internazionali (IAI) de Rome

Nourrissant selon lui abondamment les thèses d'un «complot français visant à supplanter l’Italie dans son rôle de partenaire privilégié pour l’exploitation des ressources énergétiques libyennes». Aussi, lorsque pour pacifier la Libye, Emmanuel Macron prend l'initiative d'organiser en juillet 2017 une conférence à la Celle-Saint-Cloud, l'Italie se sent exclue du processus, au mépris du rôle historique qu'elle a joué sur la zone.

Ces offensives sur le capitalisme italien et sur le pré carré de la diplomatie italienne ont fortement marqué les rédactions, même si le sentiment anti-français y apparaît de façon subtile. Il y a bien sûr la presse nationaliste, comme Il Giornale, Libero ou La Verità, pour laquelle taper sur la France est un fond de commerce. Prenons La Verità, pour laquelle tout est bon: «La France nous a envahis vingt-six fois en deux jours» (18 octobre 2018), «Comment limiter l'hégémonie de Paris, principale cause de l'immigration» (26 septembre 2018). Ou encore «La France nous attaque», quand Pierre Moscovici pointe en Salvini «un petit Mussolini».

L'élite intellectuelle rejette aussi la France

Mais il n'y a pas que la presse tabloïd à y avoir trouvé un filon. Même les grands journaux nationaux donnent une place inédite aux incidents de frontières avec la France, qui hier donnaient lieu à une brève en bas de page. Les deux migrants relâchés par erreur à Clavière? Deux pleines pages dans Il Corriere della sera du 16 octobre. Bien que l'éditorialiste Maurizio Caprara reconnaisse que «le problème de cette intrusion était surtout symbolique». Mais, justifie-t-il, «l'affaire illustre la dégradation des relations entre les deux pays depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, dont des membres principaux ont tour à tour qualifié la France de “pays ennemi”, un terme de temps de guerre.» Petit événement, gros symbole, traitement en longueur donc. Depuis, Il Corriere traque le moindre képi bleu à Clavière, ville devenue l'emblème de la violation des droits humains par la France, dont «les intrusions ne sont pas une exception, mais une coutume documentée».

La défense de la France, qui affirme par la bouche de son ambassadeur en Italie, Christian Masset, que «le rétablissement des contrôles à la frontière est prévu par les Traités pour des circonstances exceptionnelles», faisant référence aux attaques terroristes, n'est jamais reprise. Il Corriere choisissant de pointer une France qui «renvoie même les mineurs». Un traitement privilégié que l'on ne trouve guère sur la frontière autrichienne, où pourtant, assure Sofia Ventura, de l'université de Bologne, «il y a tout autant de renvois d'immigrés clandestins, mais de cela on ne parle jamais, car Matteo Salvini espère faire alliance avec Sebastian Kurz pour les élections européennes».

En tous cas, reconnu ou non, le biais de traitement à l'encontre de la France existe. «C'est beaucoup plus difficile aujourd'hui de faire passer un papier objectif sur la France, avec des arguments équilibrés, car on nous renvoie systématiquement Kadhafi et TIM, explique Stefano Cingolani. Après s'être enthousiasmé l'année dernière pour l'homme neuf de l'Europe, ce qui intéresse les rédactions en chef aujourd'hui, c'est la face sombre et les fragilités de la puissance française. Et c'est difficile de s'y opposer, car la demande est clairement formulée ainsi. Le sentiment anti-français ne se limite pas aux classes populaires, il a atteint les milieux cultivés.»

«Le sentiment anti-français ne se limite pas aux classes populaires, il a atteint les milieux cultivés.»

Stefano Cingolani, journaliste à Il Foglio

Un sentiment qui prééxistait à l'arrivée du nouveau gouvernement, comme en témoigne un numéro d'avril 2018 de la revue très influente de géopolitique, Limes, consacré à «La Francia Mondiale». Et qui, dans chaque article, attaque systématiquement la «grandeur de la France qui n'existe pas…» «Cette vision est très répandue parmi les élites intellectuelles», analyse Jean-Pierre Darnis. «Cela est devenu plus visible depuis l'arrivée de la Ligue et du mouvement Cinq étoiles au pouvoir, ajoute Stefano Cigolani. La Ligue ne dicte pas seulement l'agenda derrière lequel court toute la presse. Insidieusement, ses obsessions teintent le regard même des journalistes.»

Les élus français alimentent la machine

Il faut dire que les élus français de tous bords ont amplement nourri la machine. Lorsqu'en juin, le bateau de l'Aquarius, avec ses 600 migrants sauvés par l'ONG, se voit refuser le débarquement dans un port italien, Emmanuel Macron, par la bouche de son porte-parole, s'empresse de dénoncer «la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien», tout en refusant au bateau de débarquer dans un port français. S'ajoutent à cela toutes les autres déclarations, comme celle du porte parole de LREM, Gabriel Attal, estimant que «la ligne du gouvernement italien est à vomir. C’est inadmissible de faire de la petite politique avec des vies humaines… Je trouve ça immonde». Celle du ministre de l'Économie Bruno Le Maire affirmant que «le prochain gouvernement devra continuer à faire ce qu’ont fait tous les autres avant lui» dans un mépris non dissimulé pour la souveraineté chatouilleuse de l'Italie, amenant Salvini à immédiatement dénoncer «une intrusion inacceptable». Ou encore celle du commissaire européen Pierre Moscovici qui le 13 septembre a alerté sur «un climat qui ressemble beaucoup aux années 1930… Bien sûr, il ne faut pas exagérer, il n'y a heureusement pas de bruits de bottes, il n'y a pas d'Hitler, [mais] des petits Mussolini».

Autant de déclarations donnant lieu à un tweet cinglant de Salvini dénonçant les insultes à l'égard des Italiens et de leur gouvernement légitime. «Chaque déclaration d'un responsable français qui donne des leçons à l'Italie ne fait qu'apporter du carburant à La Ligue, c'est un cadeau fait à Salvini, déplore Marc Lazar. Plus grave encore, elle décourage les initiatives de la société civile italienne qui tentent de mobiliser les forces contre Matteo Salvini.» En un mot, c'est totalement contre-productif.

En tout cas, ces maladresses répétées ont vite entamé la popularité d'Emmanuel Macron en Italie, où son arrivée avait nourri de grands espoirs auprès des démocrates. Il est même le leader des grandes nations dont la popularité en Italie a le plus baissé depuis un an, comme l'a mesuré le sondage de Demos du 15 octobre pour La Repubblica, alors qu'Angela Merkel qui incarne l'austérité à l'allemande, n'a pas bougé.

Duplicité française

Un effondrement que l'on observe aussi chez les sympathisants du parti démocrate, qui lui reprochent vivement sa duplicité. «Paris dit tout haut aux Italiens ce qu'ils doivent faire, mais ne fait rien pour aider l'Italie, assène Paola Peduzzi, rédactrice en chef en charge de l'international à Il Foglio. La France a montré une absence de solidarité sur la gestion des flux migratoires qui choque encore une majorité d'Italiens.» «D'un côté, Macron en appelle à une Europe juste et solidaire, précise l'ancien ambassadeur Armando Sanguini. De l'autre, au nom de la lutte contre le terrorisme et pour ne pas perdre des voix face à l'extrême droite française, il durcit les contrôles aux frontières et renvoie les migrants illégaux. Finalement, Macron fait la même chose que Salvini, tout en faisant mine de vouloir une Europe généreuse».

«Finalement, Macron fait la même chose que Salvini, tout en faisant mine de vouloir une Europe généreuse»

Armando Sanguini, ancien ambassadeur

Un double discours qui ne passe plus auprès des démocrates eux-mêmes: quand Matteo Renzi, à la convention politique des démocrates le 21 octobre à Leopolda, affirme que «l’avenir de l’Italie n’est pas de faire la guerre à Macron , mais de combattre Orban, de lutter ensemble contre ceux qui violent les principes de l’Europe», il est inaudible dans son propre camp. Tandis que cette duplicité de la France fait les délices de l'extrême droite: «Ce qui est perçu par une hypocrisie de la France est systématiquement brandi par Matteo Salvini comme une arme de propagande contre Macron et contre l'Europe», estime Sofia Ventura.

«Finalement, Macron ressort comme étant une figure très polarisante, analyse Paola Peduzzi. Pour ceux qui veulent détruire l'Europe, il est la figure ennemie par excellence, qui fédère les mécontents. Mais pour les pro-européens, il est jugé trop autoritaire dans sa manière de chercher à imposer sa vision des choses. Finalement, après avoir suscité un grand enthousiasme, ce sont ses traits de caractère qui suscitent aujourd'hui une certaine antipathie.»

Polarisation du débat européen

Si les élus français semblent avoir compris l'effet contre-productif de leurs leçons à l'Italie, le clivage est d'ores et déjà le moteur de la campagne pour les élections européennes de mai 2019. «Depuis le Brexit, le débat sur l'avenir de l'Europe est sorti du champ technique pour devenir strictement politique, ajoute Paola Peduzzi. Il s'est clarifié. Car si l'on parle plus d'Europe aujourd'hui, c'est de manière radicalement polarisée, dans la confrontation entre les européistes, incarnés par Macron, et ceux qui veulent la détruire.»

Une position assumée lorsqu'il s'est lui même présenté face à Salvini et le leader hongrois Viktor Orban comme «l'ennemi des populistes», jouant tout autant de la confrontation comme d'une arme politique. «L'affrontement est celui qui va nourrir les élections européennes, confirme Armando Sanguini, élections qui politiquement vont se résumer à un face à face Macron-Salvini, les deux hommes qui aspirent au leadership en Europe». «Cette crise entre l'Italie d'un côté, la France et l'Europe de l'autre ne fera que s'accentuer jusqu'aux élections européennes, car les deux camps ont besoin d'ennemis», pronostique Marc Lazar.

D'ailleurs, les grandes initiatives de rapprochement des deux exécutifs sont en train de sombrer. «Le Traité du Quirinal, idée de Macron lancée fin 2017 auprès du gouvernement de Gentiloni pour établir un dialogue contant entre les deux exécutifs, à l'instar du dialogue franco-allemand, est dans les limbes», affirme Jean-Pierre Darnis. Même le sommet annuel franco-italien, qui cette année devait se tenir en Italie, risque de ne pas avoir lieu, personne n'ayant commencé à y travailler sérieusement. «On a d'ailleurs du mal à imaginer aujourd'hui Macron et Salvini dans une même salle, dit Marc Lazar. Tout cela démontre que sur le plan politique, entre la France et l'Italie, cela va très mal.»

Valérie Segond Journaliste, correspondante en Italie

Newsletters

Disney accusé d'appropriation culturelle pour l'expression «Hakuna Matata»

Disney accusé d'appropriation culturelle pour l'expression «Hakuna Matata»

C'est une phrase kiswahili avant d'être une marque déposée par le groupe.

 Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Une étude sur l'utilisation d'excréments d'animaux pour séquencer l'ADN avait une image de Trump cachée dans une illustration d'étron.

Un prisonnier se trompe d'adresse en envoyant son plan d'évasion à ses complices

Un prisonnier se trompe d'adresse en envoyant son plan d'évasion à ses complices

Sa tentative d'évasion a échoué.

Newsletters