Économie

L'Europe, nouvel obstacle à la reprise mondiale

Temps de lecture : 2 min

Alors que l'économie américaine semble avoir passé le pire de la tempête et se diriger vers une sortie de récession, les difficultés de l'Europe pourraient être le prochain obstacle à une reprise économique mondiale.

Le New York Times souligne qu'une forte baisse des marchés qui a commencé en Europe s'est répandue à Wall Street jeudi 4 février et à l'Asie vendredi 5. «La pression monte de l'autre côté de l'Atlantique, alors que la Grèce, le Portugal et une poignée de pays en difficultés de la zone euro n'arrivent pas à rembourser les montagnes de dettes accumulées pendant des années de dépenses prodigieuses», écrit le quotidien new-yorkais.

Certains marchés européens ont connu une chute allant jusqu'à 6%, et la possibilité de voir des grands pays comme l'Espagne glisser vers une crise financière est aujourd'hui réelle. L'euro est descendu à 1,37$, son plus bas niveau relatif depuis sept mois.

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Devant la Bourse de New York  ERIC THAYER / Reuters

Slate.fr

Newsletters

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Ils s'imposent depuis des années parce qu'on tente de s'en servir pour remédier aux dysfonctionnements de l'économie.

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

On ne peut plus utiliser les mêmes leviers pour la retraite et le pouvoir d'achat qu'il y a cinquante ans car le profil des Français·es a évolué.

Newsletters