Monde

Dans le Dakota du Nord, une loi prive des Amérindiens de vote

Temps de lecture : 2 min

La nouvelle loi rend obligatoire d'avoir une adresse pour voter, mais des milliers de personnes amérindiennes qui vivent dans des réserves n'en ont pas.

Un bureau de vote dans le Maryland en octobre 2018. | Jim Watson / AFP
Un bureau de vote dans le Maryland en octobre 2018. | Jim Watson / AFP

La Cour suprême des États-Unis vient de valider une loi locale du Dakota du Nord selon laquelle une adresse résidentielle est nécessaire pour s'inscrire sur les listes électorales. Cela pourrait sembler être un détail mais de nombreux Amérindiens et Amérindiennes de l'État vivent dans des réserves où il n'y a pas de noms de rue. Dans ces circonstances, ils et elles ne pourront pas voter lors des élections de mi-mandat du 6 novembre.

Les personnes amérindiennes représentent environ 5% de la population du Dakota du Nord et au moins cinq mille d'entre elles n'ont pas d'adresse adéquate. Or cette élection est décisive dans la mesure où les Démocrates ne pourront pas avoir de majorité au Sénat sans une victoire de l'actuelle sénatrice, Heidi Heitkamp, qui est devancée dans les sondages par son opposant Républicain. Chaque vote compte dans cet État de 750.000 habitants et habitantes: en 2012, Heitkamp avait gagné avec un écart de seulement 3.000 votes.

La nouvelle loi sur les adresses avait été introduite en 2013 par une majorité d'élus Républicains, et aussitôt dénoncée comme une tentative politique de rendre le vote difficile pour les Amérindiens, qui ont tendance à voter Démocrate. La loi n'avait pas pu être mise en place car plusieurs tribunaux l'avait jugée illégale. Il y a six mois, un juge avait déclaré: «L'État a reconnu que les communautés amérindiennes n'ont souvent pas d'adresse résidentielle. Cependant, selon cette loi, un individu qui n'a pas d'adresse résidentielle n'aura pas le droit de voter.»

Les Républicains qui ont voté cette loi disent qu'elle est nécessaire pour lutter contre la fraude électorale, mais les cas de fraude sont quasi inexistants dans cet État.

Dans une interview avec ABC, l'actuelle sénatrice Heidi Heikamp, a déclaré: «Pourquoi ôterait-on des listes un Amérindien qui a seulement une boîte postale et que tout le monde connaît quand il arrive au bureau de vote. Ils savent exactement qui est cette personne, que c'est un résident du Dakota du Nord [...] Ceux qui disent qu'il ne s'agit pas d'empêcher les Amérindiens de voter ne sont pas honnêtes.»

Newsletters

Des crapauds venimeux envahissent les USA

Des crapauds venimeux envahissent les USA

Qui a dit que 2020 allait être une bonne année?

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Manifestations pour demander justice pour Adama Traoré en France, hommages à George Floyd aux États-Unis et des milliers de tonnes de diesel déversées dans une rivière de l'Arctique... La semaine du 30 mai 2020 en images.

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

Dans le pays, le langage dégenré a dépassé les cercles militants en conquérant les universités et institutions publiques au point que même le chef d'État décline ses discours en employant ce mode.

Newsletters