Santé / Culture

Quand le Japon était à deux doigts du chaos à cause de la méthamphétamine

Temps de lecture : 5 min

L’archipel a été détruit par la drogue après la guerre, stigmate oublié de la défaite.

La méthamphétamine, qui inhibe les peurs, était distribuée aux militaires pendant la guerre. | Radspunk via Wikimedia Commons License by
La méthamphétamine, qui inhibe les peurs, était distribuée aux militaires pendant la guerre. | Radspunk via Wikimedia Commons License by

Le Japon est sans doute l’un des pays développés où la consommation de stupéfiants est la plus basse au monde. En 2017, le ministère de la Santé nippon publiait des statistiques montrant le caractère presque anecdotique de la drogue dans le Japon actuel: selon les données publiques, seuls 1,2% des Japonais et Japonaises âgées de 15 à 64 ans ont testé au moins une fois dans leur vie la marijuana et à peine 0,4% ont fait de même avec les amphétamines. Les chiffres pour les États-Unis étaient respectivement de 42,1% et de 6,3%.

Pourtant, le Japon n’a pas toujours été un territoire où la drogue est un problème marginal. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’archipel ravagé a même connu une crise sans précédent, lors de laquelle le pays, sous occupation américaine et qui avait vu ses rêves de grandeur disparaître sous un déluge de bombes et la honte de la défaite, allait faire l’expérience d’une explosion de la toxicomanie et des crimes liés. Avec un produit au centre du scandale: le Philopon, une méthamphétamine fabriquée avant la guerre dans les usines d’un champion du capitalisme japonais conquérant.

Le Philopon, terrible produit en vogue à l'époque de sa légalité.

20 avril 1954, un crime sordide va secouer le Japon et va agir comme un éléctrochoc auprès des pouvoirs publics. Une écolière, Hosoda Kyôko, est retrouvée morte après avoir été violée dans les toilettes de son établissement où elle s’était rendue pendant les cours. Le coupable sera arrêté le 1er mai. Il s’agit d’un jeune homme de 20 ans, Sakemaki Shûkichi. Le jeune meurtrier, qui vivait reclus dans un hôtel et souffrait de tuberculose, était sous l’emprise du Philopon, dont il s’injectait chaque jour entre vingt et trente ampoules. Et il n’était pas le seul: presque dix ans après la défaite, dans un pays de 87 millions d’habitants, ils sont environ 1,5 million à consommer ce produit stupéfiant. Une catastrophe sociale née d’un succès économique japonais à l’époque où l’archipel voulait sa place au panthéon des nations qui font le monde.

Plus facile à acquérir que le tabac

La méthamphétamine, synthétisée dès 1888 par un scientifique japonais, le docteur Nagai Nagayoshi, est mise sur le marché au Japon dans un premier temps comme un bronchodilatateur pour asthmatiques, puis, ensuite, comme un «stimulant» de consommation courante, et bénéficiant de ses propres publicités (comme d'ailleurs le Japon continue à en faire pour diverses fioles de boissons énergisantes). Si une vingtaine d'entreprises commercialisent la molécule, le produit le plus populaire est le Philopon (prononcé «Hiropon» en japonais), fabriqué par la société Dainippon Seiyaku –qui existe d'ailleurs toujours et appartient au gigantesque groupe Sumitomo– et son slogan «Vous pouvez continuer de travailler sans vous endormir!». C'est tout naturellement que la fabrication du produit est encouragée en plein effort de guerre (le Philopon inhibant les peurs) pour être distribué aux militaires et notamment, dans sa version injectable, à ceux de l'armée de l'air.

Le 15 août 1945, le Japon capitule et se livre à la tutelle américaine. Le pays est exsangue, la population déboussolée par la défaite et la peur de l'avenir. Et les stocks de méthamphétamine, produit stratégique de l’effort de guerre, sont au plus haut, sans forces militaires bellicistes pour les consommer. Certains Japonais, de plus en plus nombreux, et qui prenaient déjà du Philopon avant la guerre, vont se rabattre sur cette drogue plus facile à acquérir que le tabac en cette période de privations.

Début 1954, 58,1% des personnes arrêtées au Japon pour des faits liés aux stupéfiants le sont pour une affaire concernant le Philopon

Deux groupes ont notamment été des facteurs d'expansion de la drogue dans la population: les militaires américains et le crime organisé japonais. Les premiers sont des consommateurs de méthamphétamines et ont, pendant les sept ans de l'occupation américaine du Japon (1945-1952), eu des rapports avec la population locale permettant la porosité entre la substance et ses nouveaux consommateurs. Les yakuzas, eux, ont profité du trouble de l'après-guerre pour croître et développer leur capacité à fabriquer cette drogue à la recette déjà connue, et qui présente l'avantage de ne pas devoir s’exposer à un trafic international.

Au-delà des faits divers atroces et des drames personnels, le Philopon commence à remplir les prisons dans des proportions alarmantes. Début 1954, alors que la crise atteint son sommet, 58,1% des personnes arrêtées au Japon pour des faits liés aux stupéfiants le sont pour une affaire concernant le Philopon, selon une donnée de la revue The Journal of Asian Studies. Et selon une enquête de l'Asahi Shimbun, le grand quotidien de gauche japonais, 20% des 1,5 million de consommateurs réguliers ne peuvent plus se passer du produit.

Lourdes peines

C'est à ce moment-là que les autorités japonaises qui semblaient dépassées –et qui n'avaient pas jusqu'en 1952 la pleine souveraineté sur le pays– vont réagir, pressées notamment par l’horreur du meurtre de la petite fille. Et la réponse nippone va s'avérer radicale en se reposant sur un outil simple: la prison. L’interdiction formelle de la fabrication de la molécule à des fins récréatives en 1951 n’ayant pas suffi à stopper le trafic, la justice japonaise va appliquer la loi avec zèle et envoyer massivement les consommateurs et fabricants derrière les barreaux. Sur la seule année 1954, selon les chiffres officiels, 55.664 personnes seront arrêtées et emprisonnées pour une affaire en lien avec le Philopon.

La réponse du tout-carcéral est efficace, au moins à court terme. Les sources de production se tarissent et dès l’année 1958, le nombre d’arrestations en lien avec la substance tombe à 271. Moyennant des privations de liberté massives, la crise est terminée. Temporairement du moins. «La prison a réussi à freiner l’abus car les vagues d’arrestations ont rendu impossible l’accès au produit pour de nombreux consommateurs. Mais à partir des années 1970, avec la forte croissance économique du Japon et des Japonais travaillant avec acharnement, la méthamphétamine a fait son retour», explique Yasuhiro Maruyama, criminologue spécialiste des questions liées aux stupéfiants à l’université Rissho de Tokyo.

Le Japon moderne a gardé de cette époque, et de ce résultat dans la lutte contre les stupéfiants par la manière forte, une législation particulièrement sévère pour des délits en lien avec la drogue. La simple détention de stupéfiants est passible d'un à dix ans de prison –et les juges n’hésitent pas à les infliger– suivis d’une interdiction du territoire pour cinq à dix ans. Il n’existe pas de quantité minimale permettant d’échapper aux poursuites, et les médias locaux ne voient aucun problème à afficher les noms des personnes, même anonymes, impliquées dans des affaires de drogue. Pas suffisant cependant pour totalement éradiquer la consommation de stupéfiants dans le pays.

Si soixante-dix ans après la crise du Philopon, plus aucun stigmate de cette vague qui a ébranlé le pays n’est apparent –ceux qui l’ont subie sont octogénaires pour les plus jeunes– la méthamphétamine existe encore. Selon Yasuhiro Maruyama, «dans les centres de détention pour délinquants juvéniles, de nombreuses filles sont emprisonnées pour des affaires en lien avec ces substances. Celles-ci sont devenues trop chères à acquérir pour les garçons, mais des filles qui ont fugué de chez elles et qui sont tombées dans les mains du crime organisé se font fournir en drogue. Les criminels peuvent ainsi les empêcher de s'enfuir, les soumettre et les pousser à devenir travailleuses du sexe». Une goutte d’eau malgré tout bien loin de la vague qui a failli achever un Japon en ruines.

Newsletters

Pourquoi la consommation d'alcool provoque des crampes

Pourquoi la consommation d'alcool provoque des crampes

Et pourquoi la bière nous donne envie de faire pipi.

La dose de bisphénol A dans nos organismes pourrait être plus élevée qu'on ne le croit

La dose de bisphénol A dans nos organismes pourrait être plus élevée qu'on ne le croit

Une étude américaine remet en cause l'exactitude des résultats de dépistage de ce produit chimique nocif, utilisé dans les plastiques.

Faut-il encore emmener son bébé atteint de bronchiolite faire une séance de kiné?

Faut-il encore emmener son bébé atteint de bronchiolite faire une séance de kiné?

Alors que l'épidémie annuelle de bronchiolite s'installe en France, le recours à la kinésithérapie pour traiter cette infection propre aux nourrissons continue de diviser.

Newsletters