Tech & internet

Les appels robotisés sont une véritable plaie

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, il y aurait eu plus de quatre milliards d'appels pré-enregistrés rien qu'au mois de septembre.

Terreur sur la ligne | Pavan Trikutam via Unsplash CC License by
Terreur sur la ligne | Pavan Trikutam via Unsplash CC License by

Recevoir un appel robotisé est une expérience désagréable. Un numéro inconnu vous appelle et lorsque vous décrochez, une voie pré-enregistrée fait un petit monologue puis raccroche sans même vous avoir laissé le temps de répondre. En plus d’être une invasion dans la vie privée (comment ont-ils eu mon numéro?), ces appels laissent une impression désagréable de doute –ai-je bien fait de raccrocher? pourquoi ce numéro m'a choisi?

Si ces appels automatisés sont très désagréables, ils ne sont pas près de s’arrêter. Entre février et juillet, ils ont augmenté de 50% aux États-Unis, pour atteindre 4,4 milliards d’appels en septembre. Selon YouMail, l’auteur de l’étude, 40% de ces coups de téléphone seraient reliés à des arnaques.

Ces informations sont à prendre avec précaution puisque YouMail est une application destinée à bloquer ces appels indésirables. D’autres études semblent toutefois confirmer que c’est une pratique très répandue. Selon une étude menée par l’AARP, une ONG de protection des droits des seniors, la majorité de la population américaine d’origine asiatique âgée de plus de 50 ans a été la cible de tentative de fraude via ces robocalls. À New York, des Sino-Américains ont été la cible d’appels en chinois émanant prétendument du consulat de Chine et leur réclamant de l’argent ou des informations personnelles.

Ethan Garr travaille à TelTech System, une entreprise qui développe l’application RoboKiller, un bloqueur d’appels robotisés. Selon lui, la brusque augmentation observée ces derniers mois pourrait être la conséquence des élections de mi-mandat qui approchent à grands pas aux États-Unis. À cette occasion, les différentes équipes de campagne envoient des sollicitations politiques par téléphone.

Arnaque pour les nuls

Le PDG de YouMail, Alex Quilici, pense quant à lui que la hausse de ce type d'appels est une réponse à la réaction de défiance des personnes. «Les applications pour bloquer ces appels se répandent, donc il faut appeler plus de monde pour obtenir les mêmes résultats», explique-t-il. Le problème est qu’augmenter le nombre d’appels n’est pas difficile. «Il suffit d’aller sur certains sites, de mettre votre numéro, de charger un fichier audio, d’appuyer sur un bouton et ça y est, vous emmerdez toute une ville.»

De nos jours, un appel vocal ne coûte presque rien et il n’est payé que lorsque la personne au bout du fil décroche. Les individus qui lancent des robocalls ne sont pas limités par le nombre d’appels, mais par celui de réponses.

Pour que cela change, il faudra vraisemblablement que les opérateurs réussissent à développer des filtres assez perfectionnés pour stopper les appels robotisés indésirables. Comme l’explique Quicili: «C’est comme pour les e-mails, on reçoit encore des tonnes de spam mais Google et les autres messageries sont devenus si bonnes à les filtrer qu’on s’en aperçoit moins. Le réseau téléphone n’est pas encore aussi sophistiqué.»

Newsletters

 Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Influencés par les récits et photos idylliques de connaissances installées en Europe, des milliers de jeunes Maghrébins prennent chaque année le risque de l'émigration, parfois au péril de leur vie.

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Si le Covid-19 vous angoisse, il est peut-être temps de vous créer un compte.

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

La société éditrice du jeu vient d'annoncer qu'elle allait modifier temporairement certaines règles afin de limiter au maximum les déplacements de ses utilisateurs et utilisatrices.

Newsletters