Égalités / Monde

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Temps de lecture : 2 min

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

Une manifestation devant le Parlement australien, le 7 décembre 2017, jour de la légalisation du mariage homosexuel dans le pays. | SEAN DAVEY / AFP
Une manifestation devant le Parlement australien, le 7 décembre 2017, jour de la légalisation du mariage homosexuel dans le pays. | SEAN DAVEY / AFP

Dans un récent article, le New York Times recueille le témoignage de Hugo Walker, forcé à démissionner de son poste de professeur dans une école chrétienne de Canberra, après avoir fait son coming out. «Dans les écoles religieuses d'Australie, les histoires comme celles de M. Walker ne sont pas rares», note le journal. Tout simplement parce que cette pratique est légale.

En effet, l'Australie compte parmi ses lois un Acte sur la discrimination sexuelle, datant de 1984. Jamais abrogé, ce texte autorise, à titre dérogatoire, les institutions religieuses à discriminer leur personnel ou leurs étudiants en raison de leur orientation sexuelle ou de leur sexe. Cet acte semblait être tombé en désuétude, mais dans un rapport sur la liberté religieuse qui a récemment fuité, le Gouvernement a cru bon de rappeler son existence.

«La plupart des écoles religieuses ne font pas usage de ce droit à la discrimination», ont toutefois rassuré dans un communiqué des associations de défense des droits LGBT. Mais encore trop ne s'en privent pas, et le rappel du Gouvernement apporte une nouvelle légitimité à de telles mesures.

Selon Andrew Broad, assistant du vice-Premier ministre, ce droit à la discrimination est justifié: «Si un parent envoie son enfant dans une école, qu'il paye, alors il espère que la direction, mais aussi le corps professoral, soient en accord avec les valeurs en lesquelles il croit». Un sondage contredit cependant ses propos, puisque 74% des Australiens ne sont pas favorables à cet acte archaïque, dont beaucoup d'entre eux ignoraient l'existence.

Les associations LGBT ainsi que l'opposition gouvernementale souhaitent que soit supprimé ce droit à la discrimination, qui concerne non seulement les écoles religieuses, mais également toute autre institution à caractère religieux.

Newsletters

La redéfinition du mot «transphobe» étouffe-t-elle le débat?

La redéfinition du mot «transphobe» étouffe-t-elle le débat?

Le sens du mot a été tellement élargi que de nombreuses personnes trans sont maintenant considérées comme transphobes.

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

Newsletters