Politique

Stanislas Guérini «discute» de la présidence de LREM

Temps de lecture : 2 min

Le député de Paris refuse néanmoins d’officialiser sa candidature pour l’instant.

Stanislas Gérini, sur le plateau de l'Instant politique de France Info | Capture écran France info
Stanislas Gérini, sur le plateau de l'Instant politique de France Info | Capture écran France info

Ce vendredi 19 octobre, c’est Stanislas Guerini, député de Paris pour La République en marche, qui était l’invité de l’Instant politique sur France info. Interrogé par Gilles Bornstein sur la sortie du glyphosate, il a réaffirmé qu’elle serait totalement effective fin 2020. Il a même expliqué que si «le travail de concertation avec les filières n’avance pas suffisamment vite, [l’interdiction sera] inscrite dans la loi avant l’année prochaine».

Depuis le remaniement, La République en marche n’a plus de président ou de présidente. Stanislas Guerini est l’un des noms qui sont évoqués pour remplacer Christophe Castaner, devenu ministre de l'Intérieur. Le député a refusé de confirmer qu’il se présenterait mais a concédé qu’il «discute avec ses collègues, avec les adhérents…» de cette éventualité.

Ce vendredi, la question de Slate était: «Leaticia Avia a annoncé une proposition de loi contre la glottophobie. Est-ce vraiment nécéssaire?». Le député LREM a estimé que cette proposition de loi était là pour «envoyer un signal». Il a jugé «extrêmement gênant qu’on puisse avoir une attitude de dénigrement sur un accent», ajoutant que mieux valait tout de même «mener une bataille culturelle que législative» et ne pas faire une loi «à chaque fait d’actualité».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Newsletters

Handicap

Handicap

Ce qui se cache derrière la déferlante raciste envers Pap Ndiaye

Ce qui se cache derrière la déferlante raciste envers Pap Ndiaye

L'arrivée de l'historien à la tête du ministère de l'Éducation nationale aurait dû être un non-événement. Qu'un parcours scolaire et universitaire brillant mène à la rue de Grenelle, quoi de plus banal?

La semaine imaginaire d'Élisabeth Borne

La semaine imaginaire d'Élisabeth Borne

Cette semaine, les plafonds de verre vont enfin exploser en confettis et même les champions de puzzle ne pourront pas les recoller.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio