Culture

Une photo inédite de Salinger

Temps de lecture : 2 min

Le Figaro Littéraire d'aujourd'hui montre une photo inédite de Salinger en 1952 rapporte Gilles Klein sur son blog. «La San Diego Historical Society possédait ce portrait inédit de l'écrivain (...) L'institution s'était engagée à ne pas le diffuser avant sa mort.» Le cliché est d'Anthony di Gesu.

Chaque image inédite de JD Salinger, l'un des écrivains américains les plus célèbres, et qui vient de mourir, sera un événement. L'auteur de L'Attrape-coeurs avait renoncé à toute vie publique, fait interdire les sites Internet le concernant, fermé sa porte aux journaliste et aux photographes, il ne recevait même pas son courrier.

Le New York Times souligne que ses voisins le connaissaient. Que d'eux son intimité était connue: ils le voyaient au quotidien, à la messe, dans ses habitudes ordinaires. Mais du grand public, il se cachait. Il était reclus. Le 1er janvier 1953, il s'était installé dans le Vermont, dans le village de Cornish. C'était le jour de ses 34 ans, on ne l'a presque jamais revu depuis.

[Lire l'article complet sur Le Phare]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: JS Salinger sur Le Figaro, DR.

Slate.fr

Newsletters

De retour du Paris Podcast Festival

De retour du Paris Podcast Festival

Un épisode un peu spécial de l'Agenda du Loisir Français cette semaine. De retour de Paris, Henry Michel nous raconte son expérience du premier festival dédié au podcast natif, en présence de toute la grande famille du podcast français. Alors non,...

Mon petit chat est mort

Mon petit chat est mort

[Blog, You will never hate alone] Je ne sais pas s'il m'aimait, et à dire vrai, je m'en fiche royalement. Je sais seulement que tous les deux, nous étions inséparables.

Les BD de cette rentrée littéraire à dévorer (et celles à recycler)

Les BD de cette rentrée littéraire à dévorer (et celles à recycler)

Notre sélection des meilleures BD de la rentrée 2018, sans oublier quelques déceptions.

Newsletters