Monde / Économie

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Temps de lecture : 2 min

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Legalize it | Dalton Shaul via Unsplash CC License by
Legalize it | Dalton Shaul via Unsplash CC License by

Le cannabis vient d’être légalisé au Canada. C’est le second pays, après l’Uruguay en 2013, à légaliser la possession et la vente libre de marijuana. Dans certaines provinces, comme au Québec, le cannabis est vendu par l’État, via des dispensaires. Dans d’autres, comme l’Alberta, l’herbe est vendue par des entreprises privées.

Toutefois, ces entreprises n’ont pas le droit de faire la promotion du cannabis. La règlementation canadienne précise qu’«il est interdit de promouvoir le cannabis ou des accessoires liés au cannabis ou tout autre service lié au cannabis.». De plus, il leur est interdit de produire des témoignages qui lierait la weed à un mode de vie glamour, excitant, risqué ou audacieux. Ces obligations s’accompagnent aussi d’un strict contrôle du packaging, qui doit absolument rester sobre.

Les vendeurs privés de cannabis doivent donc être créatifs pour se démarquer et n’hésitent pas à utiliser toutes les zones grises possibles. Tweed, propriété de Canopy Growth, l’une des plus importantes entreprises du secteur au monde en est un bon exemple. Elle fait de la publicité mais en étant peu claire sur son activité. Son slogan publicitaire est simplement «Hi.» («Salut.»), et elle l’imprime sur de gigantesques panneaux publicitaires, en invitant les consommateurs à se rendre sur son site internet ou sur ses comptes sur les réseaux sociaux. Ainsi, aucune référence directe n’est faite mais le nom ne laisse que peu de doutes sur ses activités et amène directement la clientèle à un espace promotionnel.

Marcher sur la ligne rouge

Suite à cette campagne, le département de santé canadien a rappelé aux marques l'obligation de respecter la loi. Tweed a retiré ses billboards mais pour autant, les vendeurs de cannabis n’ont pas renoncé à tout tenter pour rester dans le flou juridique. Par exemple, pour accéder au site d’une de ces marques, les internautes doivent indiquer leur âge, mais pas pour accéder à leurs publications sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter par exemple, Aurora Cannabis, une autre des sociétés les plus importantes, semble en permanence flirter avec la ligne blanche. Elle fait par exemple la promotion de pots pour jardiner, mais avec une plante qui n'est pas du cannabis.

Enfin, les marques essaient d'être présentes lors de certains grands événements. Aurora a par exemple sponsorisé le festival du film international de Toronto. Elles peuvent aussi s’appuyer sur des partenariats avec des célébrités. En 2016, Canopy Growth avait créé un ligne de produit avec Snoop Dogg, et son action était montée en flèche.

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste au Kenya, festival Kumbh Mela en Inde et inondations dans les camps de réfugiés syriens... La semaine du 12 janvier en images.

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

WeChat et Tiktok sont deux applications et réseaux sociaux très populaires dans le pays.

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

C’était une Garmin Forerunner.

Newsletters