Monsieur «gros sexe» ne peut pas être ambassadeur à Riyad

Bien qu'ayant servi depuis des années en tant que diplomate pakistanais, Akbar Zeb (ou Zib) n'a pas reçu l'aval pour être nommé ambassadeur du Pakistan en Arabie saoudite, selon des sources citées par le site de relations internationales Foreign Policy. Cela n'a rien à voir avec ses états de service, mais plutôt avec son nom, qui signifie en arabe «la plus grosse bite». Le site Salem News rapporte:

Un diplomate de haut niveau pakistanais s'est vu refuser le poste d'ambassadeur en Arabie saoudite à cause de son nom, Akbar Zeb, qui signifie «la plus grosse bite» en arabe. Les responsables saoudiens, apparemment accablés par le nom, on mis leur veto.

Selon un article en langue arabe du Arab Times, le Pakistan a déjà proposé Akbar Zeb pour les postes d'ambassadeur aux Emirats Arabes Unis et au Bahreïn, mais la candidature s'est vue refusée pour la même raison. Si l'affaire ressemble à une blague des Monty Python [voir ci-dessous], le journal y voit des implications plus sérieuses: «On peut penser que le fait de proposer le nom de Zeb à des pays de langue arabe est une forme de punition de la part du ministère pakistanais des Affaires étrangères, ou le résultat d'une boulette particulièrement flagrante.»

Akbar Zeb est loin d'être un novice en politique. Ce diplomate de longue date a travaillé avec des pontes des gouvernements du monde entier et négocié sur les dossiers les plus importants. Il a récemment été haut commissaire du Pakistan au Canada, et a été avant cela ambassadeur du Pakistan en Afrique du Sud, à Washington de 1983 à 1987 et à Delhi de 1994 à 2000.

En France, Akbar Zeb pourrait saisir la Halde pour la discrimination dont il est victime. En effet, parmi les 18 critères de discrimination interdits par la loi figure le patronyme. Le site de la Halde précise également: «Il existe plusieurs formes de discrimination. Elles peuvent se manifester dans différents domaines visés par la loi: l'emploi, l'éducation, le logement, le service public et l'accès aux biens et aux services.»

Les relations bilatérales entre le Pakistan et l'Arabie saoudite n'en demeurent pas moins étroites et amicales.

[Lire l'article complet sur Foreign Policy]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Drapeau pakistanais, steveconover, Flickr, CC