Chanel et la danse
Culture

Chanel et la danse

Temps de lecture : 3 min
Slate.fr Slate.fr

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

Proche des milieux culturels de son époque, Gabrielle Chanel noua une belle amitié avec Diaghilev et Serge Lifar. En 1924 elle signe les costumes d’un ballet événement, une création des ballets russes de Diaghilev jouée au théâtre des Champs-Élysées: Le train bleu.

Une musique de Darius Milhaud, un livret de Jean Cocteau et un décor d’Henri Laurens. Un imposant rideau fut réalisé d’après un tableau de Picasso, Deux femmes courant sur la plage. Signé par le peintre, il figure aujourd’hui dans les collections du Victoria & Albert Museum de Londres.

Autour des ballets russes

Cette opérette dansée avait pour cadre un décor balnéaire avec cabines de plage, parasols... Les «passagers» de ce train bleu chorégraphié étaient qualifiés, à l’emporte-pièce, par Cocteau de poules et de gigolos! Les costumes de Chanel, reflétaient l’époque avec une femme s’émancipant, faisant du sport, se «libérant».

Edmonde Charles-Roux les décrit: «maillots-chandails, taillés dans un jersey qui moulait assez imparfaitement le corps, laissant apparaître un bout de caleçon arrêté à mi-cuisse. Gabrielle n’avait pas cherché à faire pittoresque mais à parer ses danseurs des charmes du réel.»

Quelques années plus tard, en 1929, Coco Chanel fit les costumes pour la reprise de l’Apollon Musagete de Stravinsky sur une chorégraphie de George Balanchine. Personnellement Gabrielle Chanel s’intéressa à la danse et s’y essaya. Elle rencontra et regarda Isadora Duncan, mais c’est auprès de Caryathis (Elisabeth Toulemont, future épouse de Marcel Jouhandeau) qu’elle suivit des cours, rue Lamarck, en amateur.

Chanel et la danse aujourd’hui

Pour cette saison, l’implication de la maison se concrétise aussi avec des costumes, ainsi deux robes noires dessinées par Karl Lagerfeld. Si la notion de petite robe noire est indissociable de Chanel, dans cette version ce sont deux robes bustiers avec une épaule dégagée et une petite bretelle.

Un doublé pour un duo, un pas de deux interprété par Aurélie Dupont et Diana Vishneva sur la musique du Boléro de Ravel. B/oléro, une chorégraphie de Ohad Naharin en préambule au spectacle Decadance qui s’inscrit au répertoire de L’Opéra de Paris.

Source d’inspiration particulière pour Karl Lagerfeld: «Le Boléro de Ravel est l’un des morceaux de musique que j’ai toujours préféré au monde. C’est le premier disque de musique classique que j’ai acheté quand j’avais 16 ans.»

Ce n’est pas une première pour Karl Largerfeld qui a signé des costumes à plusieurs reprises. En 2009, pour le centième anniversaire des Ballets Russes, le couturier crée le tutu de La Mort du cygne, dansé par Elena Glurdjidze: un costume en tulle orné de 2500 plumes.

En 2016, à la demande de Benjamin Millepied, il signe pour Brahms-Schonberg Quartet les costumes et le décor de la chorégraphie de George Balanchine. Un jeu sur la dualité, l’opposition entre le noir et le blanc avec des jupons tutus et l’ajout d’une touche de rose. Particulièrement investi dans ce type de travail qui doit tenir compte du corps, du mouvement, le couturier conclut: « Le ballet classique ne supporte que la perfection

Autour de la danse

Pour la nouvelle saison à l’Opéra de Paris ont été réalisés des podcasts par les protagonistes de cette rentrée.

Aurélie Dupont. Danseuse étoile nommée en 1998, Aurélie Dupont est désormais la directrice de la danse de l’Opéra national de Paris. Pour cette rentrée, elle interprète le duo de B/oléro avec Diana Vishneva dans une chorégraphie d’Ohad Naharin.

Diana Vishneva. Danseuse russe, Diana Vishneva est étoile (nommée à 19 ans) à Saint-Pétersbourg au Théâtre Mariinsky. Surnommée «le visage du Mariinsky», elle est aussi étoile à l’American Ballet Theatre. À l’Opéra de Paris, elle danse en duo B/oléro avec Aurélie Dupont.

Kate Moran. Jeune actrice franco-américaine, elle a débuté par la danse avant de se tourner vers le théâtre et le cinéma. Elle a participé à la tournée Einstein on the Beach (musique Philip Glass et mise en scène Robert Wilson). Actrice de cinéma d’auteur chez Yann Gonzalez ou Christophe Honoré.

Ohad Naharin. Danseur et chorégraphe, Ohad Naharin crée à la Batsheva Dance Company (fondée par Martha Graham et Batsheva de Rothschild) à Tel Aviv. Parmi ses méthodes de travail: Gaga, un travail en cours de création, libre, à l’écoute du corps. Sa pièce modulaire Decadance reprend différentes créations et s’inscrit au répertoire de l’Opéra de Paris. Avec B/oléro, il réunit Aurélie Dupont et Diana Vishneva.

Crédit photo: Anne Combaz

«Mon père alcoolique et moi» lève le voile sur l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi» lève le voile sur l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Les étudiants texans apprendront bientôt que l'esclavage a joué un rôle central dans la guerre de Sécession

Les étudiants texans apprendront bientôt que l'esclavage a joué un rôle central dans la guerre de Sécession

Jusque-là, il était traité comme un thème annexe.

Pourquoi on attend toujours du rap qu'il soit politisé?

Pourquoi on attend toujours du rap qu'il soit politisé?

Entre incompréhension d’une culture encore bien méconnue et fantasme d’une banlieue foncièrement politisée à gauche, le rap navigue entre les critiques.

Newsletters