Monde

Après avoir dit que voter ne servait à rien, un Texan reçoit un coup de fil du candidat démocrate

Temps de lecture : 2 min

Un jeune latino a dit au Guardian qu'il ne votait pas et le candidat au Sénat, Beto O'Rourke, l'a aussitôt appelé pour lui faire changer d'avis.

Beto O'Rourke lors d'un meeting de campagne à Plano, Texas le 15 septembre 2018. LAURA BUCKMAN / AFP
Beto O'Rourke lors d'un meeting de campagne à Plano, Texas le 15 septembre 2018. LAURA BUCKMAN / AFP

Le Texas n'a pas élu de sénateur démocrate depuis 1993, mais Beto O'Rourke, un jeune élu à la Chambre des représentants, génère beaucoup d'enthousiasme depuis le début de sa campagne contre l'actuel sénateur, le républicain Ted Cruz.

A moins d'un mois des élections, Cruz a huit points d'avance dans les sondages mais O'Rourke est un adversaire tenace. Il a été à la rencontre des électeurs dans la totalité des 254 comtés du Texas et il est particulièrement déterminé à encourager les jeunes à voter.

Le 7 octobre, le Guardian a publié un long article sur O'Rourke dans lequel le journaliste, Ed Pilkington, se rend dans la petite ville de Gonzales et y interviewe un jeune latino de 21 ans, Sebastian Esquivel, qui travaille dans le restaurant de tacos familial. Esquivel explique qu'il n'a jamais voté et que dans sa famille élargie d'environ 20 personnes, tous citoyens américains, il ne connaît qu'un seul proche qui a voté. Il dit ne pas s'être intéressé aux campagnes de Cruz et O'Rourke.

«Pour être honnête, ça ne m'importe pas vraiment», avait-il dit.

Il s'avère que le directeur de communications de la campagne de Beto O'Rourke, Chris Evans, a lu cet article et en a parlé à son patron. Dans Medium, il écrit:

«Nous étions d'accord que [les élections de] novembre sont trop importantes pour que Sebastian ou n'importe quel autre Texan ne sache pas pourquoi on se bat».

Ils ont alors trouvé le numéro de téléphone du restaurant de tacos et O'Rourke a appelé Esquivel. Il lui a parlé des politiques qu'il défend, notamment le système de santé universel, un meilleur contrôle des armes et une réforme du système juridique.

Esquivel lui a dit qu'il n'était pas inscrit sur les listes électorales, et le candidat démocrate a ensuite envoyé un des ces bénévoles dans la ville d'Esquivel pour l'aider à faire les démarches à temps.

Ed Pilkington du Guardian a été très surpris que son interview mène à ce développement:

«Je vais au Texas et j'écris 3000 mots sur Beto O'Rourke. Qui lit 3000 mots? Il y a peut-être trois personnes qui ont fini l'article. L'une d'entre elles était Beto O'Rourke. Et voici ce qui s'est passé.»

L'inscription d'Esquivel ne changera évidemment pas la donne, et en règle générale, la majorité des Texans d'origine hispanique ne vote pas, ce qui est problématique pour les Décocrates. Mais comme l'explique Pilkington, cette anecdote est révélatrice de la détermination du candidat:

«Cela souligne qu'O'Rourke est prêt à faire des efforts exceptionnels pour motiver des gens habituellement exclus du processus politique. C'est comme cela qu'il pense pouvoir gagner.»

Slate.fr

Newsletters

Mohammed ben Salmane et les mensonges de Trump, un drame en quatre actes

Mohammed ben Salmane et les mensonges de Trump, un drame en quatre actes

Le président américain continue à asséner des contre-vérités au sujet de l'assassinat de Jamal Khashoggi, alors que le Sénat a adopté le 13 décembre une résolution tenant Mohammed ben Salmane pour responsable.

En Angleterre, des humoristes sommés de garantir par écrit qu'ils n'offenseront personne

En Angleterre, des humoristes sommés de garantir par écrit qu'ils n'offenseront personne

Plusieurs humoristes invités à se produire à la School of Oriental and African Studies de Londres ont reçu un «contrat de comportement» à signer.

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

«Mon père», qui sort le 19 décembre en France, raconte l’histoire de Segundo, un garçon issu d’une communauté reculée des Andes et confronté à un secret de famille.

Newsletters