Tech & internet

Vivement la mort des mails

Temps de lecture : 4 min

Pour mettre fin au tonneau des Danaïdes que sont nos boîtes mails.

On y est presque | philippechazal via Unsplash CC License by
On y est presque | philippechazal via Unsplash CC License by

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plate-forme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quand les mails auront disparu, par quoi seront-ils remplacés?»

La réponse de Adam Seabrook, cofondateur de Betterteam.com (premier mail envoyé en 1991):

Une flopée de start-ups a bien essayé de faire évoluer les comportements des gens quant aux mails, en vain. Ces derniers, et la façon dont la plupart des personnes les utilisent, sont les descendants numériques des lettres manuscrites que l’on s’est écrites pendant des centaines d’années. Je suis sûr que si je retournais 400 ans en arrière, je trouverais de nombreuses lettres triées dans des piles, tiroirs ou dossiers qui ressembleraient beaucoup aux étiquettes Gmail.

Changer les comportements est très très difficile

J’adhère au principe «Inbox Zero», avec aucun dossier. Quand je vois que certains ou certaines créent un dossier pour chaque personne qui leur a déjà envoyé un mail, chaque personne à qui ils ou elles ont déjà envoyé un mail, et pour chaque projet ou idée qui leur passe par la tête, ça me donne des sueurs froides. Essayer de changer la façon dont on communique et organise ses communications relève presque de l’impossible.

Par exemple, les avocats britanniques attachent leurs dossiers juridiques avec des rubans de différentes couleurs afin d’identifier le type de dossier depuis plus de 400 ans. Cette méthode rappelle étrangement les drapeaux colorés que l’on applique à nos mails pour les classer, non?

Quand nous avons mené des recherches auprès des utilisateurs pour Betterteam (une plateforme de recrutement pour les PME), nous nous sommes vite rendu compte que les recruteurs veulent avoir accès à leurs mails toute la journée et refusent de se connecter à notre joli système permettant de refuser des candidates et candidats. Nous avons dû prendre cela en considération dans la conception de notre service. Aujourd’hui, les clients peuvent rejeter une candidature en cliquant sur un bouton dans un mail plutôt que de se connecter à notre système.

Que va-t-il advenir des mails?

Il existera toujours une forme de communication consistant à s’envoyer des messages à deux et à plusieurs ne nécessitant pas une présence simultanée en ligne.

Je pense que les mails ne seront jamais vraiment remplacés, mais qu’il y aura d’immenses changements qui réduiront considérablement la quantité de messages que nous recevons et qui amélioreront leur fonctionnement.

1. Les bots et assistants à intelligence artificielle

Je viens de parcourir rapidement les cent derniers mails que j’ai reçus et environ 80% d’entre eux pourraient être traités par un bot assez rudimentaire. Les règles des messageries sont la version homme des cavernes de l’intelligence artificielle. Celle-ci devrait s’améliorer au point que 80% de nos mails pourront être gérés en silence par nos assistants à intelligence artificielle. Mon assistant, par exemple, devrait savoir des choses comme l’heure de mon dernier repas, ou encore le fait que j’aime prendre un café avec mon associé vers 11h tous les jours, et être capable de planifier une pause-café avec lui si je reçois un mail de sa part à 10h30 pour qu’on se voie.

Les assistants à intelligence artificielle pourront également réaliser des tâches simples comme l’envoi automatique des factures enregistrées dans un programme de comptabilité et marquées comme «à envoyer». J’utilise déjà une fonction comme celle-ci dans Xero, un programme qui envoie directement mes factures à ma clientèle, sous réserve que le destinataire utilise déjà Xero. Dans quelque temps, votre assistant de messagerie sera capable de comprendre l’intention des messages et d’y répondre à votre place en fonction d’un ensemble de règles qu’il aura apprises en analysant vos réponses aux mails.

2. Outils en libre-service

J’ai récemment commencé à utiliser Calendly, un service qui se connecte à mon calendrier pour que mes contacts puissent voir mes disponibilités et prendre directement rendez-vous. Voici ce que les utilisatrices et utilisateurs voient lorsqu’ils veulent réserver un créneau avec moi:

En coulisses, j’ai créé des règles prévues par Calendly grâce auxquelles je peux bloquer quarante-cinq minutes après chaque rendez-vous réservé et ne prévoir qu’un nombre spécifique de rendez-vous par jour. Ce qui me prenait environ huit mails (seize si je jouais un rôle d’intermédiaire pour un client en recrutement) ne m’en prend plus qu’un. Il me suffit d’envoyer le lien Calendly; ensuite, mon contact réserve son créneau, je reçois une notification et l’événement est dans mon agenda. Je reçois même un rappel la veille et une heure avant.

3. Messagerie en peer-to-peer/décentralisée/sans serveur avec authentification et chiffrement

Si quelque chose doit remplacer les mails, ce sera ça, mais pour moi il s’agit plus d’une amélioration que d’un remplacement. À un certain point, la méthode actuelle qui implique qu’un message passe de votre boîte d’envoi à un serveur, puis à un autre serveur et à la boîte de réception des destinataires devra changer. Les spams et le phishing sont de plus en plus sophistiqués. L’infrastructure sous-jacente qui déplace les mails sera modifiée de sorte que les messages seront chiffrés avant d’être envoyés, signés pour confirmer leur authenticité et livrés directement dans la boîte de réception des destinataires. Un peu comme Bitmessage peut-être. Ainsi, les messages sont sécurisés et on a la certitude que la personne qui envoie le message est bien celle que l’on croit.

Quora

Newsletters

Aux États-Unis, Amazon et la police piègent les voleurs avec des GPS dans les colis

Aux États-Unis, Amazon et la police piègent les voleurs avec des GPS dans les colis

La police américaine a décidé d'être plus ingénieuse que les voleurs.

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

En validant un budget de 52.800 euros pour l'opération «emoji Corsica», l'Assemblée de Corse a défrayé la chronique. Mais selon le porteur du projet, il s'agit là du juste prix.

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

Il a inventé la Silicon Valley et révolutionné la technologie. Aujourd'hui, plus personne ne se souvient pourtant de William Shockley, père du transistor et chef d’entreprise tyrannique.

Newsletters