Sciences / Tech & internet

Comment Twitter propage (ou freine) les théories du complot

Temps de lecture : 2 min

Les messages véhiculant de telles rumeurs ne sont pas les mêmes que ceux qui espèrent les endiguer.

 D'un signe qui veut dire complot  | iwishmynamewasmarsha via Flickr CC License by
D'un signe qui veut dire complot | iwishmynamewasmarsha via Flickr CC License by

Les rumeurs sont un invariant de la vie sociale. En tant que processus générateurs de sens, elles peuvent réduire l'anxiété et l'incertitude et nous aider à faire face à des situations inconnues. Sauf que cela a un prix: certaines rumeurs ne sont que des ragots malveillants, d'autres peuvent être véhiculées à des fins de propagande et/ou nous raconter n'importe quoi.

Mais c'est précisément parce qu'elles nous aident à «comprendre» le monde que les rumeurs ont tendance à exploser durant les situations de crise, quand il nous semble impossible de trouver du sens par les moyens habituels. Des circonstances propices à un type particulièrement retors de rumeur: les théories du complot. Croire (et dire) que de puissants agents (individus, organisations, confréries occultes) mènent des projets sinistres à l'insu du grand public permet une compréhension immédiate d'une situation autrement ambiguë: pourquoi un truc arrive, qui en profite, qui sont les coupables.

Une étude menée par Michael J. Wood, de l'université de Winchester (Royaume-Uni) exploite les outils offerts par la psychologie des rumeurs pour les appliquer aux théories du complot ayant émergé durant l'épidémie de virus Zika, de 2015-2016. Plus précisément, le chercheur s'est focalisé sur la vie de ces théories sur Twitter et sur les messages qui les ont propagées ou qui ont cherché à les désamorcer.

Son analyse, portant sur 25.162 tweets, montre que contrairement aux messages «correcteurs», les messages «propagateurs» de théories du complot sur Zika circulent sur des réseaux moins centralisés et ont plus de chances d'exploiter des arguments d'autorité et des questions rhétoriques.

Autant de redoutables carburants à suspicions nuisant par ailleurs gravement à la santé: une autre étude menée lors du pic de l'épidémie sur 140.000 tweets échangés entre le 1er janvier et le 29 avril 2016 montrait que les individus véhiculant des théories du complot sur Zika avaient le plus de risque de pâtir du virus.

Slate.fr

Newsletters

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

La théorie, la modélisation climatique et les observations semblent tendre vers la même conclusion.

Il serait dommage ne pas tenter l’expérience de la couverture lestée

Il serait dommage ne pas tenter l’expérience de la couverture lestée

Depuis que j'en ai une, mes nuits sont plus belles que vos jours.

Newsletters