Monde

L'État de Géorgie tente d'empêcher des dizaines de milliers d'Afro-Américains de voter

Temps de lecture : 2 min

53.000 inscriptions aux listes électorales ont été bloquées, parfois pour des questions de tirets ou d'accents mal placés sur un formulaire.

Brian Kemp, le candidat républicain au poste de gouverneur de Géorgie, à Athens le 24 juillet 2018. | Jessica McGowan / AFP
Brian Kemp, le candidat républicain au poste de gouverneur de Géorgie, à Athens le 24 juillet 2018. | Jessica McGowan / AFP

En novembre, les électrices et électeurs de Géorgie voteront pour élire un nouveau gouverneur, et le candidat Républicain, Brian Kemp, qui est actuellement secrétaire d'État de Géorgie, s'occupe de gérer les listes électorales. Or l'Associated Press a révélé qu'à quelques semaines des élections, Kemp avait bloqué 53.000 inscriptions sans toujours prévenir les personnes concernées.

Parmi elles, une enseignante a expliqué avoir été choquée quand elle s'est rendue compte qu'elle n'était plus inscrite alors qu'elle avait toujours voté en Géorgie. Ayant récemment déménagé, sa demande n'a pas été traitée, probablement à cause d'une coquille.

En effet, suivant une loi controversée, la moindre différence entre formulaire d'inscription et pièce d'identité –une coquille, un tiret ou un accent en moins– permet aux autorités de bloquer une inscription et de l'éliminer si l'erreur n'est pas corrigée à temps. Ces démarches administratives sont parfois longues et peuvent dissuader les gens de voter.

Or sur les 53.000 électrices et électeurs potentiellement empêchés de voter, 70% sont afro-américains. Ces personnes pourront voter de façon provisoire en présentant une pièce d'identité, mais il s'avère que de nombreux résidents de Géorgie n'ont pas de pièce d'identité adéquate (aux États-Unis, il n'y a pas d'équivalent d'une pièce d'identité nationale, seulement des permis de conduire).

Une pratique relativement courante dans les États du Sud

La candidate Démocrate au poste de gouverneur, Stacey Abrams, qui est au coude-à-coude avec Kemp dans les sondages, avait fondé le New Georgia Project, dont le but est d'inscrire des jeunes et des personnes afro-américaines sur les listes électorales.

Face à ce genre d'effort, Kemp avait déclaré en 2014: «Inscrire tous ces électeurs issus des minorités et les autres... Si les [Démocrates] font ça, ils peuvent remporter les élections».

Kemp, qui est pro-Trump, est connu pour ses efforts de «suppression du vote» des minorités, une pratique relativement courante dans les États du Sud.

En 2010, son bureau a fait arrêter des dizaines de militants noirs qui avaient encouragé des habitants afro-américains d'un village à s'inscrire pour voter. Ils étaient soupçonnés de fraude, mais se sont avérés innocents. Même chose en 2012, lorsque Kemp et ses associés ont fait un procès contre une employée afro-américaine de bureau de vote qui avait aidé un électeur à utiliser une machine électronique. Elle a aussi été reconnue innocente.

Depuis 2012, Kemp a également ordonné la fermeture de 214 bureaux de vote, en majorité dans des zones rurales pauvres où vivent de nombreux Afro-Américains et Afro-Américaines. Et en 2016, il a refusé de rallonger la date limite d'inscription au vote dans des comtés qui avaient été touchés par l'ouragan Matthew.

Toutes ces techniques font qu'il a été qualifié de «remarquable architecte de la suppression du vote».

Slate.fr

Newsletters

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

Ils avaient tenté l'ascension du sommet du Pumori, l'un des plus féroces du massif.

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Le président russe était un agent du KGB stationné en Allemagne pendant les années 1980.

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Bientôt le cas en France?

Newsletters