Politique

«Il ne faut pas donner une impression de vacance au sommet de l’État»

Temps de lecture : 2 min

Gaspard Gantzer, l’ancien conseiller en communication de Fançois Hollande était l’invité de l’instant politique de France Info.

Gaspard Gantzer | Capture France Info
Gaspard Gantzer | Capture France Info

Le sujet politique brûlant: l'impossible remplacement de Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur. L'ancien conseiller de François Hollande a rappelé qu’à son époque «on devait remanier dans l’urgence [...] on agissait en 24-48 heures parce qu’il ne faut pas donner une impression de vacance au sommet de l’État». C’est d'ailleurs à la faveur d’un de ces remaniements, qu’Emmanuel Macron était devenu ministre.

Désormais lancé dans sa propre carrière politique, Gaspard Gantzer a la mairie de Paris en ligne de mire. D'où la question de Slate: «Les transports, un sujet crucial à Paris… Envisagez-vous leur gratuité comme Anne Hidalgo?». Pour Gantzer, ce n'est pas la priorité, il vaut mieux s'essayer à faire fonctionner fonctionner bus et métros et les rendre «plus propres et plus écolos». Plus original, il a évoqué son ambition de détruire le périphérique.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Slate.fr

Newsletters

La crise des «gilets jaunes», catalyseur des violences physiques et verbales

La crise des «gilets jaunes», catalyseur des violences physiques et verbales

Depuis trois mois, la France est secouée par un mouvement qui, au fil des semaines, a changé de nature. Il a ouvert les portes au complotisme et à l’antisémitisme.

Y a du lourd

Y a du lourd

Les populistes italiens utilisent les «gilets jaunes» pour retrouver leur image anti-système

Les populistes italiens utilisent les «gilets jaunes» pour retrouver leur image anti-système

Le Mouvement 5 Étoiles, ancien groupe protestataire, fait partie de l’establishment. En attaquant Emmanuel Macron et en soutenant les «gilets jaunes», il espère redorer son blason radical.

Newsletters