Monde

Qui s'engraisse sur le dos de la Grèce? Les banques!

Gérard Horny, mis à jour le 04.02.2010 à 7 h 52

La crise grecque aura un coût élevé pour les citoyens de ce pays. Mais c'est une bonne affaire pour certains pays et certaines institutions financières.

Les avocats le disent toujours: il ne faut jamais avouer, même si l'on est pris en flagrant délit. Quelle mauvaise inspiration a pu pousser le nouveau gouvernement grec à avouer publiquement que ses prédécesseurs truquaient allègrement les statistiques publiques? Sans doute eût-il mieux valu inciter les hauts fonctionnaires qui avaient réussi les tours de passe-passe précédents à revenir discrètement et progressivement à des pratiques plus rigoureuses et compatibles avec les normes européennes. Après tout, la façon dont le pays avait réussi à se qualifier pour l'entrée dans la zone euro en disait long sur l'habileté de ses comptables nationaux. Personne n'était vraiment dupe...

Mais le mal est fait. Maintenant, il faut en assumer les conséquences. Les agences de notation et les opérateurs de marché se sont emparés du dossier. Le marché de la dette publique grecque est sous pression, on mesure les risques de faillite de l'Etat, on regarde quelles pourraient être éventuellement les victimes suivantes, et les économistes spécialisés en scénarios catastrophes, un peu retournés dans l'ombre au cours des derniers mois, retrouvent avec bonheur leur place sous les projecteurs.

Les acteurs de la crise sont toujours là

Evidemment, il est toujours tentant d'ironiser quand on voit les financiers s'ériger ainsi en professeurs de vertu. S'il l'on considère  que la crise peut être l'occasion de repartir sur d'autres bases, il faut pourtant admettre que la pression mise sur le gouvernement grec a un effet positif: elle l'oblige à passer à l'action et à mettre enfin un peu d'ordre dans la gestion du pays (ce qui n'est pas acquis et demandera du temps) et elle va peut-être inciter les instances européennes à donner un peu plus de moyens à Eurostat pour contrôler les chiffres fournis par les Etats membres de l'Union (ce n'est pas acquis non plus).

Il n'empêche que ce genre d'événement a des aspects très déplaisants. On constate que tous les acteurs de la crise financière née de l'affaire des subprimes sont toujours là, toujours aussi puissants et arrogants. Le plus extraordinaire est le pouvoir extravagant accordé aux agences de notation, dont on a pourtant vu précédemment les limites. Leur rôle serait utile si elles donnaient une information fiable permettant aux investisseurs de prendre des risques correctement calculés. Ce n'est pas le cas. On constate une fois de plus qu'elles ne font que valider les données fournies par l'émetteur de l'emprunt considéré. Ce ne sont pas elles qui ont révélé que le problème grec était plus grave qu'on ne le pensait: elles n'ont abaissé leurs notes sur la dette grecque qu'une fois connus les nouveaux chiffres de déficit et d'endettement fournis par le gouvernement. Et leur intervention tardive ne fait qu'aggraver le problème: en abaissant leurs notes, elles condamnent l'Etat grec à emprunter à des taux plus élevés. Si par malheur les mesures adoptées par les pouvoirs publics ne leur conviennent pas et si elles abaissent encore une fois leurs notes, le problème risque de devenir quasiment insoluble.

Beaucoup de banques ne souscrivent à une émission que si elles savent qu'elles pourront, en cas de besoin, apporter les titres acquis à la Banque centrale européenne (BCE) pour obtenir des liquidités en contrepartie. Or, la BCE, qui avait élargi la gamme des titres éligibles à ses opérations pour aider les banques à se refinancer pendant la crise, envisage de revenir aux critères plus stricts habituels. La question peut ainsi se poser dans quelques mois de savoir si les titres de la dette grecque pourront encore être mobilisés et si, en conséquence, ils trouveront encore preneurs.

L'Etat ne fera pas faillite

On retrouve aussi à la manœuvre toutes les grandes banques d'investissement qui se sont illustrées pendant la crise. Pour prendre une assurance contre un risque de défaillance de l'Etat grec, les porteurs d'emprunts peuvent acheter des CDS (credit default swaps). Ainsi, au plus fort de la crise, le prix des CDS sur la dette grecque à cinq ans est passé à 420 points de base. Autrement dit, pour être assuré de retrouver dix millions d'euros correspondant à la valeur de ses obligations grecques, celui qui a acheté ce CDS s'engage à verser au vendeur 420.000 euros chaque année pendant cinq ans. Ce qui correspond à une probabilité de défaut de l'Etat grec proche de 30% au cours de ces cinq ans. Un grand bravo à ceux qui ont réussi à vendre de tels contrats!

Car, au-delà de l'agitation qui s'est emparée des marchés, chacun sait que l'Etat grec ne fera pas faillite. Sa situation est sérieuse, mais pas désespérée. Les mesures qui s'imposent vont plomber la croissance du pays pendant plusieurs années, mais le cap sera franchi. Quant aux autres membres de la zone euro, ils ne peuvent évidemment proclamer à l'avance qu'ils viendront au secours d'Athènes en cas de besoin. Ils ne sont pas aux ordres des opérateurs de marché et attendent fort logiquement que le gouvernement grec passe des intentions et des promesses à la réalisation. Quand ce dernier aura pris des mesures concrètes, ils réussiront à s'entendre pour l'accompagner d'une façon ou d'une autre. Non par philanthropie, mais par intérêt bien compris. Que la crise actuelle fasse baisser l'euro sur le marché des changes, c'est une bonne chose et, sans le dire, tout le monde en est content. Mais il ne faudrait pas que, par un effet domino déjà envisagé par certains spéculateurs, les taux d'intérêt montent dans les autres pays de la zone, y compris dans les plus grands.

Le plus urgent est donc de calmer le jeu. Même s'ils ne sont pas intimement convaincus de la capacité de la Grèce à ramener son déficit de 12,7% du PIB l'an passé à moins de 3% en 2012, les commissaires européens ont approuvé le 3 février le plan d'économies budgétaires présenté par M. Papandréou. Tant pis pour ceux qui aiment les tragédies et en tirent profit: il y aura de la sueur et des larmes, mais pas de sang.

Gérard Horny

LIRE EGALEMENT SUR LA GRECE: L'arnaque grecque, Banques: le triomphe des coupables par Jacques Attali et Patrick Artus: les tarifs des banques sont exorbitants.

Image de une: Devant la banque de Grèce à Athènes Yiorgos Karahalis / Reuters

Gérard Horny
Gérard Horny (300 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte