Égalités / Tech & internet

Amazon a dû se débarrasser d’une intelligence artificielle sexiste

Temps de lecture : 2 min

Un programme censé trier les CV avant embauche discriminait les candidates.

Chez Amazon, seulement 40% de la masse salariale est féminine | Christian Wiediger via Unsplash CC License by
Chez Amazon, seulement 40% de la masse salariale est féminine | Christian Wiediger via Unsplash CC License by

Amazon a tenté d’automatiser ses recrutements en les confiant à une intelligence artificielle (IA) secrète. Selon une source anonyme impliquée dans le projet, le géant du e-commerce voulait «un engin auquel on pouvait fournir 100 CVs [pour] qu’il recrache les cinq meilleurs et qu’on embauche ceux-là».

Le succès d’Amazon repose en partie sur l’automatisation de toutes les étapes de son activité, du fonctionnement interne de ses entrepôts aux recommandations et à la fixation des prix sur son site Internet. Il semble donc naturel que l’entreprise étende cette automatisation à son recrutement.

L'IA copie les comportements humains

On pourrait même penser que c'est une bonne chose, puisqu’a priori des robots devraient être totalement objectifs, débarrassés de biais racistes ou sexistes que l'on trouve chez des humains. Or au contraire, les IA perpétuent ces biais. En effet, l’algorithme utilisé par Amazon, comme beaucoup d’autres, utilise ce qu'on appelle le «machine learning», c’est-à-dire qu'il se base sur des données pré-existantes et tente au mieux de les reproduire pour prendre des décisions.

L’IA s'appuyait sur les recrutements effectués durant les dix dernières années chez Amazon. Des embauches effectuées par des êtres humains, dans un environnement très largement dominé par les hommes. D’après Reuters, chez Amazon 60% de la masse salariale est masculine, et la société refuse de dévoiler la part de femmes à des postes techniques, où elles sont d’ordinaire encore plus rares.

Ainsi l’IA pénalisait les candidates qui avaient fait leur scolarité dans des universités non-mixtes ou tout CV qui contenait le mot «femme». Par exemple, la mention d’un «club de jeu échecs pour femme» dépréciait automatiquement le CV.

Selon Reuters, le programme n’était qu’un test. Lorsque le biais sexiste a été découvert, des modifications ont été apportées, mais comme Amazon ne pouvait s'assurer qu'il n'y avait pas d’autres discriminations, il a abandonné son algorithme en fin d’année dernière. Pour autant, le groupe n'a pas renoncé à trouver une formule qui pourrait le remplacer.

Slate.fr

Newsletters

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

L'anniversaire des 50 ans de Stonewall inspire une accélération des plaques mémorielles. Enfin! Mais il ne faudrait pas se limiter au passé: l'histoire LGBT+ récente mérite aussi une reconnaissance.

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

L’Illinois interdit les centres de détention d'immigrés privés

L’Illinois interdit les centres de détention d'immigrés privés

Ils bénéficient de la politique migratoire de Donald Trump, mais de nombreux cas d'abus ont déjà été rapportés.

Newsletters