Égalités / Monde

Ruth Bader Ginsburg, la juge qui a mis les femmes à l’agenda, calmement et posément

Temps de lecture : 4 min

Un documentaire passionnant retrace le parcours Ruth Bader Ginsburg, deuxième femme nommée à la Cour suprême des États-Unis, réputée pour son éloquence et son progressisme.

Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême, le 1er juin 2017 à Washington, D.C. | Saul Loeb / AFP
Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême, le 1er juin 2017 à Washington, D.C. | Saul Loeb / AFP

Aux États-Unis, on lui a donné un nom de rappeuse: «Notorious RBG», sur le modèle de Notorious B.I.G, le MC américain assassiné en 1997. Ruth Bader Ginsburg, 85 ans, est devenue un vrai phénomène populaire –avec des t-shirts, des mugs, des GIF et même des gens qui se tatouent son effigie.

Elle est également l’objet d’un documentaire, réalisé par Betsy West et Julie Cohen, qui sort ce 10 octobre en France et revient sur le parcours de celle qui, des bancs de la fac à la Cour suprême, a lutté toute sa vie pour l’égalité entre femmes et hommes, avec calme et constance.

«Une vie de justice»

Et il s'agit sans doute là de l'une des leçons principales de ce film: avec des cibles précises, étape par étape, en étant capable d'empathie pour son adversaire et en ne rompant jamais le dialogue, il est possible de faire tomber les injustices.

Ce fut la méthode de Ruth Bader Ginsburg toute sa vie, pensée comme un programme sur plusieurs dizaines d’années: «Elle n’est jamais dans le mépris, elle comprend, contourne, elle arrive à leur faire dire que peut-être ils n’ont pas raison, elle ne dit pas qu’ils ont tort, elle ne perd jamais de vue ce pourquoi elle est là. Elle a la société en perspective, comme si l’humanité était une rue très longue. Elle a conscience qu’on ne va pas tout changer d’un coup, et qu’il s’agit de construire une vie de justice», analyse Zabou Breitman, actrice, réalisatrice et metteuse en scène qui double la voix de «RBG» pour la version française.

Ruth Bader Ginsburg est née le 15 mars 1933 à Brooklyn, dans l’État de New York, de parents juifs nés en Russie. De sa mère, elle retient ce conseil: «Sois indépendante». Encouragée par sa famille puis par un mari qui l’épaule pleinement, elle fait des études d’avocate, à une époque où elles ne sont alors que 2% de son sexe à fréquenter la fac de droit.

Son époux eut une importance capitale dans sa carrière, au même titre que les femmes de l’ombre agissant en silence derrière les «grands hommes» célèbres. On le voit arracher doucement de son bureau la femme qu’il admire, pour l’inciter à prendre un repas –un rituel quotidien, respectueux et soucieux. Car Martin David Ginsburg s'est mis aux fourneaux pour toute la famille dès qu’il a compris que le destin de sa femme l’absorberait totalement. «C’est la plus grande chance de ma vie», dit Ruth Bader Ginsburg de lui.

À la sortie de l’université, RBG ne trouve aucun travail. Pas un seul cabinet ne veut embaucher une femme, comme on l'explique à ses amis hommes qui tentent de l’aider. Elle gravit malgré tout les marches, devenant avocate pour l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), pour laquelle elle décroche ses plus belles victoires.

«Enseignante de maternelle»

Si on ne devait en citer qu’une, ce serait la première, en 1973. Sa cliente est une femme mariée membre de l’armée de l’air américaine, à qui l’on a refusé des allocations logement équivalentes à celles d’un pilote marié. «Vous avez déjà la chance d’être là», se voit-elle rétorquer. Alors Ruth Bader Ginsburg se bat à sa manière: avec des arguments, déroulés calmement, logiquement et avec bienveillance. «Je me voyais comme une enseignante de maternelle», dira-t-elle plus tard.

Devant les neufs juges –neuf hommes– de la Cour suprême, elle explique: «La classification de sexe implique un jugement d'infériorité. Le critère du sexe stigmatise, quand il sert à empêcher les femmes de se battre pour des promotions ou pour des postes mieux rémunérés. Il part du principe que toutes les femmes sont préoccupées par leur foyer et par leurs enfants. Ces distinctions ont un effet commun: elles servent à maintenir les femmes à leur place, une place inférieure à celle occupée par les hommes dans notre société.»

La démonstration est implacable, et les juges sont pendus aux lèvres d’une femme qui leur apprend tout, car ils découvrent cette discrimination qu’ils ne voyaient pas et dont ils ne soupçonnaient guère qu’elle pouvait être source de souffrances.

«RBG» remporte cette première bataille –et quasiment toutes les autres qui vont suivre– pas à pas, en se fixant des objectifs d'abord modestes, puis de plus en plus importants. Jusqu’à prendre la place de l’un de ces hommes de la Cour suprême, en 1993.

Nommée à la Cour Suprême par Bill Clinton, Ruth Bader Ginsburg prête serment le 10 août 1993. | Kort Duce / AFP

Opinions dissidentes

Dans cette institution, son ouverture d’esprit la rend capable de devenir amie avec le plus à droite des juges de la Cour suprême, Antonin Scalia. Mais elle s'accroche aussi fermement à ses convictions et émet de plus en plus d’opinions «dissidentes» au sein de la Cour, à mesure que celle-ci penche vers le camp Républicain et que la protection des libertés et des minorités devient de plus en plus cruciale, sous l’ère Trump.

L'ensemble des progressistes des États-Unis prient désormais pour que son corps résiste au poids des années: si elle devait disparaître aujourd’hui, son remplaçant –ou sa remplaçante, même si le cas est moins probable– serait nommé par le plus réactionnaire de tous les présidents américains. Dans le documentaire RBG, on la voit ainsi courir quotidiennement dans une salle de sport, où elle fait même quelques pompes.

Ruth Bader Ginsburg est un modèle de femme forte, dans tous les sens du terme. Une des raisons de voir le documentaire qui lui est consacré, à une époque où les références féminines manquent encore à ce niveau de responsabilité. Et s'il vous en faut d'autres, sachez que le film fait tout simplement beaucoup de bien et qu'il donne envie d’agir.

Aude Lorriaux Journaliste

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues?*

Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues?*

*Et pas les hommes poilus.

Pourquoi le langage du sexe est-il si souvent celui de la destruction?

Pourquoi le langage du sexe est-il si souvent celui de la destruction?

Entre proches ou en pensée, les termes que nous utilisons pour décrire le sexe traduisent souvent une entreprise d’anéantissement d’un ou une partenaire par l'autre.

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

De quoi la revendication perpétuelle d’en avoir des grosses est-elle le symptôme?

«Couilles.» Donald Trump, Kanye West et même Yann Moix n’ont que ce mot à la bouche. Une fixette qui en dit long.

Newsletters